Auteur éphémère·Tous les articles

Le portrait impossible

Ça fait des semaines, voire des mois, que j’essaie de peindre un portrait de toi pour te sortir de ma tête. J’essaie de composer l’esquisse avant de la coucher sur papier ; décider des couleurs, des ombres, des formes, mais tu demeures insaisissable. Alors j’essaie de peindre un portrait de toi qui serait plutôt fait de mots, même si une simple suite de phrases bâclées ne te rendrait pas justice.

Tous les articles

Je ne suis pas voisineuse

Je suis plutôt l’antisociale par excellence dans toute la superficie du quartier où j’ai élu domicile. Et c’était la même chose lorsque j’étais en appartement. La fille la plus tranquille du bloc. Celle qui ne se mêle de rien, qui ne veut pas de contact ou d’échanges verbaux sur la pluie et le beau temps et qui préfère aller à l’épicerie à 22 h le soir plutôt que d’aller cogner chez sa voisine de palier pour lui demander une tasse de sucre.

Auteur éphémère·Folie intime

Malade invisible

Dans ma presque nudité, je suis marquée au crayon indélébile. La plupart des gens que je connais ne le sauront jamais, comme si je menais une double vie. Je fais partie de ces malades invisibles, ceux qui perdent davantage de visibilité lorsque l’étiquette leur est finalement attribuée. Des maladies difficiles à diagnostiquer parce qu’elles ne sont pas quantifiables, qu’elles ne se voient pas dans un microscope. Je me nomme Audrey, j’ai 29 ans et je suis atteinte d’une maladie mentale.

Folie bien-être·Folie intime·Jennifer Martin

Mange, pleure, aime

Jamais je ne m’étais trouvée grosse avant. Même quand j’étais enceinte. Même quand mes amies portaient du 0 ou du S, et que moi je me promenais toujours entre le M et le L ou la taille 9 ou 11.
J’avais toujours su que je ne serais jamais mannequin. J’étais pas assez grande. Mais jamais je ne m’étais dit que c’était parce que j’étais trop grosse pour l’être.

Ariane Martineau·Folie intime

Mes objectifs d’enfant ou comment se stresser pour rien

Quand j’étais jeune, enfant, j’entendais souvent les gens parler d’objectifs de vie. Les classiques sortaient souvent ; la maison, le chien, les enfants… Mais je n’ai jamais accroché. Surtout que je voyais la maison comme étant un fardeau dispendieux, le chien, ben j’aimais pas les chiens avant d’en avoir des Mira, et j’ai jamais eu l’horloge biologique qui a sonné l’alarme.

Folie intime·Folie mode & beauté·Jennifer Martin

Magasiner un maillot : Mon calvaire

Aujourd’hui, je dois aller m’acheter un maillot.
C’est genre la pire idée de la journée.
Je mange peu au déjeuner. Pas question d’être ballonnée en arrivant au paradis des bouts de tissus. Donc, je mange léger. Anyway, j’ai déjà un peu mal au cœur.
Je me maquille et je me peigne soigneusement parce qu’au moins je ne ferai pas dur de la face quand je serai coincée dans la cabine mal éclairée. Quoiqu’avec cet éclairage déficient, mon smokey eye aura peut-être juste l’air d’un maquillage de fille qui a oublié de se mettre du mascara waterproof et qui vient de brailler sa vie.