une halloween inoubliable

Une Halloween inoubliable – partie 1

Je n’aurais jamais cru vivre une expérience de la sorte. En fait, jamais je n’aurais pensé que tout ça existait avant cette nuit. Comment je suis sensée reprendre le court de ma vie après ce que j’ai vécu? J’ai l’impression que j’ai fait un long cauchemar et que je ne me suis toujours pas réveillée. Comment tout ça est-t-il pu arriver ici, en ville? 

***

– Billie! Si tu ne descends pas immédiatement, je te jure que je te laisse marcher jusqu’à l’université!

– J’arrive! Je cherche mon livre de psycho.

– Celui qui est sur le comptoir de cuisine?

– …

Allez grouille! Si j’arrive encore en retard une seule fois au cours de Monsieur Peterson, je vais devoir me retaper ses recueils de textes à la prochaine session.

– Ok, go!

Camille, c’est ma meilleure amie. On s’est rencontrées à l’école primaire, c’est la première qui m’ait adressé la parole. J’étais tellement gênée et les autres enfants étaient méchants avec moi. J’avais droit à des insultes du genre : « allô la carotte » ou bien « Billie ne s’est pas lavée ». J’étais la seule rousse et mes taches de rousseurs recouvraient une bonne partie de mon visage. Camille m’a défendu et on est inséparables depuis ce temps. On a tout vécu ensemble. Camille, c’est le genre de personne à qui tout réussi. Les gars trippent tous sur elle, elle est grande, voluptueuse avec de belles formes, cheveux noirs aux yeux bleus. Mais c’est sa personnalité qui attire le plus : elle parle fort, elle est drôle, intelligente et sportive. Elle étudie pour devenir avocate, rien de moins. On était tellement excitées à l’idée de venir étudier à Montréal, et surtout d’avoir notre propre appartement. Mes parents ont longuement hésité, mais ça fait maintenant 2 ans qu’on y est et ils se sont faits à l’idée. Tellement, qu’ils ont fini par vendre notre petite maison de Sainte-Émilie-de-l’Énergie, et s’acheter une roulotte pour partir à l’aventure. Ils ont déjà parcouru l’Ouest Canadien et une partie des États-Unis, et sont plus heureux que jamais. Ils méritent cette retraite pleine d’aventures.

– Hey! Tu n’oublies pas que ce soir, on va magasiner nos costumes d’Halloween! Je veux trouver LE costume le plus original pour impressionner Arthur.

– Arrête, t’as même pas besoin de costume pour l’impressionner. Il te dévore des yeux chaque fois que tu es devant lui. Pis je ne sais pas si ça me tente d’y aller au party.

– Ah sérieusement Billie! Il serait vraiment temps que tu t’amuses, tu ne sors jamais. Pis pour vrai, tu dois oublier Jonathan. Ça fait déjà 8 mois que vous n’êtes plus ensemble, décroche.

Elle n’a pas tort. Mais Jonathan a été mon premier amour, c’est difficile à oublier. C’est en secondaire 2 qu’on est tombés amoureux, on est allés au bal des finissants ensemble et on passait tous nos étés à travailler à la crèmerie du parc. On faisait tout ensemble. Mais la distance après le cégep nous a séparé. Après sa première année en cinéma au cégep de Joliette, il a décidé de tout lâcher et ouvrir un garage dans notre ville. Il m’a demandé de faire mon BAC à distance pour que je reste près de lui, mais j’ai refusé. Je voulais absolument aller à l’UQAM et découvrir la grande ville, mais surtout suivre mes cours en psychologie dans le meilleur programme. Puis c’était notre grand projet à Camille et moi de se trouver un appartement et vivre la vraie vie d’adulte. Jonathan a eu du mal à accepter que je parte. Après notre première année de relation à distance, il a décidé de mettre un terme à 8 ans d’amour. Il n’avait plus envie de faire la route les week-ends. Mais je pense que c’est lorsque je lui ai annoncé que je prévoyais pratiquer comme psychologue ici, à Montréal, qu’il a décidé de mettre un terme à notre couple. Je lui en ai tellement voulu, mais j’étais aussi soulagée d’un côté. Je savais qu’il était de plus en plus malheureux, je pense que le fait de ne pas vouloir la même chose pour notre futur a créé un fossé entre nous. C’est tout de même plus fort que moi, je n’arrive pas à l’oublier complètement et juste l’idée de rencontrer quelqu’un d’autre me donne des frissons. Lui par contre, il a rencontré la fille parfaite. Même pas 3 mois après notre rupture, il a mis sur Facebook « En couple avec Julie Durant ». Ça et un coup de pelle dans la face, c’est pas mal la même chose. Il faudra un jour que je passe à un autre appel!

– Billie! Sors de ta tête et aweille, on va être en retard!

J’adore l’université, c’est un monde à part. On est tous là dans un but commun : accroître nos connaissances et ce, peu importe notre programme. Arrivée au 2e étage, Camille me quitte pour retrouver son local.

– On s’attend devant la Coop!

– À tantôt!

Je prends l’escalier et monte jusqu’au 4e étage, je tourne à gauche et longe le long corridor pour finalement arriver à mon local. Je crois que je suis la seule qui aime autant les amphithéâtres universitaires, je jubile chaque fois que je m’installe : toujours au 5e rang, au centre, face à l’écran du projecteur. Selon moi c’est la plus belle vue. J’installe mon ordinateur portable, sors mon recueil de cours et mon livre de psychologie.

– Salut, est-ce qu’il y a quelqu’un ici?

En me tournant vers mon interlocutrice, je tombe sur une fille absolument magnifique. Je ne sais pas pourquoi, mais je fige complètement. Elle est si attirante, sa beauté est incroyable. Elle a les cheveux d’un blond presque blanc, des yeux noirs et des lèvres pulpeuses comme j’ai toujours rêvé avoir. Sa robe noire lui va super bien et découpe ses courbes. Elle me regarde en attendant ma réponse et je réalise que je n’ai toujours pas réussi à ouvrir la bouche.

– Heu… oui. Non, je veux dire. Il n’y a personne.

– Super! J’aime bien m’asseoir au milieu pour mieux voir l’écran. Je m’appelle Fée.

– Moi c’est Billie. Je ne t’ai jamais vu dans ce cours, tu es nouvelle?

– Oui. J’avais débuté ma session à distance puisque j’habitais Vancouver. Ma famille et moi, on a emménagé la semaine dernière et me voilà.

– Bienvenue à Montréal!

Je n’ai pas réussi à me concentrer sur le cours. J’avais lu tous mes textes sur la mentalisation, mais j’étais hypnotisée par Fée. Elle sent tellement bon, un mélange de bois et de rose, j’ai dû me retenir très fort pour ne pas me réfugier dans son cou. Je ne comprends pas pourquoi cette fille me mets autant à l’envers, c’est la première fois de ma vie que je me sens comme ça.

– Billie?

– Oui?

– Est-ce que ça va? 

– Heu oui, oui.

– Le cours est terminé, t’as l’air dans la lune. J’aimerais bien te rejoindre dans ta tête, ça semble très intéressant.

– Haha … oui… bien non, pas vraiment. J’ai juste pas trop bien dormi cette nuit.

– Ah! Si tu veux, au prochain cours, je t’apporte une tisane maison avec des herbes que je cultive et fais sécher moi-même. Je te jure que tu dormiras comme une tombe.

– Ah c’est gentil, je ne dis pas non.

En ramassant mes trucs, je réalise que j’ai vraiment envie de connaitre Fée. En sortant du local, je retombe nez à nez avec elle, comme si elle avait lu dans mes pensées.

– Écoute Billie, tu vas peut-être trouver ça un peu bizarre, mais je suis nouvelle ici et je ne connais personne. Tu as l’air vraiment sympathique, penses-tu qu’on pourrait passer un peu de temps ensemble? Tu pourrais me montrer les endroits à connaitre à Montréal et m’aider à survivre dans cette ville?

– Ben oui! J’ai été nouvelle moi aussi, alors je te comprends, ça va me faire plaisir de te servir de guide.

– Je suis certaine qu’on deviendra de bonnes amies!

Je n’ai jamais eu d’autres amies que Camille, je suis quand même très contente de cette rencontre inattendue. Fée est intrigante et j’ai vraiment hâte d’apprendre à la connaître.

– Justement, avec mon amie et coloc Camille, on s’en va au Centre-ville pour se trouver un costume d’Halloween. Il y aura un gros party étudiant au Café Campus demain soir. C’est LA place où sortir et boire pas cher. Il y a plein de rabais étudiants.

– J’adore Halloween, c’est ma fête préférée.

– Tu veux nous accompagner?

– Tellement! 

À suivre…

Karine signature1
Sofia Benzakour

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *