à vous tous

À vous tous qui êtes en première ligne

Aujourd’hui encore, je lis que la vie d’une enfant a été enlevée. De force. Aucune raison valable pour ce geste. Horrible. Inhumain. Enrageant. Toutes les questions habituelles flottent, principalement pourquoi?

Je pense évidemment à la famille, les proches, l’entourage, les amis. Je n’imagine même pas la douleur qu’ils doivent toutes et tous ressentir en ce moment-même.

Mais j’ai aussi une pensée pour toi…

Toi qui as reçu l’appel d’urgence. Toi qui as probablement eu du mal à comprendre la personne qui t’a demandé de l’aide. Toi qui as dû lancer l’appel aux services d’urgences en indiquant qu’il s’agissait d’une enfant. Toi qui as attendu avant de savoir quelle était finalement la nature de cette appel troublant.

Toi. Toi. L’humain qui découvre ce petit corps. Toi, la première personne qui franchit la porte et qui l’aperçoit. Toi qui réalises ce qui se passe.

Toi qui as été appelé sur place, premier répondant. Pompière, pompier. Toi et tes collègues qui êtes entrés dans cette maison qui habitera cette histoire à jamais. Toi qui s’es mis à la tâche, celle de sauver cette jeune vie le temps que les ambulancières, ambulanciers arrivent.

Toi. Ambulancière, ambulancier qui s’est précipité pour prendre le relai des premiers répondants. Toi, ayant comme unique but de stabiliser cette petite victime et de l’amener rapidement à l’hôpital pour que les médecins la sauvent. Toi qui as tout fait ton possible devant les yeux de tes collègues des autres services, impuissants. Toi qui as conduit cette ambulance le plus rapidement possible jusqu’à l’hôpital le plus proche, avec l’espoir au ventre.

Toi médecin. Toi infirmière, infirmer. Toi qui as accueilli ce petit corps meurtri. Toi qui as tout tenté. Toi qui as mis en pratique tout ce que tu as appris. Toi, avec tes collègues qui n’ont rien pu faire. Toi qui as dû déclarer le décès. Un autre petit ange partit trop vite. Sans raison. De force. Toi qui as dû probablement annoncer le décès aux proches.

Toi. Policier. Toi qui es arrivé dès le début, sans trop savoir ce qui se cachait derrière cette porte. Toi qui as vu tous tes collègues pompiers et ambulanciers tout tenter. Toi qui as entamé ton travail malgré la douleur des images. Toi qui as sécurisé les lieux. Qui as probablement fait une arrestation ou escorté la personne qui a fait l’irréparable. Toi qui as dû retourner sur la scène de crime. Toi et tout tes collègues qui ont procédé dans vos tâches pour l’enquête. Toi qui dois revoir les photos pour découvrir ce qui s’est passé entre ses quatre murs. Toi qui dois t’impliquer corps et âmes pour que justice soit faite.

Vous tous. Vous qui vivrez à jamais avec cette histoire. Cette image. Cette tragédie. Une petite fille dont la vie a été enlevée. Vous qui devez avoir vécu ceci pour la première fois ou bien trop souvent. Toi qui réussiras à classer cet événement, ni trop loin, ni trop près pour continuer à faire ton métier. Toi qui ne réussiras pas à oublier, qui auras besoin d’arrêter un moment ou pour toujours. Vous tous qui êtes formés à toutes éventualités, mais jamais réellement préparés à le vivre.

Vous êtes tous des humains. Des humains qui ont choisi un métier pour aider, sauver, protéger. Vous êtes des humains dans des uniformes de héros. Aujourd’hui et pour toutes les fois de trop. Je pense à vous. 

Karine signature1
Catherine Duguay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *