Le syndrome des vacances

Le syndrome des vacances parfaites!…Ou comment ne pas stresser pendant 2 semaines!

Ah oui? Tu tombes en vacances? Qu’as-tu prévu? Où vas-tu aller?

Oh, tu reviens de vacances? Qu’est-ce que tu as fait? Quel endroit as-tu visité?

Euh… je ne sais pas pour vous mais moi juste lire les questions me font me crisper… mais j’ai décidé que cette année, ce serait différent. Ça risque d’être intéressant parce que je n’ai RIEN prévu!

Quand je dis rien…. C’est E-RIEN!! J’ai décidé que cette année, ce serait vraiment des vacances dans le sens où rien n’est prévu, on y va selon les humeurs du moment.

Parce qu’on va se le dire, avoir quelque chose de planifié à chaque jour ou à chaque 2 jours pendant 2 semaines… ça peut être fatiguant au bout du compte!

Donc, avec mon conjoint et les enfants, on a décidé de profiter de la maison et de la piscine à fond! Comme je suis travailleuse autonome et que j’ai, à chaque jour, des clients dans ma maison, on risque d’apprécier la tranquillité le matin en se levant.

Aussi, on a décidé de ne pas planifier d’activité pour ne pas se mettre de pression. Après tout, les vacances sont faites pour décompresser et non pour stresser avec le temps!

Cela va nous permettre  de sortir au resto si l’envie nous prend, d’y aller à l’heure qu’on veut puisque la contrainte de « on travaille demain » ne s’applique pas. On pourra décider sur un coup de tête de partir en « road trip » voir de nouveaux paysages sans s’inquiéter de toute la planification qu’une semaine de travail normale exige…

Si une activité fait en sorte que le lendemain nous sommes plus fatigués car nous sommes rentrés tard, nous pourrons simplement prendre la journée calmement… sans stress!

C’est donc un test que nous faisons cette année, de ne rien planifier et de profiter du temps d’arrêt. Parce que les vacances devraient être ça, un temps pour arrêter, pour s’arrêter. La vie va tellement vite et au quotidien on se retrouve souvent pris dans un engrenage faisant en sorte que nous faisons tout de manière machinale que ce temps d’arrêt devient important!

Je lance donc cette idée dans l’univers (et je la mets en pratique bien sûr!). Mon souhait dans cette expérience est de voir une différence positive dans le temps passé ensemble.

Plus de sourires, de câlins tard le soir autour du feu. Plus de jeux dans la piscine, plus de BBQ à la maison. Plus de café tôt le matin sur la terrasse en regardant le soleil se lever…

Moins de préparatifs exigeants, moins de route obligée. Moins de déceptions dues à la température inadéquate pour l’activité prévue. Moins de regards vers l’horloge…

Je nous souhaite que du bon temps… et je vous en souhaite tout autant!

Tholianne
Josée Robichaud

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *