Ça va bien aller

Ça va bien aller

Il y a des jours plus difficiles que d’autres. Des journées où tu as juste le goût de partir loin, très loin de la civilisation. Des moments où tu ne veux pas croiser une âme qui vive afin d’être seule avec toi-même. Des périodes plus sombres après avoir vécu des problèmes personnels, de gros changements nécessaires ou la fin abrupte d’une relation. Ce genre de journées où tout ce que tu voudrais, c’est seulement te rouler en boule et pleurer toutes les larmes de ton corps. Mais tu sais quoi? Ça va bien aller.

Que nous soyons jeunes ou plus âgés, il n’y a aucune façon d’éviter de vivre des périodes plus noires. On va tous un jour ou l’autre frapper un mur ou atteindre notre limite de tolérance après un événement, quel qu’il soit. Certaines personnes peuvent passer presque une vie entière sans vivre de grands bouleversements et d’autres, au contraire, auront des épreuves qui parsèmeront inlassablement leur route.

Cela se pourrait bien que rendu là, tu sois à bout, que tu souhaites juste crier à tue-tête ta colère ou ton désarroi. Il se pourrait que tu aies mal en dedans à ne plus pouvoir respirer, que tu en aies tout simplement assez de tout ça, que tu veuilles que cela s’arrête…

Tu as le droit d’éprouver ça. Tu ne devrais même pas te sentir coupable d’avoir ces émotions. Tu peux avoir envie qu’on te comprenne et ne pas vouloir faire comme si tout allait bien pour éviter le jugement des autres. Nous allons nous le dire, on a de la difficulté même encore aujourd’hui à accepter le noir, la déprime, la tristesse, le gros drama.

On focalise bien trop sur le beau, sur ce qui ne fait pas de vague et qui est net, sur la perfection. C’est ce qu’on nous fait voir sur les médias sociaux chaque jour : les belles photos de voyage et de couples plus heureux les uns que les autres, la mère de famille impliquée dans la vie de ses enfants et qui est capable de tout mener d’une main de maître, la carriériste qui enchaîne les projets et les succès comme on boit des shooters à la fin d’une soirée trop arrosée…

Tout ça, ce ne sont que des façades. La solitude, la dépression, la tristesse, l’anxiété, la maladie, les problèmes de consommation, les chicanes de couple, la pression au travail ou les défis familiaux, c’est pas mal moins winner sur ton mur Facebook ou pendant une discussion dans une rencontre de famille.

Qui a dit que nous devions rester de marbre devant l’adversité et les épreuves? Où est-il écrit que nous devons être de glace face à nos sentiments? Qui nous demande de continuer notre chemin coûte que coûte sans faiblir, sans avoir de doutes ou que nous devons être forts en toutes circonstances?

Il n’y a rien de sain à garder tout ça en dedans pour ne pas déplaire. Rien ne nous oblige à ne pas dire que nous en avons assez et que oui, aujourd’hui ou hier c’était une mauvaise journée. Et puis, si cela te prend plus de temps passer au travers, tu l’assumes et tu peux vivre ça à ta façon sans bien sûr laisser tout ça te submerger.

Les gens qui t’aiment, tu n’auras pas à leur expliquer comment tu te sens. Ils vont le comprendre et te montrer qu’ils sont là si tu as besoin d’eux. Ils ne te feront pas sentir coupable ou ne te demanderont pas de passer à autre chose pour ne pas avoir de malaise face à ta tristesse.

Alors tranquillement, prends du temps pour toi, fais-toi plaisir et écoute-toi. Le monde ne dépend pas seulement de ta présence pour tourner et rien ne devrait tenir sur tes seules épaules afin d’avancer. Et je te le dis, un jour, peut-être pas aujourd’hui ni demain, mais dans quelques semaines, tu vas voir, ça va bien aller.

Laisse-toi du temps et ne sois pas trop dure envers toi-même. Personne n’a jamais mis un jour à se relever. Dans le fond, il n’y a rien qui presse. Prends le temps de respirer, de reprendre pied ou de panser tes blessures et lorsqu’elles auront cicatrisé, que tu auras l’impression de reprendre ton souffle, tu pourras entendre à nouveau ces mots que les gens disent pour te remonter le moral. Ils prendront un réel sens seulement quand toi, tu auras décidé que oui, le soleil s’est remis à briller.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *