ma belle souffrance

Ma belle souffrance

Ma belle souffrance, elle est arrivée tellement lentement. Elle est entrée en moi à coups de petites poussées. Rien ne faisait mal, car le tout s’est produit lentement. Elle a décidé de frapper fort lorsque les douze cloches de minuit ont sonné pour crier la bonne année 2019. Ça faisait trop longtemps que je tombais par terre, mais je ne disais rien. Je gardais le silence pour laisser durer le suspense de ma prochaine chute. Je voulais tester mes limites jusqu’au moment où je serais vraiment cassée et au bout de mes forces. Ma tête a décidé de tomber, je n’avais plus son soutien. Elle avait trop mal et n’avait plus de repère. Mon corps ne voulait plus bouger. Il restait debout sous l’eau chaude pour enlever la saleté qui s’attachait à lui. J’avais perdu mon combat depuis plusieurs mois. J’avais besoin de repos, j’avais besoin d’aide, j’avais besoin de me soigner et j’avais besoin de parler.

Ma belle souffrance devait rester avec moi durant quatre longs mois. Ensemble 24 h sur 24 h, on bravait le temps et l’hiver froid du mois de janvier. Je devais me trouver des choses à faire ; je devais passer le temps. Sinon, je tombais dans la lune et j’avais encore plus mal.

Je dis « ma belle souffrance », car elle m’a permis de combattre mes peurs et mes petits démons. Elle testait mes limites et me lançait des messages pour que je prenne soin de moi. Elle m’a accompagnée chez le psychologue et m’a donné le courage de parler et de vider tous les mots qui me faisaient mal à l’intérieur. J’ai évacué toutes ces larmes salées qui étaient à l’intérieur de moi. Un début d’année qui n’était pas au programme. Je crois que j’avais oublié de me souhaiter la bonne santé. Aujourd’hui, ça va faire bientôt 1 an que ma belle souffrance et moi avons vécu cet événement. Est-ce que j’ai évolué ? Est-ce que je suis devenue plus forte ? La réponse est que j’ai survécu à ce tourbillon. J’ai survécu grâce aux gens derrière moi. J’ai survécu grâce à leur écoute, grâce à leur aide parfois maladroite, mais remplie d’amour. J’ai inquiété des gens, mais ils ont su me protéger à leur façon. Je ne peux que les remercier et prendre soin d’eux à mon tour. 2020, je t’offre ma belle souffrance, je te la donne. Prends-en soin, car, grâce à elle, je suis presque guérie.

Je commence l’année avec un grain de sel, avec un esprit plus calme et plus reposée.

Cynthia Martin
Karelle Gauthier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *