un humain

Un humain parmi tant d’autres

Je suis une adulte, toujours dans la vingtaine. Je conduis ma bonne vieille voiture. Je me lève tous les matins à 8h00 pour aller travailler dans un domaine qui n’est pas le mien. J’ai un baccalauréat en arts où j’ai vécu les plus belles années de ma vie en tant que femme libre de ses choix artistiques. J’étais entourée de gens comme moi, bohème aux allures d’étudiants qui se foutaient un peu des cadres que la société nous offrait. Je ne comptais pas les dollars et je n’imaginais pas mon avenir. Je voulais vivre ma vie et être libre de mes choix.

Plus le temps avançait, plus j’avais l’impression de pénétrer dans le carcan de la société et de la vie adulte.

Juste à y penser, j’avais le souffle coupé. J’étais devenue comme eux : tous ces adultes qui se baladaient dans les rues, qui circulaient dans leur voiture, qui payaient des impôts et qui couraient sur place, car ils n’arrivaient pas à rejoindre les deux bouts. En tant qu’adulte, ça me fait presque peur. On doit apprendre à lâcher prise et à vivre le moment présent, mais selon les circonstances que nous offre la vie, ce n’est pas toujours facile d’y trouver un juste milieu. Parfois, j’étouffe. Parfois, j’ai l’impression d’être un pantin ayant de la difficulté à couper ses cordes. L’humain en moi grandit à travers cette effervescence qui continue à évoluer et à grandir. Je me laisse porter par ces nouvelles vagues et j’essaie de grandir dans ce tourbillon qui nous brouille parfois la vue. L’humain en moi ne se cache pas à travers des rideaux, il se promène et danse dans les rues pour se sentir libre, tourne sur lui-même comme un enfant, car ça lui fait plaisir. L’humain en moi n’a pas peur d’imaginer des rêves qui sont parfois impossibles, mais si inspirants. Je ne veux pas grandir en tant qu’adulte, en tant que senior, en tant que personne âgée, mais comme un humain. Je veux affronter mes pas, un jour à la fois, et continuer de ne pas perdre le contrôle et de vieillir en tant que personne humaine qui essaie de se faire une place dans cette immense fête d’humains. Je veux essayer de sortir du lot et être originale pour faire la différence et donner le sourire à quelqu’un, même si le mien n’est pas toujours vrai.

Une amie m’a dit un jour : « je préfère grandir en tant qu’humaine et pas en tant qu’adulte ».

Crédit photo de couverture : Nadia Duquette

Cynthia Martin
Mathilda profil

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *