le beau temps sur mon moral

Le beau temps sur mon moral

La situation actuelle est stressante, anxiogène et particulière. C’est un événement critique dans nos vies. J’habite seule dans un bel appartement avec mon petit chat d’amour. Ce n’est pas toujours facile, être enfermée à la maison, devoir s’occuper le mieux que l’on peut, tout en essayant de mettre de côté certaines habitudes qu’on a.

Ce matin, j’ai ouvert les yeux et un rayon de soleil traversait mon rideau. Il faisait si beau que je n’ai pas pu m’empêcher de sourire. Je suis sortie du lit, avec Batman qui me suivait en ronronnant de bonheur. Trois biscuits sur le comptoir et j’ai bien débuté sa journée.

Pour la première fois de l’année, j’ai ouvert une fenêtre pour laisser l’air entrer dans mon appartement. De l’air frais qui m’a donné des frissons. Je me suis préparé un café, j’ai chaussé des sneakers, mis un jogging et un chandail de laine et je suis sortie sur mon balcon arrière. J’ai ouvert mon locker et j’ai sorti mon tapis, ma chaise, une table et j’ai aménagé mon balcon pour la journée.

Je me suis installée dans ma grande chaise avec mon roman, mon café sur la table et mon chat couché à mes pieds. Le soleil qui me réchauffait le visage et tout le corps. J’ai pris de grandes inspirations et j’ai réussi à faire le vide dans ma tête. Le moral était bon, il était fort. À ce moment précis, je ne pensais plus à rien à part l’instant présent et ça m’a tellement fait de bien.

J’ai passé la journée dehors à lire, écouter de la musique, regarder mes voisins nettoyer leurs terrains et les enfants jouer dans leurs cours. Le temps d’une journée de soleil, j’avais l’impression que la vie avait repris son cours normal. C’était beau, c’était doux. Il y avait plus que de l’espoir.

Je sais qu’il neigera encore. On n’a pas encore tourné la page à l’hiver. Mais j’espère que des journées de soleil chaud, il y en aura de plus en plus bientôt et qu’on pourra, chacun sur nos balcons, dans notre cour, laisser le soleil nous faire du bien au moral.

Karine signature
Sophia Bédard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *