Folie intime·Karine Caron-Benoit·Série : Dépression·Séries de textes·Tous les articles

Dépression : La théorie des cuillères

L’auteure est atteinte d’une maladie dégénérative et a des limites physiques qui l’empêchent de faire beaucoup de choses. Son amie l’a questionné sur ce que c’est de vivre avec cette maladie. Mais avec des mots, elle voit que son amie ne comprend pas. C’est un peu comme moi lorsque je tente d’expliquer pourquoi telle journée je suis tellement fatiguée et que je finis par dormir toute la journée. Je trouve que la théorie se transpose parfaitement pour les maladies mentales.

Folie intime·Karine Caron-Benoit·Série : Dépression·Séries de textes·Tous les articles

Dépression : Un an plus tard

Je suis fière de voir des projets se concrétiser en lien avec les maladies mentales, je suis fière de voir de l’aide se développer. C’est tous ensemble, main dans la main, qu’on aidera notre société à aller mieux. En parler, c’est montrer à ceux qui souffrent en silence qu’ils ne sont pas seuls. C’est aussi de montrer à ceux et celles qui vivent au quotidien avec une maladie mentale que le beau existe, que de l’aide est disponible, pas encore assez, mais il en existe.

Folie intime·Karine Caron-Benoit·Série : Dépression·Séries de textes·Tous les articles

Dépression : L’accès à l’aide psychologique 

Je ne comprends pas pourquoi l’aide psychologique est si difficile à obtenir. Toutes les étapes à franchir pour simplement voir un psychologue et dire : « Ça va pas. » Il y a heureusement de nombreuses lignes d’écoute et des organismes d’aide qui peuvent être le premier recours. Ne perdez pas espoir, le chemin est long, mais l’arrivée en vaut la peine.

Folie intime·Karine Caron-Benoit·Série : Dépression·Séries de textes·Tous les articles

DÉPRESSION : Les réseaux sociaux

On m’a jugé, on m’a mis en garde, on m’a traité de plusieurs manières, mais j’ai cessé d’écouter les autres, car mon dossier médical était pour moi la seule chose qui avait du pouvoir. Mon psychologue m’a félicité à plusieurs reprises et quand ça arrivait, l’estime de soi ne faisait que prendre encore plus de place et écraser la douleur qui restait.