défi llittéraire

Un défi littéraire tout doux pour l’hiver 2020/2021

Je n’ai pas besoin de remettre en contexte l’état dont la planète entière se sent vis-à-vis 2020. Beaucoup ont dit, pour résumer, que c’était une année avec un mot qui commence par « mar » et finit par « de ». Je suis parfaitement d’accord! Et c’est pour ça qu’arrive juste à temps, pour donner un peu de douceur à la fin de cette année difficile pour plusieurs, un projet qu’a créé Geneviève, une bookstagrameuse québécoise au nom de ‘’Une fille dans le bois’’.

L’âme du compte Instagram ‘’Une fille dans le bois’’ c’est un peu comme une immersion dans le hygge, le cozy et la vie rêvée en forêt et tout ça entouré de livres de tous genres. Je n’ai pas trop hésité quand j’ai su, à travers ses stories, qu’elle lançait un défi de lectures sur le thème de l’hiver et du confort. Le défi ‘’Un hiver au chalet ’’.  Entends-tu? Ce sont les flammes du foyer qui crépitent, les bourrasques de neige et de vent dehors… C’est le temps de prendre le temps pour se faire du bien et de traverser l’année 2020 vers 2021 dans la délicatesse!

Un côté littéraire, des catégories de lectures pour y trouver ton compte et accumuler des points, et un côté ambiance avec des idées d’activités pour jouer dehors ou au contraire rester bien au chaud à la maison (ou au chalet, plutôt!). Du self-care à son plus hygge!

Je vais m’arrêter ici pour l’explication. Geneviève a généreusement accepté de répondre à une entrevue par écrit pour expliquer ses inspirations, ses intentions vis-à-vis ce défi.

Le visuel qu’elle a créé suivra l’entrevue et ce dernier est disponible à télécharger sur son blogue ‘’Mon coussin de lecture’’ :

L’entrevue :

• Parle-nous de ton inspiration, comment t’est venue cette idée du défi? :

J’aime énormément l’hiver. Je l’ai toujours aimé il me semble. Cette saison est tellement magique à mes yeux. Pourtant, c’est une saison mal aimée. Une grande portion des gens déteste l’hiver. Au Québec, même si la nordicité fait partie de nous, on se bat farouchement contre depuis toujours. On conserve notre façon de vivre « estivale » à l’année, comme s’il n’était pas question de laisser l’été partir. L’hiver, les gens sont mal habillés et grelottent au coin des rues. On fait très peu de place aux transports alternatifs comme la trottinette des neiges ou le vélo à roues surdimensionnées. On tourne nos films et nos séries pendant les deux semaines les plus chaudes de l’été et nos livres parlent peu de la saison hivernale. C’est un peu comme si on voulait occulter l’hiver de notre culture et de notre mode de vie.

Cette année avec tout ce que l’on vit, l’hiver sera sans doute plus difficile pour beaucoup de gens. J’avais envie d’apporter un peu de lumière en cette période de l’année. D’inciter les gens à redécouvrir l’hiver avec ce qui est agréable en cette saison. Peut-être aussi leur faire voir cette période de l’année d’un autre œil. Comme quand on était enfant et que l’on sortait jouer dehors et que rien d’autre n’avait d’importance. Les adultes oublient bien souvent de jouer, alors que c’est quelque chose qui fait tellement de bien. S’émerveiller, s’amuser. J’ai envie que des adultes fassent des bonshommes de neige et y trouvent un plaisir enfantin qu’ils n’ont plus connu depuis longtemps. J’ai envie que les gens pensent à prendre un peu soin d’eux. Peut-être que le défi leur donnera des idées pour le faire et une occasion aussi de voir l’hiver différemment.

• Considères-tu qu’un défi littéraire de ce genre serait une bonne façon de donner envie à certains de commencer la lecture?

Peut-être! Je l’espère! Parfois on a besoin que d’un petit coup de pouce pour s’intéresser à quelque chose qu’on croit inaccessible. J’ai d’ailleurs conçu le défi de façon assez large, afin de permettre aux gens d’inclure toutes sortes de livres. Souvent, les défis que j’ai pu voir sur internet se concentrent sur les romans, mais la lecture ne se limite pas à la fiction. On peut adorer lire et ne lire que des essais ou de la poésie. Il faut mettre en avant d’autres genres littéraires pour donner envie aux gens d’ouvrir un livre. Lire est tellement une grande source de joie et de plaisir pour moi. Réussir à donner envie à quelqu’un d’ouvrir un livre, de s’intéresser à la littérature est une chose fabuleuse. Lire ouvre tellement de portes. Lire suscite la réflexion et l’imagination. C’est essentiel à ma vie. Si ça peut donner la curiosité à un non-lecteur de lire un peu, ce serait merveilleux.

• Est-ce qu’il faut lire des livres qui se passent en hiver pour participer?

Non, ce n’est absolument pas obligatoire! Les titres des catégories sont conçus autour du thème de l’hiver, mais les genres littéraires sont variés. Sauf quelques catégories spécifiques à l’hiver (un livre à la couverture enneigée ou aux couleurs de l’hiver par exemple) on peut choisir les livres que l’on veut.

• Est-ce que je peux considérer que je participe au défi même si je ne lis qu’un seul livre?

Tout à fait! En fait, tu pourrais ne pas lire de livres du tout et participer au défi quand même. Bien sûr, j’ai envie que les gens lisent et je les incite à découvrir quelques livres pendant cette période. Cependant, la moitié du défi n’est pas constituée de livres, mais plutôt d’activités. Les catégories « ambiance » sont toutes aussi importantes que les lectures, puisqu’elles permettent de prendre soin de soi et de s’émerveiller face à l’hiver. De réaliser que l’hiver, ça peut être bien. Donc, on pourrait décider de faire les quatorze catégories « ambiance » et gagner tout de même 14 points sur 30. Le défi est constitué de seize catégories « lectures » et de quatorze catégories « ambiance ». Chacune donne un point, pour un total de trente.

•  Dans la description de ton compte Instagram on peut y lire le mot hygge. Que cette façon de vivre fait partie de ta vie et l’on sent que l’âme du défi ‘’Un hiver au chalet ’’serait dans cette optique.

Oui! Le hygge est d’origine danoise. C’est un concept qui me parle particulièrement puisqu’il met en avant le fait de créer une atmosphère propice au réconfort, à la convivialité, à la simplicité et au plaisir. C’est une façon pour les Danois de profiter de moments agréables, lumineux, dans un hiver long et sombre. Je trouve que c’est vraiment applicable chez nous, ça devrait l’être même et c’est un peu ce que j’invite les gens à faire avec le défi.

• En terminant, envisage-tu de poursuivre le défi sur plusieurs années?

C’est une bonne question! Je suis encore en train d’y réfléchir, mais je prends quand même des notes pour l’an prochain. Je suis aussi à l’écoute des suggestions que je reçois. Pour le moment, je pense me concentrer sur cette première édition et voir le déroulement. Je ne ferme pas du tout la porte à poursuivre le défi sur plusieurs années, ce pourrait être un rendez-vous intéressant. J’ai reçu de très beaux messages de gens qui m’ont touchée particulièrement avec leurs témoignages en rapport au défi. Si ça peut apporter un peu de lumière pendant cette saison, alors je me dis que le défi a sûrement raison d’exister et qu’il a de belles années devant lui!

Seychelle
Sophia Bédard
Catherine Duguay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *