Crevettes Molles, je veux du TEMPURA bon!

Certaines d’entre vous se reconnaitront peut-être et sinon bien, vous serez averties… Une femme avertie en vaut deux, n’est-ce pas?

Je veux vous parler ici des problèmes érectiles des hommes. Et je ne fais pas référence aux hommes plus âgés qui auront recours à la médication, mais bien à nos hommes fringants qui se retrouvent mous au moment de la pénétration.

ISSSSHHHH, j’avoue que cette dernière année de célibat m’a apportée multiples remises en questions sur ma personne et sur les hommes en général. J’ai eu droit à 5 biscuits durs de monsieur qui sont devenus mous au moment venu. (Le fameux phénomène des biscuits durs qui deviennent mous dans le garde-manger vs ceux mous qui deviennent durs). Je sais ce que vous vous dites ici, elle doit être moche…et bien sachez que non. Je suis loin d’être une « Pichou ». Donc, on ne peut pas dire que les problèmes d’érection de mes messieurs sont dus à mon apparence.

Pour être franche, j’ai vraiment fait une introspection à savoir s’ils ne me trouvaient pas attirantes, que mes performances n’étaient pas à la hauteur, que je puais du lama (Petite parenthèse : J’appelle le sexe féminin Lama. C’est poilu, ça pue et ça crache. Ne me faites pas croire que votre sexe est imberbe, tout rose et qui sent le parfum d’éden. Je ne vous crois pas. Fin de la parenthèse.). J’ai donc contacté mes crevettes dans les journées suivantes afin de clarifier ces éléments et FIOUUUUU! Ce n’était pas moi, ni mon lama le problème.

Chaque homme avait sa propre explication. Un homme disait que c’était la première fois que ça lui arrivait, qu’il me trouvait intimidante et qu’il avait peur de ne pas performer. Le deuxième et le troisième avaient le cœur ailleurs, ils avaient des situations particulières avec d’autres femmes. Le 4e vivait toujours des problèmes d’érection en début d’une nouvelle relation et ça pouvait prendre des semaines avant que la pression tombe… ou dois-je dire, ne monte. Hihi! Et le dernier n’avait pas l’habitude de venir avec sa copine, de peur qu’elle ne tombe enceinte, même si elle prenait une contraception hormonale. Il n’allait donc pratiquement jamais au bout d’une relation. Je sais, c’est triste. Il aurait au moins pu lui faire des crêpes sur la bedaine.

J’ai donc effectué quelques recherches de mon côté avec mon BFF Google et j’ai été soulagée de constater que je n’étais pas la seule à vivre ce phénomène. De plus en plus d’hommes vont vivre des problèmes d’érection avant l’âge de 40 ans. La raison principale est l’anxiété, la maladie du siècle. « Maudite sois-tu Anxiété » je dis en levant mon poing dans les airs. L’anxiété de performance, la peur de ne pas avoir une érection suffisante, les problèmes personnels, les problèmes financiers, le stress relié au travail, la dépression, la consommation de drogue et/ou d’alcool sont les raisons les plus évoquées. Ensuite, vient la peur qu’ils vivent une panne à nouveau et le jugement de la partenaire. C’est un énorme cercle vicieux.

Donc mesdames, n’oubliez pas que ce n’est pas de votre faute et que les hommes sont des petites bêtes sensibles. Faites attention à ne pas tenir des propos dévalorisants, abaissants ou faire des reproches à votre partenaire. Cela ne fera qu’empirer la situation en ajoutant une couche de culpabilité et de stress à votre homme. Soyez respectueuses, aimantes et patientes et une crevette tempura vous sera servie.

 

Le bonheur du live

Quand on me demande mes passions dans la vie, je réponds toujours sans hésiter : musique et lecture. Ces deux éléments font partie entière de moi, jusqu’à en être tatoués sur ma peau. Je ne pourrais me passer ni un de ni de l’autre. L’un me permet de m’évader, l’autre me permet d’extérioriser n’importe quelle émotion, positive ou négative. Quant à moi, les deux ont des pouvoirs incroyables.

Mes goûts musicaux varient énormément. Mes deux groupes préférés sont The Offspring et Hanson. Oui oui, les frères à peine pubères de Mmmbop. Pour ceux qui l’ignorent (donc probablement 99% de la population), ceux-ci font encore de la musique à ce jour, et personnellement je dois dire que j’apprécie leur style et leur talent musical. Bien sûr, ils jouent encore de leurs vieux hits en concert, au plus grand plaisir des fans!

J’ai eu la chance de voir plusieurs concerts dans ma vie, dont mes groupes favoris à plusieurs reprises. Tout d’abord, je dois indiquer que je ne suis pas une fan des festivals. Trop de monde pour la solitaire que je suis. Je me sens vite envahie dans une foule en général, alors une foule intoxiquée, c’est encore pire! Ce qui est bien dommage, car certains groupes sont beaucoup plus souvent présents dans les festivals, surtout s’ils performent depuis très longtemps et n’ont pas nécessairement d’albums récents. Je vais presque toujours voir les concerts en salle, autant que possible.

Certaines personnes vont voir des concerts de musique pour connaître de nouveaux groupes ou artistes. En ce qui me concerne, je n’apprécie pas autant découvrir quelqu’un de nouveau en concert. Pour écouter quelque chose de nouveau, j’aime mieux pouvoir me concentrer sur la musique, sans distractions extérieures, pour savoir si j’aime ça. Et surtout, si je suis pour être debout dans une salle de spectacle avec un groupe live, j’aime pouvoir chanter haut et fort et danser sur la musique. Plus je connais leur répertoire, plus je vais apprécier l’expérience.

Les concerts de musique sont pour moi une occasion de road trips. Quelle meilleure excuse pour aller visiter une petite ville inconnue de l’Est des États-Unis qu’un concert d’un artiste que j’aime? C’est d’ailleurs à Gilford, New Hampshire que j’ai vu mon concert favori. Il y a déjà environ 8 ans, mais je m’en rappelle encore très bien. Pourquoi mon favori? Tout d’abord la salle, qui était un entre-deux entre intérieur et extérieur. Un pavillon couvert au sein d’un parc agréable. Ensuite, les groupes. Tous les groupes, de la première partie au headliner, étaient des artistes que j’aime. Pour les curieux : Frank Turner, Sum 41 et The Offspring. Et finalement, ce qui était inhabituel pour ce genre de concert, les places étaient des sièges numérotés. Règle générale, un concert de punk/rock/métal n’aura pas de places assignées, étant donné que le plancher au complet ou presque se transforme en général en mosh pit! J’avais un banc relativement vers l’avant, ce qui m’a permis d’avoir une excellente vue et d’être tout près du stage tout le long de la soirée.

Un deuxième moment fort, et d’un tout autre genre, remonte à il y a 10 ans. Paul McCartney sur les plaines d’Abraham à Québec. Plus de 200 000 personnes chantant « Hey Jude » en cœur, c’est un moment qui n’arrive qu’une fois dans une vie! Je n’hésiterais pas à dire que c’était magique.

C’est cette espèce de communion entre amateurs d’une même musique qui me fait aimer les concerts. La semaine dernière, je suis allée voir Pennywise. Avant même que le concert ne débute, alors que tout le monde attendait avec impatience que le groupe monte sur scène, j’ai eu mon petit moment de communion. Des chansons d’Offspring jouaient dans le haut-parleur. Pas nécessairement leurs plus connues. Et la plupart du monde dans la salle s’est mis à chanter.

Pour une fille comme moi, qui souvent dans un groupe trouve que je n’ai pas ma place ou souffre de timidité maladive, être dans une salle où j’ai au moins un point commun avec tout le monde, ça me réchauffe le cœur. Je me sens à ma place, pour une fois, avec mes semblables. Un groupe de personnes des plus éclectiques, sans jugement pour son voisin, partageant une même passion et la criant à tue-tête.

Folie Marianne logo auteur