accro aux séries

Un peu, beaucoup accro aux séries

J’adore la télévision, ce n’est pas un secret. Mais c’est une réelle passion et même une addiction. Qui peut se vanter d’avoir écouté une série de 14 saisons de 23 épisodes en un mois et demi ? Oui. Je suis ce genre de personne. Je m’attache intensément aux personnages et je veux toujours connaître la suite, maintenant, immédiatement, TOUT DE SUITE ! En ce moment, je fais du télétravail, le silence m’angoisse. Au bureau, il y a du bruit, je croise des gens, j’ai des collègues et il y a la radio qui joue. Mais à la maison, c’est tellement silencieux que ça me fait peur. Donc, dès que je m’installe à mon bureau qui se trouve au salon, face à la télévision, j’ouvre celle-ci. Donc, de 9 h à 17 h, je travaille avec une série en fond pour m’accompagner et je vous confirme que je suis concentrée à mes tâches et que je suis très bien ce qui se déroule sur l’écran.

Puis, je fais quelques trucs dans l’appartement, je me prépare un souper et retourne m’installer au salon, mais cette fois-ci sur le divan, avec mon Batman (mon chat) trop heureux de venir se blottir sur moi. Et je continue mon visionnement. Mon cellulaire pas trop loin parce que je suis incapable, en tk pas toujours, de ne faire qu’une seule chose à la fois. Je joue aux cartes, scrolle mes réseaux sociaux, écris un texte (comme je fais en ce moment) ou jase avec des gens sur Messenger. Je vous le dis, je ne comprends pas toujours comment je fais !

L’autre soir, je parlais avec mon père et je lui ai dit : « Hey, papa, je viens de commencer la série SWAT sur club illico, merci de la suggestion, je suis au 3e épisode et j’aime ça ». Il me rappelle la semaine suivante et me demande je suis rendue où dans mon visionnement. Quand je lui dis que j’ai terminé les deux saisons, il me répond : « Quoi ? Crisse, c’est des saisons de 20 épisodes de 50 minutes, t’as fait comment ? ». Je suis habituée à ce genre de réaction. Je passe mon temps devant la télévision, même quand j’étais au bureau 35 heures par semaine et dans des événements environ 15 heures par semaine, j’arrivais à binge watcher des séries ! 

Le seul hic de mon intensité à écouter trop rapidement des séries, c’est le deuil que ça engendre quand c’est la fin. La vraie fin. Qu’il n’y ait plus d’autres épisodes après ! Ça fait une coupure « sec », intense et même, des fois, hyper douloureuse. Je pense que je m’attache beaucoup aux personnages et à l’histoire, je suis le public parfait, faut croire !

On pourrait croire que je suis too much intense, mais c’est une passion !

Karine signature
Karelle Gauthier

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *