Le mystérieux point G

Le mystérieux point G

Mesdames et messieurs, assoyez-vous confortablement et mettez une petite chanson D’Indiana Jones dans vos oreilles, nous partons à la recherche du point G. Yahouuuu! C’est parti!

Tout d’abord, que signifie point G? Le G n’est malheureusement pour Glorious, mais bien pour le gynécologue qui l’a découvert dans les années 40. Merci à vous, monsieur Ernst Gräfenberg! Pssst! Entre vous et moi, je crois que le point G doit avoir été découvert bien avant ça, mais que cette personne n’avait pas la notoriété de se proclamer explorateur scientifique du vagin. Mais bon, c’est mon humble opinion.

Le point G est situé approximativement à 3 cm de l’entrée du vagin, derrière l’os pubien. Vu que chaque vagin est fait différemment, il pourrait se retrouver entre 2 à 4 cm de l’entrée de celui-ci. Donc, en y entrant vos doigts, formez un petit crochet et appuyer vos doigts vers le clitoris et non en direction de l’anus. Si le point G n’est pas excité, il sera de la grosseur d’un 10¢. À l’excitation, il se gonflera, comme une verge, et deviendra gros comme un 1$. Yes! Jackpot! Hihi! Au toucher, vous sentirez un petit bulbe fibreux. Personnellement, ça me fait penser à une petite noix de Grenoble. Toute personne née avec un vagin est aussi munie d’un point G. Donc, ne dites pas que vous n’en avez pas. Vous êtes peut-être simplement moins sensible que d’autres à ce niveau. Comme certaines sont moins chatouilleuses du clitoris. Il est dit que seulement 10% des femmes auront des orgasmes par la stimulation du point G. Il est important d’aller uriner avant de partir en exploration de celui-ci, puisque la stimulation du point G entraîne une fausse envie d’uriner, annonciateur de l’orgasme. Plusieurs décideront d’arrêter la stimulation de celui-ci de peur d’uriner. Laissez-vous aller « bazouelle », c’est si délicieux. Pas uriner… mais bien d’orgasmer. On se comprend!

Voici quelques positions qui vous aideront à stimuler le point Gorgeous pendant la pénétration vaginale, avec un partenaire ayant un pénis.

Le missionnaire revu et corrigé : Femme couchée sur le dos, les jambes appuyées sur les épaules de l’homme.** J’adore!**

L’andromaque : Femme assise sur l’homme. L’homme peut être couché ou assis. ** Idéalement incliner le bassin vers l’arrière.**

La position de l’équerre : Femme couchée sur une surface à la hauteur du bassin de l’autre partenaire. ** Moi, je relève mon tronc en m’appuyant sur mes coudes. Vraiment divin!

Peu importe de quelle façon vous désirez le stimuler, il est important de guider son ou sa partenaire. Je ne le dirai jamais assez, la communication est un allié essentiel dans un couple. Comment voulez-vous que votre chéri(e) s’y retrouve si vous ne l’aidez pas? On parle, svp! C’est un travail d’équipe.

Sachez que le point G demeure tout de même mystérieux. Certains chercheurs penchent pour l’hypothèse que le point serait la stimulation interne du clitoris. J’ai envie de dire « Balivernes », le poing (ou le point) haut dans les airs! Mais savez-vous quoi… je m’en fous complètement! Cette région est grande source de plaisir pour plusieurs d’entre nous, alors aucune discrimination pour le plaisir sexuel, quelle qu’elle soit cette partie. Bon! J’ai parlé!

Sur ce, je remets mon chapeau d’Indiana Jones et je vous souhaite une belle fouille archéologique. Au plaisir!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *