O Barbu, entretenir les traditions

O barbu

Depuis quelques années, j’ai l’impression que la mode des barbershops et son utilisation ont augmentées. Facile à comprendre, avec les nouvelles modes et les magazines qui nous garnissent la tête avec des images d’homme barbus, nous avons eu le style ‘’lumberjack’’, le ‘’man bun’’ et j’en passe. Moi-même, je dois avouer que je préfère les barbes que les peaux lisses du visage. Je ne peux pas vraiment comprendre ce qu’est l’entretien d’une barbe, mais si c’est le moindrement comme l’entretien des autres poils du corps, je peux deviner que ce n’est pas de tout repos. Les coupures, manquer des spots, trimer, faire ça droit, faire ça propre et j’en passe.

C’est pourquoi aujourd’hui je vous parle d’un barbershop : O Barbu. O Barbu se situe dans le quartier Villeray, au 305 rue Gounod. Les deux barbiers, deux frères prénommés Marco et Luis, dont ce dernier s’est joint en août passé, vous reçoivent dans une ambiance qui se veut conviviale et sans prétention, essayant de nous rappeler les salons d’époque. Marco est un passionné qui a commencé dans le domaine de la coiffure en 2007 et qui, au fil du temps, s’est spécialisé en tant que barbier. Il a appris de manière autodidacte les techniques de rasages des vieilles traditions et son talent pour cet art lui a gagné une belle réputation et clientèle. C’est en 2015, que le salon O Barbu voit le jour.

Les gens peuvent s’y sentir à l’aise de discuter de tout et de rien, de simplement venir dire bonjour ou de jaser autour d’un café. Il y a également la diffusion de matchs sportifs et des consoles de jeux vidéo. Les deux barbiers misent beaucoup sur le service client afin de nous donner une belle expérience et nous donner le goût de revenir !

Pour la fête des pères, nous vous offrons donc la chance de vous faire entretenir la barbe à l’aide d’O Barbu. Les détails sur le site facebook, à 20h !

Pour le facebook de O Barbu, c’est ICI.

 

Dominique signature Folie Sofia logo reviseure

 

Folie Urbaine a testé le nouveau menu du Gras Dur

Jennifer parle du Gras Dur

*Avertissement*

Ce texte pourrait vous donner faim et vous créer des envies de sorties au restaurant, nous préférons vous en avertir.

Étant toutes des amatrices de bonne bouffe et de soirées entre amies, nous étions très emballées lorsqu’Annie et Stefan, les propriétaires du maintenant réputé restaurant Le Gras Dur, nous ont conviées à venir tester leur nouveau menu ainsi que leurs classiques. C’est un privilège immense que de pouvoir en apprendre plus sur leurs valeurs, les secrets de leurs recettes, leur personnalité et surtout sur les différentes saveurs que l’on retrouve au menu.

Véritables passionnés de cuisine, jaser avec Annie et Stefan est un pur plaisir. Sympathiques, accueillants et divertissants, on a l’impression de jaser entre amis et d’être happés par leur joie de vivre. Annie a les yeux pétillants et semble toujours avoir la tête pleine d’idées, alors que Stefan inspire le respect dans la maîtrise incomparable de sa cuisine. C’est réellement stimulant de converser avec eux.

Récemment agrandi, le restaurant offre maintenant un bel espace et une terrasse pour accueillir ses clients. Le décor est dépareillé et chaleureux, on adore les murs de bois et de briques, les accessoires vintages et la bonne musique qui oscille entre les vieux succès de rock et les classiques de la musique québécoise.

Folie a testé menu Gras dur

Alors que nous étions à quelques jours du Mac’N Cheese Week, c’est évidemment ce classique qui était à l’honneur lors de notre passage. Ayant déjà gagné de nombreux prix, Annie et Stefan aimeraient bien voir leur recette couronnée et ainsi ajouter le titre de recette gagnante pour l’année 2018 de la semaine du macaroni au fromage à leur impressionnante liste. Celle-ci se compose d’un sandwich au fromage L’Hercule de Charlevoix de la Laiterie Charlevoix, de beurre d’arachides, Jelly and Bacon arrosé de sauce Firebarns au Bacon. Complètement décadent, le mélange des saveurs est très original et nous croyons sincèrement en ses chances de gagner. C’est d’ailleurs le coup de cœur de Karine et Ariane. Pour en apprendre plus sur le Mac’N Cheese Week qui aura lieu du 9 au 15 avril, vous pouvez cliquer ICI.

Jen Gras dur

Qui n’aime pas la poutine, ce grand classique de notre cuisine québécoise ? Eh bien, saviez-vous que Le Gras Dur sert une poutine aux fruits de mer qui a remporté la première position lors de la dernière Poutine Week ? Elle est composée de frites fraîches, de fromage en grains, de crevettes, de bisque de homard accompagné d’une sauce au beurre d’arachides, de sauce sriracha et d’oignons croustillants, j’ai adoré son goût épicé. Savoureuse, elle saura surprendre, mais surtout combler même ceux qui n’osent pas déroger de la recette originale. Un gros coup de cœur pour la grande amatrice de poutine que je suis.

Jen parle du Gras Dur

Jenni parle du Gras Dur

On ne peut passer sous silence la poutine Tousqui, grande gagnante du festival de la poutine de Drummondville, dans laquelle on retrouve des schnitzels de poulet et du chou braisé. Un vrai délice en bouche et on vous partage un fait des plus impressionnants : cette poutine représente 50 % des ventes totales du restaurant et des trois camions de rue appartenant à Annie et Stefan. Comme quoi même les classiques peuvent être revampés et obtenir du succès !

Jennifer parle du menu du Gras Dur

Nous avons aussi eu la chance de déguster la poutine Cheeseburger, gagnante de la 2e position de la Poutine Week 2017 dans laquelle on retrouve vraiment le goût du hamburger avec du bœuf haché, de la sauce au poivre et une sauce à burger concocté par Stefan, qui maîtrise parfaitement les ingrédients pour la composer.

Jennifer parle du menu du Gras Dur

Nouveau menu du Gras Dur

Un de nos gros coups de cœur lors de cette soirée ? Le tartare de saumon asiatique qui, sans surprise, a obtenu la 1re place au Tartare Fest 2016. Moi qui ne suis pas une grande amatrice de tartare habituellement, je suis littéralement tombée en amour avec celui-ci. Vraiment un must à déguster pour tous les amateurs de tartare. On retrouve aussi au menu celui au bœuf, au thon et au cheeseburger.

Nouveau menu du Gras Dur

Jennifer Gras Dur

De plus, pour ceux qui ne consomment pas de viande ou qui désirent faire attention à leur cholestérol ou à leur poids, Le Gras Dur offre une variété de plats végétaliens et végétariens tels que le poke de thon, le grilled cheese La Bet, le Mac burger ainsi que celui à l’aubergine ou à l’avocat. De quoi ravir ceux qui désirent tout de même profiter de l’expérience culinaire offerte au restaurant.

Jennifer parle du menu du Gras Dur

Nos estomacs bien remplis, nous avons quand même pris soin de garder une petite place pour le dessert. Dégustant d’abord un bon thé David’s Tea, nous aurions aussi pu nous régaler d’un bon café concocté par un véritable barista. Alors qu’habituellement on peut commander des biscuits Oreo frits, le temps des sucres oblige, c’est le biscuit feuille d’érable qui était au menu lors de notre passage. Chaud et tendre, ce fut un vrai plaisir pour mes papilles gustatives, surtout accompagné d’une dégustation de crème glacée maison. Eh oui, Annie et Stefan cuisinent même leur propre gelato ! Amaretto, pistache, vanille et noix de coco sont les choix qui s’offraient à nous et c’est avec gourmandise que nous avons consommé le tout. Ils feront assurément fureur cet été lors des soirées chaudes !

Jen parle du Gras Dur

Jennifer parle du menu du Gras dur

Présents entre chaque service pour s’assurer que nous ne manquions de rien, nous avons eu l’occasion de leur poser la question qui caractérise toutes nos entrevues : Quelle est ta plus grande folie ?

Annie :

Stefan et moi, on a l’habitude de partir régulièrement en road trip. On adore faire de la route et se retrouver ensemble. Lorsque mon aîné était à peine âgé de 2 mois, nous sommes partis un vendredi pour l’une de nos traditionnelles balades sans destination précise. Nous avons eu spontanément l’idée d’aller, pour la première fois, à l’événement Bike Week qui avait lieu dans la ville de Lake George, aux États-Unis. À l’époque où le passeport n’était pas obligatoire pour traverser la frontière, nous avons pu prendre la route sans retourner à la maison, bien que nous n’ayons prévu aucune valise pour le voyage. Avec un bébé de 2 mois, il fallait être motivés ! Mais je me disais que j’avais du lait et des pyjamas dans son sac à couche (l’essentiel, selon moi) et que nous trouverions bien ce qui manquait dans des magasins en cours de route. Ce fut une belle folie dont je garde un merveilleux souvenir. 

Stefan :

Ma plus grosse folie a été de lâcher l’emploi stable que j’occupais depuis 10 ans pour me lancer dans cette entreprise avec Annie. Je m’occupais de 250 cuisines en Amérique du Nord avec 5000 employés à gérer et j’ai décidé de quitter mon poste pour ouvrir ce restaurant. Je pense qu’on peut dire que c’est une grande folie, mais je n’éprouve aucun regret puisque j’adore ce que je fais.

Question boni : Si vous deviez ne choisir qu’un seul plat sur votre menu, lequel serait-ce ?

Stefan :

Je pourrais certainement manger mon tartare de saumon tous les jours, mais si je ne dois qu’en choisir un, je dirais ma poutine aux fruits de mer dont je suis extrêmement fier.

Annie :

C’est tellement une question difficile! J’aurais vraiment beaucoup de difficulté à trancher entre le tartare de saumon et la poutine aux fruits de mer.

Quand on dit que les couples ont souvent les mêmes goûts!

Jennifer parle du Gras Dur

 

Pour ceux qui aiment déjeuner au restaurant, Le Gras Dur offre le brunch à volonté pendant la fin de semaine. Adoptant la formule du buffet, c’est dans un esprit convivial que vous êtes invités entre 10 h et 14 h à venir démarrer la journée du bon pied.

À noter que vous pouvez aussi vous faire livrer votre repas à Montréal en passant votre commande sur le site Foodora.

Pour toutes les informations sur le Gras Dur c’est ICI

Bref, ce fut une soirée très divertissante pour nous, mais surtout une expérience culinaire des plus savoureuses. Nous remercions chaleureusement Annie et Stefan pour leur accueil et leur générosité.

Crédits photos : Ariane Martineau

        

Cheveux de pouliche et coupes tendances

hair haircut

Le Villeray artistes coiffeurs, c’est premièrement Simon, un passionné de son métier. Il a ouvert, en juillet 2016, son tout premier salon situé dans le quartier Villeray. Les 3 chaises disponibles sont prises par une coiffeuse et un coiffeur, ainsi que lui-même et ils forment ensemble un trio talentueux. Simon a mis sur pied un salon à son goût et s’est associé à des compagnies de produits capillaires en qui il croit. René Furterer en fait partie et il tient la majorité de ces produits en salon.

karine cheveux folie urbaine

Depuis 1 an, je fais confiance à Simon. À chaque rendez-vous, je sors de là comblée et le sourire aux lèvres et je me lance dans des selfies! Nous parlons de tout et de rien, pendant qu’on nous offre vin, thé, café ou autre. Je me sens à chaque fois comme une princesse. Il s’occupe de nous, de notre arrivée à notre départ, on est sa priorité. Je trouve cela super, surtout que je n’aime pas les salons où plusieurs personnes jouent dans mes cheveux (différent.es technicien.nes). Simon s’occupe de ses clients de A à Z ; il ne délègue rien et j’adore sa vision des choses. Je suis heureuse de fréquenter ce salon avec un propriétaire humble, qui a une belle ouverture d’esprit, rempli de talents, avec une belle joie de vivre et qui a énormément d’ambitions. Depuis qu’il est mon coiffeur, mes cheveux sont magnifiques et en santé!

J’aime nos rendez-vous, nos fous rires et nos conversations. Les produits qu’il me conseille sont toujours parfaits pour mes cheveux et je ne me sens pas obligée de les acheter, il respecte ses clients et cela est tout en son honneur. Merci Simon d’être dans ma vie!

-Karine

 

hair haircut
Crédit photo : Karine Caron-Benoit
hair haircut
Crédit photo : Sarah Rouleau

J’ai souvent changé de coiffeur.se depuis que je ne me fais plus faire les cheveux pas mon copain de l’époque. Quand j’étais ado, c’était les teintures cheap et on arrose le tout dehors (seulement durant l’été quand même)! On est rendus loin de tout ça! J’opte maintenant pour des produits de qualité, qui vieillissent bien. J’ai rencontré Simon il y a déjà un an, mais c’est seulement que tout récemment que j’ai décidé de prendre rendez-vous avec lui. Croyez-moi, ce n’était pas l’envie qui manquait, mais je voulais simplement y aller lorsque j’allais oser de me faire couper les cheveux (plus que quelques pouces). Et je n’ai pas regretté une seule seconde. Mes cheveux sont plus volumineux, ils brillent, n’ont pas de décoloration étrange et sont faciles à entretenir. Prochain rendez-vous? Je risque d’opter pour une couleur plus punchée!

-Ariane

 

Le Villeray artistes coiffeurs est un salon unique. Il y aurait tellement de choses à dire, mais en général, c’est un endroit à découvrir. Si vous voulez plus de détails, voici les coordonnées :

Facebook

Instagram

Site Internet

8071, rue St-Denis

Montréal, Québec

H2R 2G2

514- 903-7221

 

ariane photographie cheveux verts portait

Crédit photo couverture : Sarah Rouleau

Le Bazar Les Intemporelles

karine intemporelles folie urbaine

Connaissez-vous le Bazar Les Intemporelles? J’ai découvert cet événement au printemps dernier et j’ai d’ailleurs parlé de mon expérience dans cet article sur Découvrez Villeray. Puis, j’y suis retournée le week-end du 29 et 30 septembre et j’ai eu la chance de parler avec deux des fondatrices de l’événement qui augmente en popularité. Ce qui le distingue des autres événements d’artisans? Le vintage! Eh oui, les kiosques ont tous une touche vintage et l’on retrouve vraiment de tout.

karine intemporelles folie urbaine

Pour ma part, j’ai eu de gros coups de cœur pour des marques et articles et j’ai dépensé un peu… ben oui toé! Ma grande découverte a été Kinsu, une entreprise à propos de laquelle j’ai vraiment hâte d’en savoir plus. Pour l’instant, ce que je sais, c’est que les articles sont créés avec des jeans récupérés. Ce sont des articles mode avec des valeurs écologiques. J’ai pu m’entretenir un court instant avec la créatrice et j’ai très hâte d’aller la rencontrer à son atelier prochainement pour vous en parler plus en détail.

Puis, Fleur Maison. Je connaissais déjà cette entreprise grâce à leur compte Instagram et leurs trop belles images, mais c’était la première fois que je voyais leurs produits en vrai et j’ai eu un immense coup de cœur. J’ai d’ailleurs eu du mal à choisir une illustration, car chacune avait sa place dans mon bureau. Les deux merveilleuses personnes derrière Fleur Maison sont si accueillantes; je me suis sentie attirée vers leur kiosque, c’était doux et apaisant.

karine intemporelles folie urbaine

Il y avait aussi beaucoup de kiosques avec des objets vintage variés, mais c’est vraiment Mama Coco Vintage qui a attiré mon attention. J’ai d’ailleurs succombé et acheté deux magnifiques assiettes qui me serviront pour effectuer de belles photos. D’ailleurs, une d’entre elles remonte aux années 20 ! C’est magique.

karine intemporelles folie urbaine

J’ai aussi bien aimé les sirops naturels Les Charlatants, une entreprise québécoise située dans le Mile-End. Toutes les saveurs étaient délicieuses et j’adore vraiment leurs étiquettes ainsi que les petites bouteilles qui donnent un look vintage aux produits.

Pour terminer, il y avait les entreprises Nuphar et Créa cosmétiques qui offraient des produits de beauté. J’ai adoré les deux kiosques qui étaient doux et feutrés. Chaque produit sentait si bon. C’est sans aucun doute des produits que j’aimerais essayer.

Il y avait plusieurs autres kiosques et je n’ai pas eu le temps de parler à tous les artisans, mais ce que je sais, c’est que j’aime vraiment cet événement.

En plus de promouvoir les artisans d’ici, c’est le vintage qui est la thématique principale. Les fondatrices souhaitent en tenir plusieurs par année, ce qui, selon moi, est une merveilleuse idée ! Je serai présente à chacune des éditions, assurément. C’est dans une ambiance festive, avec la collaboration d’organismes et de commerces du quartier Villeray que les organisatrices créent cet événement.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur la page Facebook Les Intemporelles ICI.

 marieve duchaine reviseure

Mai : 5 coups de coeur de Jennifer

Folie Urbaine coup de coeur mai

Pour ce premier article coup de cœur, j’ai eu du mal à n’en choisir que 5. J’ai tellement d’intérêts variés que lorsque j’aime quelque chose une semaine, il est possible que j’aime le contraire la semaine suivante. Mais en général, je suis une fille fidèle à ses habitudes et quand j’aime quelque chose, j’en parle à tout le monde afin de le leur faire découvrir.

Voici donc mes 5 coups de cœur du mois de mai.

Premièrement, je ne peux passer sous silence mon coup de cœur pour la série 13 reasons why en exclusivité sur Netflix. Bien qu’elle ait fait beaucoup de bruit dans les médias, j’avais envie de ne pas me fier seulement à ce que je lisais pour me faire une opinion. Mon verdict ? J’ai bien aimé, même si je déplore un peu le côté très « américain » de la série. Je crois que certains épisodes s’étiraient en longueur et que ça aurait pu être tourné de manière un peu plus serrée, mais c’est mon opinion personnelle. Je me suis beaucoup attachée au personnage de Hannah et surtout à celui de Clay qui est tourmenté tout au long de la série par les cassettes laissées par son amie. Le point positif que je retiens de cette série, c’est d’avoir ouvert la porte à plusieurs discussions avec mon fils et mon amoureux. Nous avons regardé la série en famille et ce fut vraiment une belle occasion d’aborder le suicide et l’intimidation avec lui. Juste comme nous sommes dans les démarches pour choisir son école secondaire, disons que cette série est arrivée à un très bon moment.

Folie Coup de coeur Jen

Mon deuxième coup de cœur va au blogue Découvrez Villeray, fondé par mon amie Karine, aussi fondatrice de Folie Urbaine. Depuis quelques mois, j’ai signé quelques articles pour ce blogue en plus d’être réviseure, mais c’est vraiment au mois de mai que j’ai pu m’impliquer plus auprès de l’équipe. Comme Karine avait beaucoup d’engagements, elle m’a mise responsable de promouvoir la 1re édition du parcours découverte mettant en vedette la thématique glacée. J’ai donc pu visiter 4 commerces de ce merveilleux quartier, goûter à leurs spécialités spécialement identifiées pour le parcours et faire un compte-rendu quotidien sur les réseaux sociaux du blogue pendant la durée de l’événement. J’ai vraiment eu l’impression de faire partie de l’équipe et j’ai eu énormément de plaisir à participer à cette 1re édition.

Jen Coup de coeur

J’ai envie de vous parler aussi de Ma Poule Mouillée. Même si j’ai déjà fait un article sur mon restaurant préféré. On dirait que parce que ça date déjà de quelques mois, j’ai envie de saisir l’occasion de vous en reparler un petit peu. Situées sur la rue Rachel, sur le Plateau Mont-Royal, les grillades portugaises qu’on y retrouve sont tout simplement délicieuses. J’ai justement l’intention d’y retourner à plusieurs reprises cet été. Pour lire mon article, c’est ICI.

Folie Jen coup de coeur

Mon quatrième coup de cœur va au dernier livre d’Evelyne Gauthier Le club des joyeuses divorcées. Un roman chick lit comme je les aime. Léger, facile à lire, mais avec des personnages attachants, de l’humour, des réflexions et des prises de conscience. J’adore le style d’écriture d’Evelyne et je la recommande toujours à mes amies qui aiment lire ce genre de littérature. Son roman Aux délices de Miss Caprice  est aussi l’un des meilleurs en son genre.

Folie Coup de coeur jen

Mon dernier coup de cœur va à mon fils et mon chum, qui me soutiennent dans tous mes projets et qui ont été particulièrement compréhensifs depuis le début du mois de mai. Je suis dans une période vraiment intense tant au travail que dans ma vie personnelle et d’avoir leur appui, même si j’ai parfois l’impression de les négliger, m’aide beaucoup. Je vous aime mes amours et je ne pourrais pas y arriver sans vous. Vous me ramenez à l’essentiel.

Folie Coup de coeur Jen

jennifer-signature-02-jpg verifiedjenevieve

Découvrez Villeray fête son 1er anniversaire

Le 24 novembre dernier avait lieu, au Café Perko, une soirée des plus magiques dans le quartier Villeray : le 1er anniversaire du blogue Découvrez Villeray. Pour ceux qui ne le savent pas, cette plateforme, c’est le bébé de Karine, aussi co-fondatrice de Folie Urbaine, que cette dernière a lancée l’an passé avec son amoureux Sylvain. Né précisément le 28 novembre 2015, le blogue Découvrez Villeray offre un contenu des plus variés avec des articles exclusifs sur des artistes, artisans, boutiques, cafés, commerces, entreprises, événements, restaurants et services du merveilleux quartier Villeray, où Karine a grandi.

Avec plus de 2500 mentions « j’aime» sur Facebook, et un fort engouement auprès des entreprises du quartier, Découvrez Villeray jouit d’un beau succès depuis 1 an, succès que j’ai pu constater de mes propres yeux le soir de cet événement grandiose, que je ne pouvais absolument pas manquer.

Tout d’abord, je ne peux passer sous silence le travail colossal que Karine a accompli pour faire de cet événement une réussite. Karine a un sens de l’organisation à toute épreuve et veut toujours faire les choses en grand. Elle est donc parvenue à convaincre plus d’une vingtaine de commerçants de Villeray de participer à cet anniversaire. Épaulée par son équipe, elle a travaillé sans relâche afin de nous offrir une soirée mémorable. Le Café Perko a été le premier à s’inviter à la fête, en acceptant non seulement de prêter son espace pour que s’y déroule la soirée, mais en offrant un café régulier gratuit à chaque invité et une réduction de 50% sur ses cafés spécialisés. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé l’ambiance du Perko et, bien que je ne boive pas de café, j’ai l’intention d’y retourner, ne serait-ce que pour profiter des lieux et de sa vue sur le quartier.

Crédit photos: Dominique Babin

Je tiens aussi à souligner la présence du restaurant Le Gras Dur, qui était sur place avec son foodtruck pour offrir des bouchées à tous les invités. Poutine avec saucisses, ailes de poulet enrobées de bacon, salade de céleri-rave; les bouchées étaient tout simplement délicieuses, et n’avaient aucunement le temps de refroidir sur place, puisque tout était englouti en un temps record. Pour avoir été y célébrer l’anniversaire de Karine en juillet, je te confirme que tu te dois d’aller y manger pour goûter à leur hamburger au Nutella et à leur Oréo frit en dessert. J’en garde un souvenir incroyable! Mention spéciale aussi à la boulangerie L’artisan délices sans gluten et sans lait – Montréal, qui a offert de délicieux choux à la crème lors de la soirée.

 

Crédit photos: Dominique Babin

Plus d’une centaine de personnes sont venues festoyer la première année d’activités de Découvrez Villeray, dont Elsie Lefebvre, conseillère municipale de Villeray. En plus de célébrer son 1er anniversaire, Karine et son équipe ont profité de la soirée pour dévoiler le nouveau logo de Découvrez Villeray, ainsi que sa chaîne YouTube. La première vidéo est déjà en ligne, tu peux la visionner ICI.

Plus d’une vingtaine de commerçants ont donné des prix à faire tirer parmi les participants de l’événement. C’est donc plusieurs personnes qui sont reparties avec des cadeaux, tous plus intéressants les uns que les autres. J’ai beaucoup apprécié la générosité des artisans qui ont eu à cœur de contribuer au succès de cette soirée.

Je voudrais terminer cet article en mentionnant le nouveau bar Le Record, fraîchement débarqué sur la rue St-Hubert, où toute l’équipe s’est réunie après la soirée. Ce bar à vinyles, qui offre cocktails et bières, permet aux mélomanes d’aller siroter un verre en écoutant le meilleur de la musique des années 50 et 60. Gros coup de cœur pour la déco et l’ambiance. Va faire un tour si tu es dans le coin, les propriétaires sont très gentils.

Merci à Découvrez Villeray pour la magnifique soirée, j’ai déjà hâte au 2ème anniversaire. Bien sûr, un grand bravo à mon amie Karine, qui m’inspire un peu plus chaque jour.

Pour consulter Découvrez Villeray c’est ICI.

 

Photo de signature pour Jennifer Martin.    

 

Le Villeray artistes coiffeurs

Le Villeray artistes coiffeurs est un tout nouveau salon dans le quartier Villeray. J’ai eu l’immense chance de vivre une métamorphose capillaire et par le fait même, de rencontrer le copropriétaire Simon Côté, maître-coiffeur, styliste et coloriste. J’ai vraiment eu un coup de cœur pour lui dès notre premier entretien téléphonique. Il est généreux de son temps, il a de belles choses à raconter et c’est un véritable passionné dans tout ce qu’il fait.

folie urbaine karine villeray artiste coiffeur
Moi avant la transformation

Quand je suis arrivée à ma consultation, Simon était déjà prêt à me montrer le concept qu’il avait trouvé pour mes cheveux. Il a même avoué avoir stalké mon compte Facebook. J’ai été flattée de toute cette attention! Il a à cœur ses clients et je me sentais vraiment comme une princesse. On a commencé par un décolorant Blacklight, une marque québécoise à l’argile, huile de jojoba et olive.

Ensuite, on est passés à l’étape de la coloration. Pour la racine, c’est le produit Nutrilux, une marque italienne faite à base d’huile naturelle, de macadamia, de cypfrus et de rose musqué, sans ammoniaque et PPD. La couleur est un acajou foncé #4.50.

Puis, on est passés au reste de la couleur avec Rio Pink Paradise, une marque québécoise. C’est une couleur inspirée du célèbre carnaval.

Pendant le temps de pause, j’en ai profité pour poser quelques questions à Simon.

folie urbaine karine villeray artiste coiffeur

Pourquoi il s’est dirigé vers la coiffure?

À la base, il n’allait pas vers la coiffure. C’était principalement un hobby pour lui; il faisait de la coiffure principalement pour s’amuser. Sa mère était coiffeuse, c’était beaucoup trop proche de lui. Il a finalement fait son collégial en arts et communication. D’ailleurs, il dit : « Vu que je suis allé en communication, c’est interrelié avec la coiffure. Si tu n’es pas un bon communicateur, c’est difficile pour toi après d’être un bon coiffeur et vice-versa. » Après un an à Montréal, où ça n’a pas bien fonctionné pour lui, il a décidé de retourner chez lui, à Trois-Rivières. C’est là que sa mère lui a demandé pourquoi il ne faisait pas de la coiffure à temps plein, lui qui en fait depuis ses 14 ans. Il a donc suivi un cours de coiffure à Trois-Rivières et a terminé en 2000; ça fait donc 16 ans qu’il exerce ce métier à temps plein. Il ne regrette pas son choix. « Quand j’ai décidé d’essayer, je me suis rendu compte que la coiffure, ça pouvait vraiment être le fun et que ça pouvait être plus que ce que je pensais. » Après son DEP, il est revenu à Montréal et s’est perfectionné avec des coiffeurs réputés, a fait plusieurs écoles et a aussi pris des cours privés. Il me dit : « Là, je suis rendu au stade où je veux inviter les gens sur qui je tripe et avec qui je veux avoir un cours privé, ici au salon. Je veux perfectionner les petits trucs que je veux améliorer. » Il me parle et je ressens toute la passion qu’il a pour son métier.

 

En 16 ans de carrière, a-t-il fait autres choses que du salon?

« J’ai fait des défilés, des trucs de bienfaisance et des trucs publicitaires. Mais, je te dirais que c’est plus le côté clientèle qui m’intéresse. J’aimais les autres côtés à l’époque, mais au début, on se connait moins et on veut plus flasher. Quand on revient plus à nos valeurs personnelles, je me rends compte que je suis un peu timide, même si ça peut paraître bizarre. Donc, moi c’est plus le côté client, tripper avec eux. » Il mentionne le fait qu’il a une super belle clientèle depuis 16 ans et qu’il y a même des gens qui le suivent depuis ses débuts. Il a majoritairement pratiqué son métier dans des salons du quartier Villeray. C’est vraiment un coin qu’il apprécie particulièrement. C’est un peu pour ça qu’il a choisi de s’établir dans ce quartier. Simon aime le fait d’être près de ses clients et de leur offrir le meilleur : « Moi, c’est vraiment la clientèle qui me stimule. Je fais de tout aussi, je suis l’un des rares. Je suis coloriste, visagiste et styliste. Des fois, les coiffeurs vont se spécialiser un peu plus dans l’un ou dans l’autre, mais pour moi, c’est 50/50. Je ne pourrais pas choisir entre le stylisme ou la coloration, j’aime les deux. » Il m’impressionne juste par sa capacité d’exprimer l’amour qu’il a pour sa clientèle et le désir d’offrir le meilleur.

folie urbaine karine villeray artiste coiffeur
Simon, c’est lui ! Crédit photo : Simon Côté

Pourquoi a-t-il choisi de travailler avec les produits René Furterer?

« Ayant travaillé avec beaucoup d’autres produits, je trouvais que nous, les coiffeurs, étions toujours juste en surface. C’était rare qu’on traitait vraiment les problèmes. On les référait souvent à un dermatologue ou à un médecin. La gamme René Furterer offre ce traitement. » La compagnie a été fondée en 1950 et à la base, c’était pharmaceutique. Les produits peuvent traiter toutes les problématiques et ils ont également des brevets concernant la perte de cheveux. « Ça fonctionne très bien et en 6 ans, j’ai pu voir avec mes clientes que je réglais des problématiques, donc c’est positif. Les coiffants sont aussi hyper performants, des huiles essentielles naturelles, des extraits de plantes naturelles, etc. Dans la gamme, il y a aussi des produits sans sulfate. D’ailleurs, la gamme Lissea est entièrement naturelle. » Donc, les produits rejoignent ses valeurs, dans l’optique où il se souci beaucoup du bien-être de sa clientèle. « Ce qui est le fun aussi, c’est qu’il y a des cartes de fidélité. Après un certain nombre d’achats, tu as un produit gratuit. Je donne beaucoup d’échantillons à mes clients avant qu’ils les achètent pour les essayer. Souvent, ils reviennent pour acheter le produit. C’est vraiment une super gamme. »

 

C’est quoi ses prochains projets?

« En ce moment, je me concentre vraiment sur Noël, parce que ça va être gros cette année. Ça va être mon premier Noël ici. Ça va être deux semaines complètes, j’extensionne mes heures et en plus, j’ouvre d’autres journées. Ça va être beaucoup de travail. Après, je suis plus au jour le jour, parce que je veux prendre des vacances en janvier. Pour la suite, je vais commencer à faire un peu plus de publicité. Je suis présentement en recrutement.» Simon offre également la possibilité de louer son local pour des événements. D’ailleurs, c’est déjà commencé. « Je voudrais aussi faire une bibliothèque. J’ai des clientes qui lisent beaucoup de romans, donc j’aimerais faire une bibliothèque où tu peux amener un roman de poche, l’échanger contre un autre et le ramener chez toi. En plus, c’est très populaire dans le quartier. » Il a vraiment beaucoup d’idées et je suis certaine qu’il va apporter une belle touche unique au quartier Villeray. Il fait ce qu’il aime par passion et c’est ce que je ressens en l’écoutant parler de ses projets.

 

Le nom lui est venu comment?

« Villeray, c’est accrocheur! Surtout sur les réseaux sociaux. J’ai pensé Villeray, pis c’est facile à retenir. J’aime le design, donc je me suis dit que j’allais pouvoir jouer avec le V de Villeray. C’est moi qui ai fait le graphisme avec un de mes amis. Je trouvais que Villeray, ça faisait chic. »

folie urbaine karine villeray artiste coiffeur

Quelle est sa plus grande folie?

« Déjà ça, c’est une grosse folie, parce que je n’étais pas carriériste au point de vouloir ouvrir mon propre salon. C’est mon copain qui m’a donné l’idée. Moi, tu ne peux pas me donner des idées de même, parce que dès que tu m’as donné l’idée, je ne déroge plus, j’ai juste ça dans la tête. Au début, je n’avais pas l’argent pour le faire. On avait très peur, mais j’ai tellement une belle clientèle et en plus, je reviens dans le quartier où j’ai pratiqué pendant longtemps. Le bouche à oreille a fait le travail. Je suis déjà un peu fou, donc j’en fais à tous les jours des folies. Je pense que c’est ça, ma plus grosse folie. C’est ce qui me vient en tête. Je pense que c’est la plus grosse folie de ma vie, parce que je n’aurais jamais cru avoir les capacités pour le faire et mon copain m’a donné le courage de le faire. C’est mon René Angélil! » On salue d’ailleurs Maxime Fréchette, son copain et associé.

C’est vraiment un homme qui est accrocheur dans ses mots. Les histoires qu’il me raconte sont tellement le fun à écouter. Son expérience et sa passion font de lui une personne avec une magnifique personnalité.

Le temps de pause terminé, au lavabo, j’ai eu droit à un traitement intense Blacklight, qui est aussi une marque québécoise contenant 11 acides aminés, de l’huile d’argan, sans sulfate, sel ou parabène.

C’était le moment de découvrir le résultat final. Pour les produits coiffants, la gamme René Furterer a été utilisée par Simon. Plus précisément, le soin sublimateur d’éclat Okara, qui est un soin express démêlant avec hamamélis et protection UV. Puis, un concentré karité/antioxydant qui contient une protection UV, de l’huile de karité éthique, de la vitamine E et B5.

folie urbaine karine villeray artiste coiffeur
Résultat final

 

Simon m’a également offert une boîte cadeau Lumicia de René Furterer qui contient :

  • Le shampooing qui enraille les impuretés, neutralise le calcaire, resserre les écailles et qui est sans silicone;
  • Une laque végétale avec extrait naturel de cakilé et de vitamine B5. Ce produit est anti-humidité et agit comme protection thermique;
  • Gloss brillance qui est un produit non gras, non alourdissant et avec les mêmes composantes que la laque.
folie urbaine lumicia villeray artistes coiffeurs karine
Crédit photo : ICI

J’ai vraiment été chouchoutée et je suis tellement heureuse du résultat! On a nommé mon nouveau look « Couché de soleil ». Je remercie Simon Côté de chez Le Villeray artistes coiffeurs pour la merveilleuse expérience. Sans aucun doute, j’ai trouvé mon coiffeur pour les années à venir!

Il est tellement génial qu’il nous offre quelques petits trucs :

  • C’est un mythe que d’avoir les cheveux sale aide à la teinture;
  • Quand on entre dans la douche, laver les cheveux en premier et les essorer à l’aide d’une serviette, mettre un peu de revitalisant et laisser agir pendant le reste de sa douche avant de rincer;
  • Finir de laver ses cheveux à l’eau tiède pour refermer l’écaille du cheveu;
  • Après avoir lavé ses cheveux, il est conseillé de sécher ses cheveux à 85% avant de terminer à la brosse;
  • Pour donner du volume, lors du séchage, y aller dans le sens inverse des cheveux.

Pour prendre un rendez-vous, c’est sur sa page Facebook que ça se passe. Prévois environ 2 semaines pour le temps d’attente.

Pour voir la métamorphose, on vous a concocté un petit vidéo, ici.

www.levilleraycoiffure.com

Instagram : @levilleraycoiffure

 

514-903-7221

8071, rue Saint-Denis (Coin Jarry)

Karine signatureverifiedamelie