La dominatrice

La dominatrice

Pour un public averti, ce texte fictif contient des passages érotiques pouvant ne pas convenir à certains lecteurs.  

Couchée sur son lit, les jambes écartées, je me positionne afin qu’il puisse s’approcher vers moi pour me pénétrer.

Dans son mouvement tout en douceur de va-et-vient, je sens son souci de ne pas me faire de mal. Il cherche son plaisir, mais aussi le mien.

Nos regards se croisent durant l’acte et cela déclenche auprès de chacun de nous un léger sourire complice.

Malgré sa tendresse et son dévouement, je ne ressens qu’à moitié mon plaisir.

Pourtant, j’apprécie habituellement sentir mon partenaire en moi. Est-ce à cause de mon âge et de mon moral qui va à la baisse ? Peut-être que c’est normal. J’ai sans doute besoin de me redécouvrir.

Quelques semaines plus tard, la relation a pris fin. Il nous manquait de chimie à plusieurs niveaux.

Ainsi, je me retrouve sur le banc des célibataires.

Mon appétit sexuel est toujours aussi bas.

Pour me remonter le moral, mon amie organise une soirée chez elle. Parmi les invités, il y a cet homme séduisant aux yeux clairs et aux cheveux noirs que j’ai accueilli à la porte. Dès le premier contact avec sa personne, il m’a jeté un regard trahissant le fait qu’il a tout de suite capté ma personnalité. Tendre et charmant, je me sens complètement attiré par cet être.

Durant les jours qui suivent, nous prenons le temps de faire connaissance.

Un soir, il m’invite à passer une soirée avec lui. Pendant cette soirée, les éclatements de rire et l’attirance physique sont au rendez-vous. Plus le temps passe, plus les rapprochements se font, nos mains se frôlent. Doucement, de sa propre initiative, sa main caresse mon bras pour ensuite effleurer mon visage. Cette main a une seule unique intention qui est de me faire me rapprocher de son propriétaire. Cet homme me sourit avec un regard séducteur. Il se penche et il m’embrasse. Ce baiser devient de plus en plus langoureux. On n’arrive pas à s’arrêter. Ses mains descendent doucement vers mes seins et les miennes caressent son dos.

Nous nous dirigeons vers sa chambre.

Debout devant son lit, on se met encore à s’embrasser. Je me sens plus aventureuse et je me mets à caresser ses fesses, son dos et ses cheveux. Il me mentionne ne pas avoir peur. Je comprends ce qu’il veut me dire et, encouragée par les mots, ma main baladeuse effleure son membre déjà durci. Il me serre de plus en plus fort dans ses bras et il se met à embrasser mon cou en même temps que de caresser mes seins.

Il s’allonge sur son propre lit et il baisse son pantalon. Je fais de même de mon bord. Je me retrouve au-dessus de lui et j’apprécie l’effet que cela me fait à l’intérieur. Il m’embrasse encore une dernière fois et il me regarde attentivement. Son regard caresse mon âme.

Il jette un petit coup d’œil à la table de chevet et je sens qu’il veut sortir quelque chose de son armoire. Il passe d’un regard hésitant à un regard confiant.

Il sort l’objet en question.

Ce sont deux foulards et un condom. Il dépose le condom sur la table de chevet et tient dans sa main les deux foulards. Je comprends ce qu’il attend de moi. J’écarquille les yeux.

« Dès le premier jour, quand je t’ai vue, j’ai su que tu étais une dominatrice. Attache-moi, » me dit-il. Il m’offre un baiser. Je sens ses lèvres trembler d’excitation.

Ses paroles sont comme une caresse à mes oreilles. J’exécute sa demande. Je me mets à attacher chacune de ses mains sur un barreau de la tête de son lit. Il me regarde attentivement. Je sens qu’il respire de plus en plus rapidement. Mon propre pouls s’agite aussi de plus en plus.

Je me mets à embrasser ses lèvres, son cou, son torse et je descends bas, beaucoup plus bas. J’entends des gémissements de plaisir de sa part. Je me relève et me repositionne afin de m’asseoir sur lui. Je prends son membre en douceur avec une main. Il comprend mon intention. Je mets le condom. Mon but est que nous ne faisions qu’un. Par les mouvements de va-et-vient que je contrôle, je finis par pencher la tête vers l’arrière, je savoure le plaisir que cela me procure.

Je sais ce dont j’ai besoin. Je suis une dominatrice. Cet homme m’a aidée à me comprendre. Ce cher homme qui est présentement allongé sur le lit. Les yeux fermés et profitant de chacun des coups infligés par le plaisir charnel. Qu’est-ce qu’il est beau, soumis et consentant !

Ma main se dirige vers son cou.

« Oui, » dit-il avec un ton désireux. Il comprend ce que je vais faire.

J’appuie avec un peu de force sur son cou.

« Oui, » me dit-il en jouissant.

Moi, Jessica, je suis une dominatrice. Je le sais et je l’assume. J’adore le pouvoir et le contrôle.

Au plaisir.

Xox Escarpin Rouge

Escarpin rouge signature
Mathilda Hénocque_signature

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *