Entrevue avec Karianne Falcon : rédactrice et réviseure

Karianne Falcon est une femme remplie d’ambitions qui suit ses passions et se lance dans ses projets fièrement. Elle vient tout juste de lancer son entreprise qui offre une multitude de services qui sauront répondre à vos besoins. C’est lors d’une entrevue qu’elle a gentiment répondu à quelques questions qui vous permettront de mieux connaître cette merveilleuse personne ainsi que son entreprise.

 

D’où t’est venue la passion pour la rédaction et la révision ?

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé écrire. Déjà, à l’école primaire, les périodes allouées aux productions écrites faisaient partie de mes moments préférés. Mes aptitudes pour le français écrit se sont ensuite consolidées à l’école secondaire. J’adore m’exprimer à l’oral, mais je dois avouer que de poser mes idées sur papier a un petit je-ne-sais-quoi qui me fait extrêmement de bien. J’aime m’évader dans mes idées pour ensuite les relire et y porter un regard critique, qu’il soit négatif ou positif. Bien que sévère envers moi-même, je suis une personne extrêmement rationnelle dans la vie. Cela étant dit, j’aime me surpasser, explorer et expérimenter de nouvelles approches et de nouveaux thèmes en rédaction.

Quant à la révision, je dirais que mes habiletés pour le français écrit me permettent de repérer aisément les fautes de frappe, les erreurs de grammaire, de vocabulaire, de syntaxe et de ponctuation. Au cégep et à l’université, c’est souvent moi qui me proposais pour relire le travail afin qu’il n’y ait pas d’erreurs, retravailler le texte pour le rendre plus fluide, m’assurer de la suite logique dans les idées, etc. Comme c’est quelque chose que j’aimais grandement faire pendant mes années d’études, il m’est apparu naturel de l’inscrire à ma liste de services lorsque j’ai lancé mon entreprise en novembre dernier. C’est également dans cette perspective que m’est venu l’intérêt de proposer mes services de réviseure à l’équipe du blogue de Folie Urbaine.

 

karine karianne falcon folie urbaine
Photo : Andréanne Coggins

Quelle formation possèdes-tu ?

Je possède une formation préuniversitaire en arts, lettres et communication. Ces deux années d’études ont été tout simplement merveilleuses pour moi. Elles m’ont permis de faire des rencontres extraordinaires, mais aussi de littéralement plonger dans le vaste univers des communications. Bref, une formation extrêmement complète pour de jeunes étudiants qui aspirent à percer dans le domaine des arts et des médias.

Je me suis ensuite dirigée vers le programme universitaire de relations publiques de l’Université du Québec à Montréal, où j’ai approfondi mes connaissances et compétences en communication. Ce cheminement m’a aidé à acquérir des compétences communicationnelles et stratégiques et ainsi, me préparer à une carrière en relation publique.

 

Quelle expérience en rédaction et en révision as-tu ? Quel est ton parcours ?

J’ai acquis de l’expérience en rédaction dans le cadre de mes stages. J’avais pour mission d’accomplir des tâches se rapportant à la création et à la diffusion de contenu. Mon premier stage a eu lieu avec l’équipe d’un média de divertissement culturel très actif au Québec.

Mon deuxième stage s’est déroulé dans un environnement axé sur les technologies socionumériques et la production vidéo. J’avais la responsabilité de concevoir des documents reliés à l’édition, d’assister la production, en plus d’écrire une quinzaine de billets pour les réseaux sociaux de l’entreprise, lesquels visaient à promouvoir l’utilisation de la vidéo dans ses stratégies d’entreprise. Puisque je m’assurais toujours de bien réviser mes textes avant de les remettre, c’est de cette façon que j’ai acquis de l’expérience en rédaction et en révision.

Mon poste dans une agence de représentation artistique m’a emmenée à retravailler les contenus des diverses sections de son site web, puis à travailler à la conception de documents promotionnels à présenter aux vitrines culturelles et aux salons d’exposition destinés aux artistes de scène. Ensuite, j’ai eu quelques contrats de rédaction à la pige, en même temps que le lancement de mon entreprise. Sans oublier mon expérience de reporter-rédactrice pour Petite Boîte, spécialisée dans la couverture d’événements culturels, mais transformée en blogue pour jeunes mamans depuis l’année dernière.

Pour la révision, avant d’intégrer l’équipe de réviseures du blogue Folie Urbaine, je n’avais pas eu d’expériences outre le fait de réviser mes textes.

karine karianne falcon folie urbaine
Photo : Andréanne Coggins

Tu as créé ta page Facebook Karianne Falcon : rédactrice & réviseure en novembre 2016. D’où t’est venue l’envie de créer ce projet ?

Considérant ma passion pour la rédaction, plusieurs membres de mon entourage m’encourageaient depuis un moment à créer mon propre blogue. Bien sûr, l’idée me plaisait beaucoup et j’avais même commencé à penser à la structure que pourrait avoir celui-ci. Étant très motivée à faire de la création de contenu sur différents thèmes, ainsi que de la révision et de la recherche, j’ai eu envie de créer une page professionnelle afin de me faire connaître par les entreprises qui souhaitent une refonte de leur site web, un appui dans leurs communications, une stratégie de contenu, la gestion de leurs médias sociaux ou pour la conception et la révision de textes. Ma curiosité, ma spontanéité et les 1001 idées qui fourmillent tout le temps dans ma tête m’ont ensuite emmenée à développer des services complémentaires. Je suis également très active sur les réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter, Instagram, LinkedIn.

L’événementiel est un domaine que j’ai exploré en relations publiques, ainsi que sur le marché du travail. C’est pourquoi j’ai décidé de dévoiler le 3 janvier dernier, mon service de couverture événementielle qui offrira la possibilité de faire des entrevues lors d’événement. En effet, j’étais coordonnatrice de production au sein d’une agence spécialisée dans la gérance d’artistes et la production de spectacles. Pendant les mois où j’étais en poste, j’ai pu contribuer à deux festivals d’été. Ce fut une expérience enrichissante. Contribuer à un événement d’envergure stressant et épuisant m’a donné une bonne dose d’adrénaline. Il n’y a rien de plus trillant comme expérience. J’adore assister à des événements de toutes sortes. J’avais également envie de renouer avec la planification et la gestion d’événements, d’autant plus que je suis entourée d’alliées hors pair avec de fortes compétences. Nous formons une équipe unie et complémentaire.

Finalement, j’offre aussi un service de mentorat en rédaction. J’aime discuter avec les jeunes. De pouvoir partager ma passion pour la rédaction à travers des ateliers créatifs et ainsi les aider dans leurs travaux est une expérience enrichissante, à la fois immersive et plaisante. Dans le même ordre d’idées, j’ai voulu proposer des ateliers de perfectionnement dirigés vers la stratégie, la création et la rédaction de contenu en milieu communautaire, en collaboration avec des bibliothèques, les maisons des jeunes, les centres communautaires, ainsi qu’en milieu professionnel.

 

Tu es accompagnée d’une belle équipe de professionnelles dans ce projet, peux-tu me parler d’eux ? Quels sont les critères pour faire partie de ton équipe ?

Andréanne Coggins est une photographe qui pratique son art depuis maintenant six ans. Je l’ai rencontrée en octobre 2015 lorsque j’étais reporter-rédactrice pour le blogue Petite Boîte. Quant à Jessica Lévis, elle détient un diplôme en photographie du Centre de formation professionnelle CIMME. Je l’ai contactée, non seulement parce qu’elle est qualifiée dans son domaine, mais aussi parce qu’elle a réalisé une séance photo avec moi au printemps dernier.

Maude Boisvert est graphiste et illustratrice, elle a joint mon équipe après avoir confectionné la bannière et le logo de ma page Facebook Karianne Falcon — Rédactrice & Réviseure. J’ai été très emballée par son travail, c’est une belle occasion de l’avoir comme collaboratrice pour le volet visuel.

Mélodie Therrien est artiste-maquilleuse. J’ai eu envie qu’elle fasse partie de l’équipe en tant que bras droit aux services de gestion et d’organisations d’événements. Pour la refonte des contenus web assurée par Karianne Falcon — Rédactrice & Réviseure, nous pouvons ainsi offrir le service de maquillage conjointement au service de photographie.

Pour faire partie de mon équipe, avoir une formation reconnue qui est compatible avec les services que j’offre, ainsi qu’une expérience pertinente est nécessaire. Je suis ouverte à l’idée d’accueillir des collaboratrices ponctuelles et des pigistes.

De plus, je n’écarte pas la possibilité d’accueillir des étudiants en communication dans le cadre de leurs stages en milieu professionnel afin qu’ils se familiarisent avec les diverses pratiques en communication.

karine karianne falcon folie urbaine
Photo : Andréanne Coggins

Nous sommes en début d’année 2017, quels sont tes projets à venir, professionnellement et personnellement ?

Étant donné que je suis dans les souliers d’une entrepreneure depuis peu, j’entrevois l’année 2017 comme une année pionnière sur le plan du développement et de la réussite. J’aspire à avoir une meilleure visibilité sur les réseaux sociaux avec des publications ponctuelles et proposer des choses nouvelles qui « parlent » aux gens. Bref, mieux tâter le pouls et me concentrer davantage sur l’aspect fonctionnel de ma page, maintenant que le fond et la forme sont bien établis.

Je collabore à d’autres projets très enrichissants. Je fais référence à un projet à grand déploiement qui relève du divertissement et du spectacle, lequel prendra place à la fin de l’été. Ce projet est pour moi un superbe défi, je suis fière d’en faire partie.

Quant à mes projets personnels, j’aime bien profiter de mes moments libres pour les passer avec ma famille ou mes amis, et pour m’accorder des séances de cocooning, des petites escapades improvisées où je peux faire des activités de plein air. Pour moi, c’est essentiel de le faire quelques fois par année, question de décompresser dans un environnement paisible. J’aime beaucoup la lecture, que ce soit des articles de blogue ou de magazines liés au bien-être, à la santé, au divertissement culturel, à la décoration et aux voyages. En somme, mes ambitions personnelles pour 2017 demeurent assez modestes, mais reflètent la « zénitude » que j’apprécie tant.

 

Une petite question que nous posons à chacune de nos entrevues : quelle a été ta plus grande folie dans ta vie ?

La folie à laquelle je pense n’a rien d’extravagant, mais mon choix s’arrête sur cette dernière pour des raisons quelque peu gênantes. À 16 ans, il était clair que je souhaitais devenir chroniqueuse culturelle, à l’image de Marie-Christine Proulx de Salut, Bonjour. Je n’avais qu’une seule envie : être sur un plateau de tournage. Cette année-là, j’ai su que Musique Plus était à la recherche de jeunes coanimatrices pour l’émission Top 5 avec Chéli Sauvé-Castonguay dans le cadre de la semaine de relâche. Pour moi, c’était l’occasion rêvée pour une première expérience en télévision. À ma grande surprise, j’ai été sélectionnée. J’étais naturellement ravie d’avoir cette chance. Or, j’étais extrêmement réservée et je n’avais pas la spontanéité que j’ai aujourd’hui. Pendant l’enregistrement de l’émission, je me sentais toute rayonnante. Par contre, lorsque j’ai visionné l’émission, je me trouvais toutes sortes de défauts, je me critiquais sur tout et sur rien. À mon sens, ma prestation avait été affreuse et j’espérais sincèrement que personne de mon école ne m’avait vu. D’avoir pu vivre cette expérience malgré ma gêne ne m’a pas freiné dans mon désir de travailler dans le domaine des communications.

karine karianne falcon folie urbaine
Photo : Andréanne Coggins

Karianne a beaucoup de choses à raconter. C’est à travers ses mots qu’on voit toute la passion qui l’envahit pour chaque chose qu’elle fait. Je vous invite à vous rendre sur sa page Facebook pour en apprendre davantage sur elle, son équipe ainsi que ses nombreux services.

 

karine-signature-02verifiedjenevieve

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *