District 31: une quotidienne rafraîchissante et addictive !

district 31 folie urbaine karine

Avez-vous eu la chance d’écouter la nouvelle émission quotidienne de Radio-Canada, District 31? J’ai écouté les premiers épisodes à reculons puisque je n’étais pas très fan de Virginie et de 30 vies, mais j’ai laissé la chance au coureur et j’ai été agréablement surprise. Je l’avoue, je suis totalement devenue accro. C’est 4 épisodes de 30 minutes qui sont diffusés du lundi au jeudi à 19h00 à Radio-Canada. Cette quotidienne est complètement différente de ce dont on avait l’habitude de voir dans Virginie et 30 vies. On met de côté les pupitres pour laisser place à un poste de quartier, le District 31. C’est un drame qui montre la réalité d’un poste de quartier et ce type d’émission m’attire beaucoup.

C’est Luc Dionne qui signe les textes de District 31, lui qui a entre autre écrit les séries policières Omertà, Blue Moon et La loi du silence. On peut dire que c’est voué à un bon succès, pour ma part c’est déjà le cas et j’ai adoré tout ce qu’il a écrit auparavant. Les séries policières, j’adore, mais j’avais un petit préjugé sur les quotidiennes et je suis heureuse de dire haut et fort qu’il a totalement disparu dès le premier épisode qui est sortie le 12 septembre dernier. Bien que ce soit vraiment à l’image de Luc Dionne, Fabienne Larouche ne reste pas très loin, puisque c’est elle qui est productrice.

Voici le résumé officiel qu’on peut lire sur la page Facebook de l’émission :

Deux enquêteurs en particulier, Nadine Legrand (Magalie Lépine-Blondeau), et Patrick Bissonnette (Vincent-Guillaume Otis), se retrouvent au coeur des intrigues tout au long de cette première saison de 120 épisodes. Celle-ci débute alors que Nadine, Patrick et leurs collègues, découvre leur lieu de travail au District 31. En effet, après avoir regroupé ses enquêteurs dans ses quartiers généraux pendant de nombreuses années, la Police de Montréal a décidé de les rapprocher de la population en les assignant à nouveau à des postes de quartier. 

Au fil des semaines, cette équipe sera confrontée à toute la panoplie d’énigmes et de délits pouvant survenir dans une grande ville : enlèvements, cambriolages, meurtres, violence familiale,crimes sexuels, règlements de compte, trafic de stupéfiants, sympathies terroristes, crimes économiques et d’autres. On suivra aussi avec beaucoup d’intérêt les fluctuations de leur vie familiale ou amoureuse qui se ressent forcément des contrecoups de leur exigeante profession.

 Ok, on s’entend que juste la description donne le ton sur ce qui nous attend tout le long de l’année? Suis-je la seule à capoter tellement c’est excitant? On est juste à 4 ou 5 semaines de diffusion et déjà on a un bel aperçu des dénouements à venir. Bref, l’accro aux séries québécoises et aux séries policières en moi approuve cette série et ce, sans aucune hésitation possible. J’aime découvrir les nouveautés télévisuelles à chaque automne et à chaque hiver, je suis une fan fini de ce qui se fait au Québec. Mes soirées sont consacrées à la dégustation visuelle de mes séries télé, une chance que j’ai un enregistreur HD, sinon j’arrêterais de vivre !

L’équipe du District 31, est une nouvelle équipe de spécialistes dans le domaine criminelle qui sont invités à travailler ensemble sur différents cas. Une fiction où le tout se déroule selon les valeurs que la société reflète. Les personnages principaux sont Nadine Legrand (Magalie Lépine-Blondeau) et Patrick Bissonnette (Vincent-Guillaume Otis) qui seront là durant un an. D’autres personnages principaux prendront le relais l’année prochaine. Pourquoi changer une formule gagnante? J’ai déjà hâte de savoir qui se joindra à la distribution et découvrir ce qui se passera avec Nadine et Patrick.

Certains pourraient penser que c’est un peu comme un 19-2. Mais non, c’est très différent à part que c’est aussi bon! On est vraiment aux premières loges d’enquêtes, que ce soit des interrogatoires, des arrestations, des brainstorm avec les indices retrouvés et encore plus. L’équipe du District 31 doit faire face à des cas difficiles comme des meurtres, enlèvements d’enfants, des crimes sexuels, etc.

Le jeu d’acteur? Impeccable. J’ai un gros crush sur Magalie Lépine-Blondeau qui relève haut la main son rôle d’enquêtrice aux homicides. Elle est crédible et constante en plus d’être mystérieuse, on a vraiment envie d’en connaître plus sur elle et sur son passé. Les autres acteurs qu’on a la chance de voir sont : Gildor Roy, Patrick Labbé, Hélène Bourgois-Leclerc, Cynthia Wu-Maheux, Sébastien Delorme, Michel Charrette, Pascale Montpetit et Jeff Boudreault. Tous incarnent des rôles spécifiques qui font de cette équipe un complément. C’est Gildor Roy qui incarne le commandant Daniel Chiasson. C’est lui le big boss du District 31! Il est excellent dans ce rôle qui se veut autoritaire et sec. On se souvient que c’était Hélène Florent qui devait interpréter le rôle d’Isabelle Roy, sergent-détective de la section des délits familiaux et crimes sexuels, mais elle a dû se retirer de la production pour laisser la place à une Hélène Bourgeois-Leclerc à son meilleur. Elle incarne sa personne avec brio, tout comme Sébastien Delorme qui incarne Stéphane Poulliot, sergent-détective au crime organisé. Un peu baveux, mais on fini par apprendre à l’apprécier. J’adore la distribution, chaque acteur incarne à la perfection son rôle et pour être honnête, je trouve qu’au Québec, nos comédiens sont bons en tabarouette !

 

On s’entend que d’écrire une quotidienne n’est pas une mince affaire, mais Luc Dionne sait s’entourer de gens exceptionnels qui font de District 31 un rendez-vous à ne pas manquer. C’est mystérieux et rempli de suspense. Chaque fin d’émission nous laisse sur notre faim et pour être honnête, une chance que chaîne sur demande ou l’enregistreur HD existe. Sans ça, je ferais un saut dans le sous-sol de mes parents pour récupérer mon VHS et j’enregistrerais chaque épisode sur une cassette pour ne pas en manquer un seule. Oui, je suis accro à ce point.

Bref, pour ma part Luc Dionne a réussi haut la main son défi d’écrire une quotidienne de cette ampleur. Vu le nombre de commentaires sur les réseaux sociaux, on n’est pas prêt à s’ennuyer des bancs d’école (sans rien enlever aux 2 dernières quotidiennes)! Sur ce, je vous invite à mettre votre téléviseur du lundi au jeudi, dès 19h sur les ondes de Radio-Canada.

Crédit photo : Page Facebook de l’émission

verifiedsofia

Karine signature

1 :54, un film nécessaire et un tapis rouge rempli de folie

1:54 film Yan England Folie Urbaine
Crédit:  Karine Caron-Benoit

Lors de l’avant-première du film, c’était la vraie folie sur le tapis rouge! Les fans étaient nombreux.ses et beaucoup de vedettes s’étaient déplacées pour notre plus grand plaisir. Lorsque nous avons la chance de rencontrer nos stars québécoises, nous en profitons pour leur poser une même question commune :

 « Quelle est ta plus grande folie? »

1:54 film Yan England Folie Urbaine
Crédit : Karine Caron-Benoit

Antoine Olivier Pilon, qui incarne Tim, le personnage principal du film,  a attendu 10 secondes après lui avoir posé la question et, avec le plus grand sérieux du monde, m’a répondu : « Faire ce qu’on me dit de ne pas faire ».

1:54 film Yan England Folie Urbaine
Crédit: Karine Caron-Benoit

Lou-Pascal Tremblay qui incarne Jeff, un des personnages principaux a, sans hésitation dit : « Je saute toujours en parachute, ça doit être assez fou j’imagine! » .

1:54 film Yan England Folie Urbaine

Crédit: Karine Caron-Benoit

Sophie Nélisse, qui incarne Jennifer, un des personnages principaux : « Ah c’est dur comme question! Une folie… je suis sûre que j’en ai plein! Je dirais que je suis folle de la poutine. J’suis pas capable d’en manger ailleurs qu’au Québec, c’est la meilleure. Et si tu veux me rendre heureuse quand je suis fatiguée, tu me donnes ça et je suis comblée! » . Miam… je suis bien d’accord!

1:54 film Yan England Folie Urbaine

Crédit: Karine Caron-Benoit

Yan England (le réalisateur du film) m’a confié : « Une des grandes folies que j’ai faite serait d’avoir décidé comme ça, sur le fly, que je partais pendant un mois de temps en Italie. Je m’en allais dans ma famille qui ne parlait pas un mot anglais et/ou français. Je suis arrivé là-bas, je ne connaissais rien du tout et le but c’était d’apprendre la langue. Ça s’est bien passé! » . Ça donne le goût de voyager!

1:54 film Yan England Folie Urbaine
Crédit: Karine Caron-Benoit

Sarah-Jeanne Labrosse (elle ne joue pas dans le film, mais elle est  notre coup de cœur du tapis rouge). Avec son superbe look, sa réponse ne m’a pas étonnée du tout : « Une de mes plus grandes folies, que je porte ce soir, serait d’avoir acheté un gilet 100% cashmere beaucoup trop cher… en me disant que j’allais être capable de le porter toute ma vie! Je ne sais pas si je vais être capable, mais le but serait ça pour le rentabiliser. »

On a également eu la chance de croiser quelques artistes tel que Pascal Morissette, Julie Ringuette, Émily Bégin et Guillaume Lemay-Thivierge.

Crédit photo : Karine Caron-Benoit

La journée de la sortie du film, on s’est empressées d’aller le visionner, puisque tout ce qu’on entendait sur le tapis rouge nous accrochait. C’est donc hier, le 13 octobre, que nous l’avons vu.

1:54 film Yan England Folie Urbaine
Crédit

Le film est nécessaire. Ce sont les mots qui me viennent en tête après avoir vu le film. Yan England a su capter exactement les émotions qu’il fallait évoquer dans une situation d’intimidation, parce que, oui, c’est principalement un film sur l’intimidation. Les longs silences, les gros plans, la musique, les textes, tout est calculé et c’est ce qui fait de ce film, un message. Le message qu’il faut se battre, continuer de foncer et, surtout, dénoncer. Le parallèle entre la course et l’intimidation est bien amené et, ce, sans que ça devienne un « film d’ados », même si l’histoire se déroule dans une école secondaire.

On ne peut passer sous silence le jeu exemplaire des acteurs Antoine Olivier Pilon et Lou-Pascal Tremblay, entre autres. On y croit et c’est saisissant à quel point c’est d’un réaliste. Est-ce que le message passe? Je crois que oui. Ce n’est pas un film à aller voir si vous voulez vous divertir, c’est plutôt un film obligatoire pour éduquer et sensibiliser. Les mots employés, les gestes posés, l’utilisation des réseaux sociaux; on voit toutes les étapes et les dégâts que cause l’intimidation. On le vit à travers l’écran. La douleur, les conséquences, le malaise; on les ressent jusqu’au dernier mot du générique.

C’est un film qui parle d’intimidation, de suicide, d’homosexualité et, tout cela, dans l’univers du secondaire. C’est lourd comme sujet, mais ça ne va pas disparaître, il est nécessaire d’en parler. D’ailleurs, lors de la tournée de promotion, dont dimanche dernier à Tout le monde en parle, les deux acteurs principaux, ainsi que le réalisateur, Yan England, se sont fait un devoir d’aborder le sujet.

1:54 est sorti en salle depuis le 13 octobre et c’est un film qu’il FAUT voir.

Crédit photo couverture : Page Facebook de Yan England

Quelles sont les plus grandes folies de nos vedettes québécoises?

monsieur aneb folie urbaine

Vendredi passé avait lieu la troisième édition de Monsieur ANEB! Fidèle à ses habitudes, Félix-Antoine Tremblay a offert une superbe soirée dont tous les profits allaient pour ANEB. Une cause tellement importante qui a constamment besoin d’un coup de pouce supplémentaire.

Durant l’événement, plusieurs vedettes locales défilaient avec les nœuds papillon de Monsieur Phœnix et un encan avait lieu par la suite pour ramasser des dons. Plusieurs comédiens et artistes québécois se sont déplacés pour la cause, bénévolement. C’est dans la bonne humeur que les mannequins d’un jour ont défilé sur le tapis rouge pour montrer la nouvelle collection de Monsieur Phoenix.

Par la suite, une enchère pour les nœuds papillon des vedettes a débuté. Debbie Lynch-White a parti le bal dans l’humour et a obtenu un bon petit montant pour son nœud que Félix-Antoine lui avait enlevé avec sa bouche. Par la suite, ce fut le tour de Joey Scarpellino de monter sur scène et d’y enlever son chandail pour augmenter la mise ! Pier-Luc Funk est ensuite arrivé dans une chorégraphie sensuelle parodiée et Bianca Gervais s’est joint à lui afin de doubler la mise. Le clou de l’enchère fut Félix-Antoine qui promettait de faire la split à partir d’un certain montant.Par la suite, un magicien est venu faire deux petits numéros et le reste de la soirée s’est déroulé en musique avec Raffi.

À noter que tous les profits vont à ANEB et que tous les artistes présents y étaient bénévolement. Aussi, les photos de promotion ont toutes été faites par la talentueuse Andréanne Gauthier et aucune retouche n’a été faite. En effet, depuis deux ans maintenant, les photos de Monsieur ANEB ne sont pas photoshopées, car l’évènement trouvait important de valoriser la diversité corporelle et l’acceptation de nous-mêmes tels que nous sommes.

Avant ce moment rempli de bonne humeur et de laisser-aller, nous avons eu la chance de rencontrer plusieurs talents d’ici et de leur poser une question commune :

Quelle est ta plus grande folie?

monsieur aneb folie urbaine

Vanessa Pilon

« À un moment donné, j’étais un peu tombée en amour avec un gars pis il partait au Japon pendant vraiment trop longtemps pis en revenant chez nous, j’ai acheté un billet pour le Japon pour le surlendemain. Le lendemain matin, je me suis demandée si j’avais VRAIMENT acheté mes billets d’avion. »

monsieur aneb folie urbaine

Debbie Lynch-White

« C’est pas une ” folie “, mais c’était quand même un beau vertige, quand j’ai demandé ma blonde en mariage. Je suis un peu vieux jeu là-dessus, dans le sens que je me marie une fois, c’est sérieux, je veux faire ma vie avec elle et c’est réciproque. Alors de comme officialiser ça, de faire ” Oh mon dieu, c’est là que je demande quelqu’un en mariage! ” ».

Wow?

monsieur aneb folie urbaine

Valerie Roberts

Après m’avoir complimentée sur mon choix de sac à main (une licorne), elle m’avoue que sa folie est de posséder des sacs hors de prix, qu’elle sort très rarement et, quand c’est le cas, elle les appelle par leur petit nom devant son chum; ” Là, je sors Chanel! “. J’aimerais bien voir sa collection!

 monsieur aneb folie urbaine

François Imbeau-Dulac

Étant plongueur (Jeux olympiques 2012), il désirait se faire tattouer les anneaux olympiques, mais voulait faire une chose en particulier avant : danser nu! Et il l’a fait; il a passé des entrevues dans un bar, nu, devant une vingtaine de personnes! Pas le même genre d’ambiance qu’aux Olympiques je crois.

monsieur aneb folie urbaine

Marième Ndiaye

Pour elle, c’est de s’être lancée dans le monde de la musique depuis maintenant 20 ans! Surtout avec ses jumeaux et le court de la vie; on est bien contents qu’elle aille fait le grand saut.

monsieur aneb folie urbaine

Anne-Élisabeth Bossé

C’était lors d’un voyage à Hong Kong, étant donné qu’elle aime bien profiter des plaisirs de la table, elle est allée dans un restaurant où tout était magnifique, que tout le personnel était attentif à ses moindres besoins (elle a eu un frisson et a aussitôt eu une écharpe déposée sur ses épaules)… en recevant la facture, elle trouvait qu’il y avait beaucoup de chiffres, mais comme elle n’était pas bien familière avec cette devise, elle a mis sur sa carte de crédit. C’est plus tard qu’elle s’est aperçue que son repas lui avait coûté plus cher que son billet d’avion! Est-ce que ça valait le 2000$? ” Oui et non! ”

monsieur aneb folie urbaine

Félix-Antoine Tremblay

Tout simplement? C’était ce soir-là, cet événement, cette troisième soirée de folies, de travail, d’acharnement. Mais aussi plein de beau monde et tout ça pour une cause qui nous tient à cœur.

Merci pour cette belle soirée et à l’année prochaine!

Crédit Photos:  Dominique Babin

ariane-signature

Les Gémeaux: du talent et du glamour

Dimanche soir avait lieu le gala des Prix Gémeaux, gala qui récompense les artisans de notre télévision québécoise. Pour la 31e édition, ce gala a été animé par Éric Salvail et Jean-Philippe Wauthier qui ont fait un travail exceptionnel. Leurs textes étaient remplis d’humour et ne manquaient aucune occasion de pousser une craque. J’ai eu peur, à quelques reprises, de vivre un malaise, mais tout semble avoir été bien dosé. On peut dire qu’ils ont littéralement bien réussi leur bien-cuit.
Crédit: Page Facebook des Gémeaux

Dimanche soir avait lieu le gala des Prix Gémeaux, gala qui récompense les artisans de notre télévision québécoise. Pour la 31e édition, ce gala a été animé par Éric Salvail et Jean-Philippe Wauthier qui ont fait un travail exceptionnel. Leurs textes étaient remplis d’humour et ne manquaient aucune occasion de pousser une craque. J’ai eu peur, à quelques reprises, de vivre un malaise, mais tout semble avoir été bien dosé. On peut dire qu’ils ont littéralement bien réussi leur bien-cuit.

‘’Julie Snyder est avec nous, en tous cas, c’est ce que nous a dit notre informateur secret.’’

‘’Je ne suis pas Mike Ward, j’ai pas 42 000 piasses pour rire d’un enfant qui chante mal’’.

‘’La série Ruptures. C’est Marilou Wolfe qui a réalisé cette excellente série, bon, malheureusement pour elle, le titre a été un peu prémonitoire.’’

‘’Parles-en au vieux monsieur essoufflé qui remplace Normand Brathwaite à Piment fort’’.

Bref. Les deux animateurs ont vraiment réussi à mettre la barre haute ; il n’y avait aucune longueur, aucun temps mort. Pour moi, c’était un des meilleurs galas que j’ai pu regarder à la télévision. J’ai même regardé le numéro d’ouverture 3 fois après le gala! C’était un duo parfait.

Dimanche soir avait lieu le gala des Prix Gémeaux, gala qui récompense les artisans de notre télévision québécoise. Pour la 31e édition, ce gala a été animé par Éric Salvail et Jean-Philippe Wauthier qui ont fait un travail exceptionnel. Leurs textes étaient remplis d’humour et ne manquaient aucune occasion de pousser une craque. J’ai eu peur, à quelques reprises, de vivre un malaise, mais tout semble avoir été bien dosé. On peut dire qu’ils ont littéralement bien réussi leur bien-cuit.
Crédit photo: Page Facebook des Gémeaux

J’ai quand même eu un pincement au cœur de ne pas avoir pu être sur le tapis rouge et photographier nos artistes québécois avant le gala, mais j’ai ressenti toute la magie de mon salon.

Juste avant le gala, on a eu la chance de voir l’avant-gala avec Claudine Prévost et Herby Moreau qui se sont entretenus avec les artistes. On a pu voir les magnifiques tenues de nos vedettes préférées. Ce que j’ai remarqué cette année, c’est que c’est fini les grosses robes de princesse, j’ai adoré voir la diversité dans les tenues des artistes; plusieurs ont osé et le résultat était absolument magnifique.

Mes coups de cœurs?
Sarah-Jeanne Labrosse
Marilou Wolfe
Vanessa Pilon
Maripier Morin
Valérie Chevalier
Mylène Saint-Sauveur
Magalie Lépine-Blondeau
Mélissa Désormeaux-Poulin
Ève Landry

Pour voir les photos des magnifiques tenues, je vous invite à aller vous promener sur les réseaux sociaux des artistes ou sur les pages des différents médias qui ont eu la chance de les photographier.

Le premier prix de la soirée a été remis par nulle autre que la première Dame du Canada, eh oui! c’est la femme de Justin Trudeau, Mme Sophie Grégoire, qui a eu l’honneur de remettre le prix de la meilleure actrice pour une série dramatique. C’est la magnifique Laurence Leboeuf qui a remporté ce prix pour son rôle dans Marche à l’ombre.

Pour vrai, c’était si difficile de déterminer qui allait remporter les prix dans la majorité des catégories; on ne peut passer sous silence l’immense talent au Québec. C’était des artisans qui méritaient tous un prix pour leur travail exceptionnel dans notre télévision québécoise. Les émissions qui ont fait partie des grands gagnants hier soir: Unité 9, Les pays d’en haut et Les beaux malaises qui ont tous été récompensés à plusieurs reprises lors de cette grande journée où les artisans de la télévision étaient à l’honneur. J’ai trouvé ça super que les animateurs soulignent les prix qui ont été remportés dans l’après-midi, des prix qui méritent amplement leur place dans ce fabuleux gala.

Dimanche soir avait lieu le gala des Prix Gémeaux, gala qui récompense les artisans de notre télévision québécoise. Pour la 31e édition, ce gala a été animé par Éric Salvail et Jean-Philippe Wauthier qui ont fait un travail exceptionnel. Leurs textes étaient remplis d’humour et ne manquaient aucune occasion de pousser une craque. J’ai eu peur, à quelques reprises, de vivre un malaise, mais tout semble avoir été bien dosé. On peut dire qu’ils ont littéralement bien réussi leur bien-cuit.
Crédit photo: Page Facebook des Gémeaux

Les réseaux sociaux étaient en feu! J’ai vraiment eu du plaisir sur Twitter, parce que les commentaires étaient unanimes sur le gala et les mots d’amour que j’ai pu lire à l’endroit de nos artistes québécois étaient très touchants. Ce qui a le plus marqué sur Twitter était sans aucun doute Josée Boudreault qui est venue présenter un prix. Elle était belle à voir, cette femme si courageuse qui a eu droit à une belle ovation. Il y a eu tellement de beaux moments que c’est difficile de souligner que les meilleurs. Que ce soit le trio de Bulldog Bazar qui présente un prix ou les athlètes féminines olympiques qui reçoivent beaucoup d’amour, c’était un gala rempli d’émotion qu’on a eu la chance de regarder.

Le numéro de variété qui mettait à l’honneur les émissions musicales m’a fait frissonner. Annie Villeneuve, de la première mouture de Star Académie, était magnifique. C’était fou de réaliser à quel point les années passent vite, déjà plus de 10 ans. C’était un beau numéro qui a terminé avec un clin d’œil à Pierre Lalonde, ce grand homme nous ayant quittés en 2016.

Bravo à tous les gagnants de la soirée, ainsi qu’aux deux animateurs de la soirée, Éric Salvail et Jean-Philippe Wauthier, le 31e gala des Prix Gémeaux était exceptionnel et on en reparlera certainement toute la semaine.

Je pourrais continuer de vous en parler encore durant plusieurs lignes, mais les internets sont remplis d’articles que je vous invite d’ailleurs à aller lire. Sur ce, on se rejase au prochain gala québécois!

Pour connaître tous les gagnants, c’est ICI.

Pour revoir les meilleurs moments du gala, c’est ICI.

Crédit photo couverture: Page Facebook des Gémeaux

Karine signatureverifie-ariane-etampe