Ce que je veux pour nous tous en 2018

La fin de l’année semble être le moment opportun pour chacun de se fixer de nouveaux buts ou de choisir encore et toujours le même objectif, année après année.

On jette notre calendrier pour le remplacer par un tout neuf dans l’espoir de repartir l’année à zéro.

Personnellement, pour l’année 2018, j’aimerais avoir plus de temps. Pouvoir donner plus de moments de qualité à mon conjoint et à ma famille en premier, puis à mes amis, ma maison et aussi à moi-même. Mais ce que je demande est une denrée rare… le temps est précieux et chaque minute est comptée. Je dis souvent qu’il me manque au moins, quatre heures par jour pour accomplir tout ce que je voudrais. Une réorganisation de mon temps serait assurément de mise dans mon cas.

En ce qui a trait à mes vœux pour les autres, pour chaque âme sur terre, je souhaite plus d’amour, plus de soutien, de ressources accessibles…

Moins de violence, de souffrance, de solitude…

Ironiquement, j’ai arrêté de regarder les nouvelles depuis bien longtemps… des années déjà, un peu après la tragédie des tours à New York, soit le 9 septembre 2001, justement parce qu’entendre et voir ces images d’une tristesse infinie me décourageait par rapport au futur et au monde dans lequel nous vivons. Cependant, je lis quelquefois les journaux virtuels ou j’aperçois les gros titres lorsque je suis sur les réseaux sociaux.

Enlèvements, fusillade de masse, suicide, infanticide, intimidation, violence conjugale, viol, etc.

Tant de souffrance. 2017 en regorge…

À un tel point que je m’inquiète sincèrement pour mes enfants.

Dans quel environnement les ai-je mis au monde? Vers quel avenir leur chemin les mènera?

Mon instinct maternel déjà surprotecteur ne peut s’empêcher d’angoisser et de se créer des scénarios dramatiques lorsque je découvre ces atrocités qui proviennent de partout dans le monde.

Je crois sincèrement que notre société est malade. Elle dépérit à vue d’œil comme les icebergs au pôle Nord. Elle a un mal de vivre qui ne peut être guéri que par l’amour, et le temps.

Donc, je vous souhaite de l’amour en grandes pelletées, parce qu’il n’y en aura jamais trop.

Profitez de chaque seconde. Vivez.

Aimez sans retenue.

Donnez sans attente.

Restez jeune de cœur.

 

Bonne année 2018!

 marieve duchaine reviseure

Pour 2018, je veux… des sous!

Les résolutions de nouvelle année… Qu’on le veuille ou non, qu’on soit conformiste ou rebelle, on dirait qu’on n’y échappe pas. Le début d’une nouvelle année nous amène en général à contempler celle qui vient de passer, et réfléchir sur la suivante. Voir ce que l’on pourrait améliorer, changer, travailler. Décider si l’on continue sur la même voie ou si l’on bifurque un peu pour trouver notre bonheur au bout du chemin. Il y a toutes sortes de résolutions de nouvel an « classiques », comme perdre du poids… Probablement celle qu’on entend le plus! Moi, cette année, je vais prendre une résolution un peu plate, mais qui, je l’espère, aura un impact positif et c’est de mieux budgéter!

Je suis certaine que je ne suis pas la seule qui panique à propos de l’argent… On dirait que beaucoup de gens (dont moi probablement) ont un train de vie qu’ils peuvent à peine maintenir sans s’endetter. On veut s’acheter le dernier modèle de téléphone portable, comme tout le monde. Ou encore sortir avec nos amis le vendredi, comme tout le monde. Outre le train de vie, il y a les fameux imprévus. L’auto qui tombe en panne et nous coûte 800$ juste avant Noël. Le chauffe-eau qui rend l’âme. La fête de matante une telle qu’on avait complètement oublié et où l’on doit amener un cadeau. Bref, des sources de dépenses, il y en a à la tonne. Par contre, on n’a en général qu’un seul revenu. Il faut donc balancer ça comme il faut!

Est-ce que ça vous est déjà arrivé, vous aussi, d’éviter d’aller voir le solde de votre compte bancaire pendant quelques jours, parce que vous SAVEZ que vous avez dépensé plus que prévu? Et que vous êtes dans un stade de déni? Éventuellement, il faut bien être un adulte responsable et faire face à la musique, mais bon dieu que ça ne nous tente pas! Ou LE moment (ou LES, souvent c’est pluriel) où tu fais ton budget et tu te dis « mais pourquoi il ne me reste pas une cenne? ». Ou recevoir un compte et éviter de l’ouvrir pendant quelques jours, pour se donner une petite pause. Bon, ok… peut-être que c’est moi qui suis dans le déni trop souvent. Mais je suis sûre que je ne suis pas la seule!

À la longue, l’impression de se fendre le derrière (pour rester polie!) au travail sans arrêt et de ne pas pouvoir utiliser le fruit de notre labeur comme bon nous semble, ça devient vraiment frustrant. L’année dernière, je me suis dit « enough is enough »! On essaie de se serrer la ceinture, de payer les dettes, et après on pourra éventuellement profiter de notre salaire pour se faire plaisir. Ça, c’était la théorie. En pratique, des petits imprévus comme… un divorce, ça vient compliquer les affaires! En fait, me réinstaller dans un nouvel endroit et me remettre sur pied m’aura coûté plus cher que prévu. Mais je garde le cap. En 2018, je veux dire « bye » à mes dettes. Pas juste « au revoir » … bye!!!

J’ai demandé à une amie ses trucs l’autre jour. Elle est une fan de finances personnelles. Oui, oui, ça existe, moi aussi j’étais surprise! Son premier conseil, qui est évidemment excellent, est de faire un budget qui tiendra compte des imprévus et de toutes les catégories de dépenses. J’ai tendance à faire mes catégories larges, d’y aller avec l’essentiel (épicerie, compte de cellulaire, essence, etc.) et ensuite laisser le reste dans une catégorie non-définie style « dépenses personnelles ». Le fait de catégoriser davantage, par exemple vraiment définir restaurant, vêtements, magazines, cafés… permet de mieux voir où va notre argent. Et ainsi de se rendre compte que notre café Tim ou Starbucks du matin… finit par coûter plus cher qu’on ne le pense!

Pour éliminer les dettes, on m’a suggéré d’y aller avec l’effet boule de neige, donc de régler la plus petite en premier et ensuite s’attaquer aux plus grosses. Éliminer les paiements mensuels d’une carte de crédit fait en sorte qu’il nous en reste plus à mettre sur une autre carte, c’est bien logique. En ce qui me concerne, éliminer les dettes reste un challenge constant. Dès que je me sens proche d’y arriver… les imprévus m’éloignent à nouveau de mon but. D’où l’importance du conseil #1 : de budgéter pour les imprévus également.

Ma résolution d’adulte responsable pour 2018, ce sera de rester centrée sur ces deux objectifs : de bien garder mon but en tête et de penser à tout le positif qui pourrait en découler, si j’y arrive! L’argent est un sujet souvent tabou et difficile à aborder entre amis… Et c’est bien dommage, car souvent c’est en s’entraidant, en se donnant des trucs et en s’encourageant que ça devient plus facile! À tous ceux et celles qui tenteront la résolution avec moi, je nous souhaite un bon succès!

Folie Marianne logo auteur 

Mes résolutions pour 2018

Chaque année, le décompte se fait : 5-4-3-2-1, BONNE ANNÉE!! On choisit une résolution, on y croit vraiment et au bout de quelques mois la persévérance n’est pas toujours au rendez-vous.

Certains choisiront la forme physique, d’autres seront axés sur des défis plus personnels comme : être plus direct et d’autres veulent l’être moins, etc.

Avec la naissance de mon enfant, je dois reconnaître que le fait d’être enfant lui apporte quelque chose que j’aimerais faire en tant qu’adulte : vivre le moment présent. Le petit hamster qui roule 20 heures sur 24, c’est fatigant. Faire une activité, sans cellulaire, sans se soucier des brassées qui m’attendent, de la routine du bain ou du dodo etc. Juste être là, présente dans l’activité que je fais ou juste prendre un bain, sans penser au lendemain, les lunchs ou le travail. Les rendez-vous du pédiatre ou du dentiste. Tout ça, ça brûle mon énergie.

Faire quelque chose et ne faire que ça. Ce sera ma résolution cette année. Je veux être plus détendue, savourer le temps, celui qui ne fait qu’avancer, celui après lequel je cours, celui après lequel j’attends, celui qui ne fait que me devancer et qui me fait toujours sentir qu’une bombe va sauter si je ne finis pas la liste mentale que je me suis exigé le matin, pendant que je courais encore. Au moins essayer, respirer dans la course folle de la routine de la vie.

Je veux faire les choses doucement, dans le plus grand calme et juste “enjoy ” le moment. Étant donné que je ne peux te capturer, je vais apprendre à t’apprivoiser, toi le temps. Vivre le moment présent, c’est ce que je me souhaite pour 2018. Non seulement ce sera bénéfique pour moi-même, mais pour ceux qui vivent avec moi ou qui partagent une activité à mes côtés. Parce qu’être là c’est une chose, mais être là à 100%, à part entière, c’est encore mieux.

Une résolution, c’est synonyme d’amélioration, d’efforts et d’évolution pour notre personne. C’est vouloir accomplir et chercher des forces nouvelles en nous-même, c’est pousser nos limites pour cheminer vers le meilleur. Vous, que voulez-vous pour 2018?

Folie veronique logo auteur 

Au revoir 2017 !

L’année 2017 a été difficile pour moi. Malgré les nombreux beaux souvenirs que j’ai, les mauvais prennent un peu trop de place. Dès janvier et même en 2016, je n’allais pas très bien. En mai, je suis partie d’urgence à l’hôpital et j’ai été en arrêt de travail jusqu’en octobre dernier. J’ai donc passé le printemps et l’été à la maison sans trop faire de sortie. Je vous ai d’ailleurs partagé quelques moments de mon arrêt de travail sur mon compte personnel et sur mon Instagram (@KCB.passion). Je vais mieux, mais je sais que je dois travailler très fort pour ne plus m’effondrer et continuer de prendre des forces pour être à mon plein potentiel dans tout ce que je fais. Je vois l’année 2017 partir petit à petit et je ne peux m’empêcher d’être heureuse. Malgré le fait que j’ai vécu plein de magnifiques choses, il me tarde de traverser cette nouvelle année en laissant 2017 derrière moi. Ce n’est pas que 2017 que je laisse derrière moi, c’est plusieurs années de souffrance, d’incompréhension et de tristesse. J’ai l’impression que 2018 m’amènera force, détermination et bonheur, simplement parce que maintenant je sais quoi faire pour ne plus souffrir. Je ne dis pas que je ne souffrirai plus jamais, mais je saurai maintenant quoi faire pour ne plus me rendre jusqu’au fond d’un gouffre.

J’ai décidé que j’avais amplement le droit de me mettre en priorité dans ma vie. J’ai lâché prise sur plein de choses, ce qui me libère d’un gros poids. J’ai également appris à me confier, parler de ce qui ne va pas et surtout de m’écouter moi-même. J’ai vraiment l’impression d’avoir tous les outils pour réussir à prendre ma vie en main et focaliser sur les belles choses. Je sais maintenant que je peux créer du beau.

2017, tu as été une année de connaissance et d’apprentissage. Tu m’as donné une chance, une chance unique de vivre.

C’est toujours spécial de voir le nombre de gens qui font un doigt d’honneur à l’année qui termine. Je l’ai souvent fait en croyant très fort que le meilleur arriverait avec la nouvelle année. Mais cette fois-ci, je suis plus optimiste que les dernières années parce que j’ai appris que j’étais la seule responsable de mon bonheur.

C’est donc avec fébrilité et enthousiasme que je tourne la page et que je débute l’année 2018 avec beaucoup de détermination.

Valérie_réviseure