5 coups de cœur d’octobre

coups de coeur favoris

Je n’aime pas tellement l’automne, je dirais même que c’est la saison que j’aime le moins. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas avoir de coups de cœur en ce temps de l’année où la température nous fait ressortir nos petites laines et cuisiner des petits plats réconfortants. C’est donc avec plaisir que je partage avec toi ce qui me fait craquer ce mois-ci.

 

  1. Le livre L’été d’avant

Ce livre, écrit par la merveilleuse Sarah-Maude Beauchesne, raconte l’histoire d’Agathe, Wendy et Marie lors de l’été qui précède leur retour à l’Académie pour entamer leur dernière année du secondaire. Alors que j’ai dévoré les 10 épisodes de la première saison de la série télévisée, je dois dire que j’ai encore plus aimé la lecture de ce roman. L’écriture de Sarah-Maude réussit toujours à m’émouvoir et c’est vraiment l’une de mes auteures préférées. Écrit sous forme de journal, c’est l’univers des trois personnages féminins qu’on apprend à connaître et j’ai trouvé ça vraiment plaisant de me replonger dans le quotidien des trois filles presque un an après avoir visionné la série. Je compte d’ailleurs me taper un marathon très bientôt pour la deuxième saison puisqu’elle vient tout juste d’arriver sur le Club Illico. La première saison est d’ailleurs disponible à TVA depuis quelques semaines déjà.

  1. La collection d’automne des boutiques Pentagone

J’ai eu le bonheur de voir mon mandat d’ambassadrice des boutiques Pentagone être renouvelé pour une troisième année et c’est le cœur rempli de reconnaissance que j’entame une nouvelle année mode à leur côté. La nouvelle collection d’automne offre un mélange de lainage, de cuir, de coton, de denim et surtout, des imprimés comme je les aime. Que ce soit pour créer un look pour le travail, une sortie ou les fins de semaine, tu es assurée de trouver quelque chose à ton goût. J’aime d’amour cette compagnie québécoise qui se fait une place parmi les grands noms de la mode. Je félicite également mon amie Myriam Arpin, qui a le bonheur de partager ce rôle avec moi encore cette année. Pour voir la collection d’automne, c’est ICI.

Crédit photos : Isaak Bourgouin

  1. Le livre Majordome et petites bouchées

Eh oui, l’automne est toujours riche côté littéraire à l’approche du Salon du livre de Montréal qui aura lieu du 14 au 19 novembre. Parmi mes lectures de la rentrée se trouvait aussi le livre d’Annie Dubreuil qui raconte l’histoire de Clarence, un homme épris de son amie d’enfance Marion et qui lui a cautionné un prêt pour l’achat d’un food truck, mais doit faire face à l’arrêt des paiements de son amie qui a décidé de prendre le large vers la Grèce avec sa dernière fréquentation. Ses finances passant rapidement de l’aisance au bord de la faillite, ce comptable décidera de se trouver un emploi de majordome dans les enterrements de vie de filles pour se sortir de cette situation. J’ai craqué pour le ton léger du roman, moi qui ADORE la chicklit et qui ne me tanne pas d’en lire. J’aime que le personnage principal soit un homme, ce qui est relativement rare dans ce genre de littérature. Un roman drôle, bien écrit et parfait pour les journées grises de l’automne. À lire avec un bon chocolat chaud et une doudou.

  1. Charlotte Legault dans District 31

Tu connais mon amour pour Charlotte, je lui ai d’ailleurs consacré un article complet que tu peux lire ICI. Je dois absolument mentionner sa performance dans le rôle d’Amélie Bérubé dans la série chère à mon cœur, District 31. Alors que j’avais un peu décroché de l’histoire lors de la saison 2, je dois dire que Luc Dionne a bien fait les choses pour que je redevienne rapidement une grande fan de l’émission. Charlotte est tellement talentueuse depuis le début de la saison 3, c’est un vrai bonheur de la voir évoluer dans la série. Elle a décidément tout ce qu’il faut pour rayonner encore longtemps sur nos écrans.

Entrevue avec Charlotte Legault

  1. MR. Puffs

Je ne peux passer sous silence ma nouvelle obsession alimentaire, les beignets de chez Mr. Puffs. Je CRAQUE complètement pour leurs beignes, ou plutôt leurs trous de beigne, offerts dans une variété de saveurs et dont la texture s’apparente à celle des queues de castor dont je raffolais déjà. Une nouvelle succursale vient d’ailleurs d’ouvrir près de chez moi à Terrebonne et ça, ce n’est pas tellement bon pour mon tour de taille. J’essaie donc de ne pas flancher trop souvent et de réserver mes visites aux occasions spéciales.

Et toi, as-tu des coups de cœur que tu voudrais partager avec nous ? On adore lire tes suggestions !

Photo de signature pour Jennifer Martin.     

La trilogie de Sarah-Maude Beauchesne

Jen parle de la trilogie de Sarah-Maude Beauchesne

Il y a des livres qui marquent l’imaginaire.

Des livres qui font réfléchir, qui font sourire, qui font pleurer.

Des livres que tu aurais aimé lire à une autre époque de ta vie.

Des livres que tu voudrais faire lire à tout le monde afin qu’ils comprennent.

Pour moi, ces livres sont Cœur de slush, Lèche-vitrines et Maxime, la trilogie écrite par Sarah-Maude Beauchesne que j’ai lue il y a quelques semaines.

Folie 3 livres ados

Ces livres qui m’ont émue, charmée et ramenée 15 ans en arrière quand j’étais une adolescente dans toute sa complexité. Une adolescente un peu mal dans sa peau à la recherche du prince charmant sur son maudit cheval blanc et qui ne savait pas encore à quel point les films de Disney n’étaient pas réalistes.

C’est l’histoire d’une fille qui s’appelle Billie-Lou. Billie a de longs cheveux, de grandes jambes et de nombreuses taches de rousseur. Aucune comparaison physique avec moi. Mais elle aime la musique, la slush bleue, l’écriture et imaginer de grandes histoires d’amour.

Tout comme moi.

J’ai plongé dans son histoire avec toute la naïveté que je possédais à son âge et qui me rend visite encore de temps en temps malgré mes 35 ans.

J’ai encore beaucoup d’intérêt pour les lectures qui s’adressent surtout à un public d’ados, j’en ai d’ailleurs parlé ICI. Mais cette trilogie m’a jetée par terre par son réalisme et la puissance de ses mots. Je me suis tout de suite identifiée aux pensées de Billie et à sa quête de vivre des émotions fortes. Mais surtout, sa façon de passer au travers du chagrin de son premier grand amour.

Celui dont on se souvient pour toujours parce qu’il fait si mal sur le coup et ouvre une plaie qui laissera une cicatrice à jamais dans notre petit cœur jusque-là innocent. Ses références aux odeurs qui lui rappellent ce qu’elle a vécu, à son environnement qu’elle associe à différents épisodes de sa vie, les pensées qui vont et viennent dans son esprit, tout ça aurait pu être le propre écho de tout ce qui se bousculait dans ma tête au même âge.

À un moment, je me suis même demandé si Sarah-Maude n’avait pas trouvé l’un de mes journaux intimes abandonnés quelque part ou si ma mère ne lui avait pas envoyé des notes sur mon adolescence puisqu’elle en a été le témoin principal. Ces livres que j’aurais voulu écrire si j’avais ne serait-ce qu’un quart du talent de Sarah-Maude.

Ces romans ne me sont pas adressés, mais j’ose croire qu’ils ont été écrits un peu pour moi. Pour que je comprenne enfin l’adolescente que j’étais.

Finalement, j’ai peut-être bien fait de les lire à 35 ans.

Parce qu’à 15 ans, peu importe ce qu’on lit, on trébuche quand même. On se fait mal, on écorche son petit cœur, mais surtout, on vit les choses intensément, sans trop se poser de questions.

Pour en apprendre plus sur Sarah-Maude Beauchesne, c’est ICI et ICI.

         

 

3 livres pour ados qu’on peut lire quand même en étant adultes

J’étais à peine sortie de l’enfance quand j’ai commencé à m’intéresser aux vrais romans. Ceux qui racontent des histoires plus effrayantes (toute la collection Frisson), ceux qui me parlaient d’amitié (les nombreuses aventures de la collection Le Club des Baby-sitters) ou encore les lectures obligatoires d’école, mais que j’ai appréciés plutôt que de chialer (Cassiopée, l’été polonais de Michèle Marineau ou encore Ciel d’Afrique et patte de gazelle de Robert Soulières).

Tous ces romans constituent encore les fondations de ma bibliothèque et m’ont suivi à chacun de mes déménagements, puisque je suis tout simplement incapable de les laisser derrière moi. Les pages sont gondolés par l’eau de piscine ou du bain qui les ont éclaboussées pendant que je les feuilletais, confortablement installée sur un matelas gonflable, ou pendant l’une de mes nombreuses soirées passées dans mon bain. À cette époque où je ne passais pas mes 5 à 7 à gérer le souper, le bain et les devoirs de mon fils, ses activités et les miennes, mon couple, mes événements de blogueuses, ou encore les commissions et les nombreux rendez-vous, j’aimais tellement me plonger dans l’univers de personnages qui semblaient vivre les mêmes interrogations que l’adolescente que j’étais, mais qui avaient dont l’air de les gérer mieux que moi.

Mon amour pour la lecture n’a jamais diminué depuis, et j’affectionne encore beaucoup les romans qui me replongent à cette époque. Je feuillette même mes vieux livres Frisson quand je suis entre deux lectures et que j’ai simplement envie de me laisser porter par les souvenirs. Voilà donc pourquoi j’ai eu envie de vous partager 3 romans que j’ai lus récemment, qui s’adressent principalement aux ados, mais que l’on apprécie quand même, au cœur de la trentaine.

1.#Colocs, de Nadia Lakhdari King

J’ai découvert l’auteure Nadia Lakhdari King par hasard, en fouinant à la bibliothèque et c’est le premier tome de sa trilogie intitulée Éléonore qui m’est tombé dans les mains. J’ai été charmée par les personnages et surtout par le style d’écriture de Nadia que j’ai adopté sur-le-champ. J’ai donc été très enthousiaste lorsque j’ai pris connaissance de la sortie de son nouveau projet, intitulé #COLOCS.

Bien que ce roman s’adresse particulièrement aux adolescent.es, j’ai tout de suite senti que malgré mon âge « adulte » de 35 ans, mais toujours 15 dans ma tête, je pourrais me laisser séduire par l’histoire, juste en admirant la magnifique couverture du livre et en connaissant l’étendue du talent de l’auteure. J’ai donc plongé avec plaisir dans la lecture de ce roman rafraîchissant comme un cornet en pleine canicule, et je me suis attachée aux tribulations d’adolescentes de Béatrice et Emma, qui commencent leur première année de cégep en apprivoisant la colocation et tout ce qui la caractérise. La lecture de ce livre m’a vite replongé dans mes souvenirs de la même époque. Interrogation typique de fille en amour, difficulté d’adaptation entre le secondaire et le cégep, gestion des anciennes et nouvelles amitiés. Tout y passe et le roman se lit en un rien de temps, puisque je l’ai dévoré en 3 jours. Les dialogues sont divertissants, remplis de vérités et m’ont replongé dans des souvenirs enfouis dans les chapitres passés de mon carnet d’expériences. J’ai même ressenti une petite tristesse en terminant le dernier chapitre, puisque celui-ci m’a laissé sur ma faim. Heureusement pour moi, je pourrai découvrir quel destin attend Emma et Béatrice prochainement, puisque la sortie du deuxième tome est prévue pour le 16 novembre. Yay !

Folie 3 livres ados

Crédit photo : Jennifer Martin

  1. Cœur de slush, de Sarah Maude Beauchesne

Fondatrice du blogue Les fourchettes, c’est mon amie Dominique qui m’a fait découvrir la plume de Sarah Maude. C’est aussi elle qui m’a prêté son premier roman Cœur de slush, qui raconte l’histoire de Billie, 17 ans, et de son coup de foudre pour un beau blond, Pierre de son prénom. J’ai craqué pour les mots si poétiques, les phrases remplies de candeur et de naïveté, et surtout, pour la plume incroyablement émotive de Sarah Maude. Ce roman a su me faire sourire, j’ai réussi à m’extasier devant les mots si puissants et ça m’a même donné envie de pleurer en petite boule dans mon lit en caressant mon chat. C’est avec beaucoup d’impatience que j’attends de mettre la main sur le deuxième tome Lèche vitrines (Allô Dom) et Maxime, le dernier opus de cette série.

Folie 3 livres ados

Crédit photo : Jennifer Martin

  1. La vie sucrée de Juliette Gagnon, de Nathalie Roy

J’ai déjà parlé de mon immense affection pour les livres de Nathalie dans l’article ICI  et ICI, mais je ne peux faire autrement que de mentionner la série qui fait suite aux romans La vie épicée de Charlotte Lavigne. On y retrouve Juliette, début vingtaine, photographe pour un grand studio et perpétuellement en amour avec le mauvais garçon. Intense et drôle, elle m’a divertie tout autant que l’a fait sa mère Charlotte. Elle multiplie les grands projets et les grandes décisions, et elle réussit à nous attendrir entre 2 fous rires. J’en suis déjà à espérer retrouver une trilogie qui parlerait des enfants de Charlotte tellement j’ai eu de la difficulté à faire mon deuil après mes lectures.

Folie 3 livres ados

Crédit photo : Cindy Ferland

Bref, que ce soit pour replonger dans tes souvenirs, te laisser porter par des histoires simples, mais divertissantes ou pour partager tes romans avec ton ado, ta petite cousine ou ta meilleure amie de 35 ans, j’espère que ces suggestions de lecture te feront envie. N’hésite pas à me faire part de tes coups de cœur littéraires, je suis toujours à l’affût de nouveaux auteurs et prête à me laisser charmer par leur plume.

Bonne lecture !

Ces auteures qui inspirent

Ces auteures qui inspirent

Comme certains d’entre vous le savez déjà, j’écris. C’est une évidence, puisque vous êtes en train de lire, en ce moment même, mes mots (duh). Mais, en dehors de Folie Urbaine, j’écris beaucoup aussi. J’écris sur ma page Les histoires inachevées et ce sont des histoires beaucoup plus personnelles que celles que j’écris ici. L’approche est différente et le but aussi.

À la base, écrire c’est quelque chose que je trouve con. Seulement quand c’est moi qui le fais, bien sûr. Ça m’a pris énormément de temps avant d’assumer que je n’étais pas plus niaiseuse qu’une autre de parler de ma vie privée sur une plateforme et d’en faire des histoires. D’ailleurs, c’est encore un processus que je dois refaire tous les jours. Parce que des blogues comme Folie Urbaine, qui parlent de tout et de rien, il y en a vraiment beaucoup. Mais des blogues personnels, la pelleté est moins grande. Chacun de ces sites fait par une auteure donne, j’en suis sûre, un peu de courage à quelqu’un de se convaincre que ce qu’elle écrit n’est pas insignifiant.

Aujourd’hui, je te dresse une petite liste de ces femmes qui m’inspirent :

 

Sarah-Maude Beauchesne | Les fourchettes

Voilà une preuve concrète que parler de nos histoires soft-sexu, ça peut mener loin. Sarah-Maude a commencé avec un site qui s’appelle Les fourchettes et maintenant, elle écrit des livres et participe à l’écriture de séries télé. Elle a aussi fait des Soirées de Coutellerie où des comédiennes étaient invitées à donner vie à ses textes. J’ai pu assister seulement à la dernière, mais je n’ai pas décroché mes yeux de la scène et je suis ressortie de là gonflée à bloc. Son site n’est plus alimenté comme avant – on ne peut pas la blâmer, elle est rendue ailleurs – mais elle a sorti un autre texte la semaine passée. Chaque fois qu’elle le fait, ça me rappelle pourquoi je veux écrire. Pour moi, ça a vraiment été la base de tout ce qui s’en est suivi dans mon cheminement pour commencer à écrire plus loudly.

 

Marika Bellavance | Les traineries du samedi

Je peux dire que j’me sens chanceuse d’avoir le plaisir de la côtoyer et de l’avoir auprès de moi dans certains de mes projets. Marika a 2000 personnes sur la page Facebook de son blogue, elle étudie en journalisme à Ottawa. Dernièrement, elle écrit pour le journal Le Droit. Elle a aussi sorti un petit livre avec ses textes favoris. Elle chante aussi merveilleusement bien. Elle a accompli énormément et continuera à le faire. Marika me motive, parce qu’elle est énormément talentueuse et réussit une grande partie de ce qu’elle entreprend. Elle a commencé à assumer son envie d’écrire très tôt et elle en reçoit les bénéfices aujourd’hui. Pour être honnête, elle m’inspire, parce qu’avec 6 ans de moins que moi, elle me rappelle que si j’arrêtais d’hésiter aussi longtemps sur mes passions, je serais peut-être ailleurs aujourd’hui.

 

Véronique Grenier | Hiroshimoi

Si vous n’avez pas encore lu ce livre-là, qu’attendez-vous? Moi, je suis tombée en amour avec le titre dès la première fois que je l’ai vu sur les réseaux sociaux. Hiroshimoi. Je me faisais une idée de ce que l’histoire pouvait être avec ce simple mot. Quand j’ai finalement mis la main sur ma propre copie, je n’ai pas été déçue. C’était exactement – et même plus – ce à quoi je m’attendais. C’était une forme de poésie à laquelle je ne suis pas particulièrement familière, mais sur laquelle j’ai accroché. Le soft-sexu gagne encore, pis le beau pis le triste.  Et même si ce livre vient un peu tard dans mon histoire de «raisons pour lesquelles j’écris», il n’en reste pas moins que ça me motive à continuer. Aussi, ça m’a un peu permise de renouer avec l’envie de lire beaucoup plus.

Je tiens aussi à dire que si Véronique Grenier avait été mon prof de philo, j’aurais peut-être pas dormi autant sur mon pupitre dans mon cours le vendredi matin, à 8h.

 

J’arrête ma liste à trois parce que je pourrais continuer longtemps et nommer toutes ces personnes qui écrivent. Parce que le moindrement que j’ai pu tomber sur un de vos textes quelque part et vous lire en train de partager quelque chose un minimum personnel; sachez que vous m’inspirez, vous qui avez le courage de vous exprimer et de vous dénuder devant les internets.

Et j’espère que vous allez continuer.

 

dominique-signature-02-jpgverifiedsofia