Je ne veux pas que tout

Je ne veux pas que tout redevienne comme avant

Comme la plupart d’entre vous, j’ai hâte de pouvoir sortir librement et de voir mes proches. Mais au fond de moi, je ne veux pas que ça redevienne comme avant. Je ne veux pas que le monde oublie ce qui se passe et pense que tout va revenir à la normale.

Les scientifiques nous avaient avertis depuis plusieurs années.

Même que depuis un an et demi, ils sollicitent les artistes, les gouvernements et utilisent d’autres moyens afin de nous sensibiliser à la surconsommation et à la surpopulation. Ils nous invitent à modifier notre mode de vie, à réduire nos déplacements en voiture, notre consommation de viande, nos déchets et à éviter la surconsommation des ressources naturelles en favorisant la seconde vie des matériaux. Ils nous donnaient deux ans pour modifier notre mode de vie, dans le meilleur cas possible. Malgré les nombreux discours, la consommation des ressources naturelles de l’an dernier a grimpé au lieu de diminuer. Je pensais que majoritairement, les gens feraient des efforts et que la courbe diminuerait pour la consommation, mais non.

Je sais que certains ont fait leurs efforts. Présentement, c’est la deuxième année et je me suis posé intérieurement la question, qu’est-ce qui nous attend? 

Et c’est là que ce virus apparaît dans nos vies, quelques mois après ma propre réflexion.

Les scientifiques avaient raison.

Ce que l’on doit comprendre par rapport à ce virus, c’est qu’il est causé par le contact d’un humain avec un animal mais aussi par la destruction des écosystèmes et la surconsommation humaine des ressources naturelles. Ce qui veut dire que si nous continuons au même rythme d’avant le confinement, on peut vivre d’autres pandémies. Ce virus est en train de faire ce qui a été négligé par l’être humain et ce, de manière radicale. Il s’assure qu’on respecte la Terre et cela a pour effet, qu’il y a une diminution du dioxyde de carbone puisque les voitures sont dans nos stationnements et que dire des animaux sauvages, ils sont heureux.

Malheureusement, ce virus s’assure aussi de réduire la population. Ma crainte est que comme n’importe quels types de virus, il s’adapte et qu’il y ait une mutation. Je croise les doigts pour ne pas qu’il y ait une version 2.0 du coronavirus. Ce qui veut dire que ça deviendrait deux fois plus fort.

C’est la survie de l’espèce humaine qui est en danger.

Ce confinement m’a fait comprendre une chose très importante, à savoir que personne n’était préparé à une pandémie. Pendant que plusieurs faisaient la file pour acheter du papier de toilette, ce qui est une réaction liée à la peur, je réalise que nous ne sommes pas adaptés à vivre des catastrophes.

Nous avions pourtant été avertis.

Si on continue à maintenir une vie de surconsommation, ce ne sera pas la seule pandémie que l’on va devoir affronter. Les gens se préoccupent de la situation économique mais moi, je fais partie de ceux qui se préoccupent de la survie de l’espèce humaine. Je ne pense pas que je suis la seule à avoir compris le message derrière tout ça. Je ne pense pas que je suis la seule qui a compris que la fin du monde est proche, si on ne change pas nos habitudes et notre comportement. Pensez-vous que l’on va tous en tirer une sage leçon de cette situation? Je l’espère. Je vous laisse avec un article très intéressant sur le sujet. Je sais que ce n’est pas facile le confinement mais c’est pour notre bien et la survie de tous.

Courage.

https://www.france24.com/fr/20200411-le-covid-19-%C3%A9ni%C3%A8me-zoonose-caus%C3%A9e-par-l-interf%C3%A9rence-de-l-homme-sur-la-biodiversit%C3%A9?fbclid=IwAR39J5E3mG6jngUzsbE93rbw9znmJW0KyMORHrBfwDgUSRvjCL1nrRgnTx0

Escarpin rouge signature
Sophia Bédard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *