Les premiers pas

Les premiers pas

Débuter une relation est toujours inconfortable. On ne sait jamais trop sur quel pied danser. On peut même dire que nous sommes parfois un peu gauches dans les premiers milles quand on aimerait que l’histoire ne soit pas juste qu’un (autre) passage dans notre vie.

Pour moi, s’engager dans une nouvelle relation est synonyme d’un nouveau départ à tous les points de vue. C’est une nouvelle approche et une nouvelle façon de communiquer, parce que l’autre n’est pas notre ex et que les techniques de séduction ne vont pas nécessairement fonctionner comme c’était le cas dans la relation précédente. On doit donc s’ajuster, refaire nos devoirs et apprendre à faire face à l’adversité.

Cependant, je pense qu’avant d’appliquer cette notion d’ajustement, on doit d’abord et avant tout vouloir s’engager dans une relation pour les bonnes raisons et s’assurer d’une réciprocité de la part de notre partenaire. Sinon, même avec les meilleures intentions au monde, si notre contexte n’est pas favorable et que nous ne sommes pas convaincus que l’autre a le même désir d’engagement que nous, comment pouvons-nous bâtir notre relation sur une base solide et durable ?

Tout ça pour vous dire que les premiers pas demandent souvent une attention particulière. On craint souvent de ne pas être à la hauteur, d’être trop envahissants, de faire fuir l’autre ou d’avoir l’impression de ne pas en faire assez pour intéresser davantage notre nouveau partenaire pour qu’il ait envie de rester près de nous. Est-ce que je l’inonde de textos ? Est-ce que je l’appelle trop souvent ? Est-ce que je le dérange ?  Se poser ce genre de questions n’aide en rien à notre valorisation personnelle. L’estime de soi est fragilisée au centuple dans une telle situation. La peur de mal paraître et la crainte d’être imparfait aux yeux de l’autre ne font qu’envenimer nos angoisses les plus profondes.

Selon moi, la meilleure façon de rester zen avec tout ça, c’est de rester soi-même, de ne pas se restreindre dans notre comportement de peur de décevoir. Si notre partenaire est le bon, ce que nous faisons sera loin de mettre des bâtons dans les roues pour la suite des choses. Si on se sent paisible et que tout roule, c’est qu’il y a une bonne chimie déjà bien présente avec l’autre. À l’inverse, si on a l’impression de ne jamais savoir sur quel pied danser, est-ce parce qu’on tente de forcer un peu trop la note ? Parce que des fois, il est bon de s’avouer que ça ne fonctionnera pas pour tous types de raisons : le contexte familial de chacun, la distance, les horaires professionnels, etc.

À un certain point, on doit évaluer si l’ensemble des éléments qui façonnent notre vie et celle de notre partenaire peuvent être favorables à une belle relation ou, au contraire, s’ils peuvent compliquer davantage les choses. Prendre un certain recul est souvent nécessaire.

Ça nous force à se questionner sur les enjeux importants avant de se décider à faire le grand saut… ou pas.

Fred signature
Sophia réviseure signature

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *