Parias de la société

Parfois, ils sont les parias de la société

Je tiens à mentionner que je ne crois pas que tous les parents pensent de cette manière.

À vrai dire, dans ma vie sociale privée, je suis entourée d’amis.es et de familles avec ou sans enfant, où nous nous respectons mutuellement dans nos vies. Mais depuis plusieurs années, j’ai lu quelques textes et/ou entendu des raisonnements soulignant que les célibataires et/ou couples sans enfants ne comprennent pas les parents. Il existe cette idée que les personnes qui ne veulent pas avoir d’enfants sont narcissiques, qu’elles n’ont pas de responsabilités et pas de vie parce qu’elles n’auraient pas d’enfants. Par conséquent, ces pensées nous laissent une image négative, puisque vus parfois comme des exclus, des parias de la société.

Je voulais vous faire connaître l’autre réalité.

On peut entendre, lorsqu’on n’a pas d’enfant, certains commentaires liés à notre statut social. Selon moi, nous n’avons pas toute la même capacité de compréhension et je doute très fort que ça a un lien avec le fait d’avoir ou pas d’enfant. Il existe certains parents qui ne comprennent pas les choix de vie d’un autre parent. Il existe certains parents qui ne comprennent pas la vie des personnes en couple ou célibataires sans enfants. Il existe aussi certains parents qui mentionnent avoir une vie et/ou s’accordent plus d’importance parce qu’ils ont des enfants. Pour une raison qui m’échappe, beaucoup plus de textes liés aux couples ou célibataires sans enfants sont mentionnés sur les réseaux sociaux. Je pense que si des personnes ont décidé de faire le grand pas d’avoir des enfants, c’est bien, c’est leur choix. Mais cela ne veut pas dire que je te laisse me faire ressentir que ta vie a plus de priorité que la mienne.

Nos choix de vie, on les assume.

Nos moments relaxants, nos activités sociales, ce que l’on fait de nos temps libres nous appartient. Nous avons tous une vie, elles sont simplement différentes. Nous avons aussi un impact important sur ce qui nous entoure. Ces célibataires et/ou couples sans enfants peuvent très bien être les employés fiables et dévoués quand un patron est en difficulté et qu’il a besoin d’un coup de main pour des heures supplémentaires, des dirigeants d’entreprises, des bénévoles, les personnes qui organisent ces beaux moments avec leurs proches, cet.te ami.e qui dépanne son ami.e qui a besoin d’aide pour garder son enfant. 

Un enfant, c’est beau. Et j’ai toujours pensé que de vouloir un enfant est une décision qui doit être bien réfléchie. Une fois l’enfant mis au monde, il faut assumer son choix et accepter les sacrifices que cela demande. Un enfant, c’est à temps plein. Et quand j’entends une personne me dire qu’elle ne veut pas d’enfant, je trouve cela respectable, parce qu’elle connaît ses limites. Si elle change d’avis, c’est son choix. Je ne comprends pas pourquoi elle serait perçue comme un être narcissique, irresponsable et immature. Pourtant, je sais que je ne suis pas la seule à lire ces articles sur des cas d’enfants malmenés. J’ai même lu dans un article, cet adulte portant plainte contre ses parents pour l’avoir fait vivre dans des conditions difficiles, se demandant même pourquoi ils l’avaient mis au monde et lui faire vivre avec tant de souffrance. Pourquoi continuer à croire que le bonheur de l’un est automatiquement le bonheur de l’autre? Est-ce que ce serait réellement plus altruisme de la part d’une personne de faire un enfant et de ne pas répondre à ces besoins pour x raison? Je ne pense pas que tout le monde est disposé à assumer les responsabilités parentales. Je m’explique : pour être parent, il faut être prêt physiquement et mentalement. Il y a des personnes qui sont confrontées à des problèmes de santé sévères, des fragilités mentales (traumatisme, trouble, dépression, etc.) et des conditions de vie très instables (au niveau financier, environnement non sécuritaire, sans emploi, etc.) qui font en sorte qu’elles doivent s’occuper d’elles avant de s’occuper d’un petit être. Il est possible que cette situation soit temporaire ou même permanente. Pour d’autres couples, ça peut être délicat, un souhaite avoir un enfant et l’autre n’est pas encore prêt. Et il y a des choses qui ne concernent uniquement que la personne, l’individu. Je pense que nous avons tous une contribution à faire dans notre vie, mais elle diffère pour chaque personne.

Et encore là, nous avons chacun fait nos choix de vie et cela nous appartient.

Cindy signature

Catherine Duguay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *