Mon anxiété, son évolution depuis que je suis maman.

Quand j’étais petite, j’étais le genre à vouloir être parfaite dans tout ce que j’entreprenais. Je faisais du vélo à deux roues, mais je voulais aussi montrer que j’étais capable de lâcher les deux mains. Je faisais du dessin, mais je pouvais aussi détailler chaque aspect de celui-ci et créer des dégradés. Je pouvais avoir 70 % mais me taper sur la tête, recopier tous mes mots jusqu’à temps qu’au prochain j’aie 90 %. En devenant adolescente, c’était de plus en plus présent. Je pouvais être malade avec un examen, ne pas dormir de la nuit. Avoir peur de me faire juger, avoir peur de ne pas dire le bon mot, la bonne phrase. Avoir peur de décevoir, avoir peur de ne plus me faire aimer. J’ai même décidé d’être une autre Marie-Pier, changer mes cheveux, me faire percer un peu partout. Accepter de me faire manquer de respect par qui voulait bien me donner un peu d’attention. Mon anxiété me grugeait de l’intérieur, j’avais l’impression de toujours faire face à un nouvel échec. J’avais l’impression que ma personne était destinée à tomber encore et encore, me relever, mais encore avoir l’impression que j’aurais dû faire mieux. J’aurais donné la lune pour comprendre ce qui faisait que j’étais prête à tout donner pour recevoir juste un ok, arrête-toi et respire.

Au cégep, j’ai commencé la technique en travail social. Bonjour les confrontations et l’introspection. Je voulais éviter de passer par cette étape, celle de devoir avouer que j’avais besoin d’aide, que mon anxiété me rendait malade, que j’étais pas capable d’accepter d’être moins bonne, que j’avais absolument besoin d’être parfaite toujours. J’ai rencontré une psychologue l’année suivante. Elle m’a fait comprendre que j’avais de l’anxiété de performance, que c’était très présent dans la société, et que j’allais le travailler. J’ai fait des exercices, sorti mes petits démons, remonté jusqu’à très loin.

Quelques années ont passé, j’allais de mieux en mieux, cela revenait par moment, lorsque j’étais trop stressée, mais j’arrivais de plus en plus à l’identifier et à appliquer mes moyens.

Puis ma fille est née, mon corps a changé, davantage au niveau des hormones. Mon anxiété a remonté en flèche assez rapidement. Au début, je me suis dit que c’était normal, que j’étais dans une période d’adaptation, que c’était nouveau, que j’avais pas de contrôle et que je ne connaissais rien. Puis les mois ont passé, je me suis rendue compte, après deux mois de vie, que je voulais retourner travailler un peu. Je faisais de l’évitement de ma mini, elle venait susciter chez moi des réactions, des frustrations et de l’incompréhension. J’avais peur au moindre pleur qu’elle avait, j’avais peur de ne pas être une maman exemplaire. J’avais peur de ne pas lui donner assez mes bras, assez mon écoute et assez de mon amour, j’avais peur de lui transmettre mon anxiété. Je m’en voulais tellement d’avoir cette anxiété. Elle a grandi, elle a maintenant un an. Elle a tout un caractère. Par moment, je lève le ton. Par moment, je suis dans ma chambre, par terre et en pleurs. Je me dis que j’ai rien compris du Naître et grandir, et que malgré que je sois intervenante, je l’ai pas pantoute. Je lis les articles sur la bienveillance, qu’il faut garder notre calme en tout temps, qu’il faut être le modèle pour notre enfant, qu’il faut écouter son émotion. Je suis d’accord, mais dans la réalité, je suis humaine. Certaines personnes ont la capacité d’être toujours zen (mon chum). Pour ma part, le cerveau roule à dix milles à l’heure chaque seconde. Mon anxiété s’est empirée dans les deux derniers mois. J’avais l’impression d’échouer lorsque j’élevais le ton, j’avais l’impression d’échouer quand j’avais plus de patience, ni d’énergie. J’avais l’impression d’en faire trop. Stage, école, travail, maman, maison et le chien et mon chum. Essayer de voir mes amis, ma famille, trouver du temps pour être une bonne blonde et une bonne mère. Je n’y arrivais plus. Je regardais autour de moi et je voyais juste des mamans heureuses, bien et souriantes. Je l’aime autant ma petite, elle me rend heureuse, rien à voir avec le fait que je fais de l’anxiété. Je ne la regrette aucunement. On dirait que je n’avais jamais entendu une autre mère me dire qu’elle était elle aussi épuisée. On dirait que ce n’est pas permis de dire cela quand on est maman, sinon c’est comme mal vu.

Un jour, je me suis assise par terre, j’ai eu le cœur qui a serré très fort, j’ai eu l’impression de mourir. Crise de panique.

J’ai pleuré à en trembler, j’ai appelé ma mère.

J’ai dis maman, ça va vraiment pas, et j’ai pleuré. Elle a écouté et m’a dit que ça allait aller, que je faisais de mon mieux et que j’étais une bonne mère pour ma fille.

J’ai appelé mon père, il m’a écoutée, il m’a dit qu’il s’inquiétait pour moi, qu’il me voyait aller, qu’il fallait que je me repose et que je m’occupe de moi.

J’ai donc recommencé à voir la psychologue, j’ai vu un médecin également. Je suis en processus de guérison. L’anxiété, ça peut paralyser, ça peut nous empêcher d’aller à un endroit, car la peur est trop grande. J’avais peur de tout, j’étais fragilisée, j’avais peur de perdre mon chum, perdre ma fille. J’avais peur.

C’est pas écrit dans ma face HELP, mais quand quelqu’un vous parle d’anxiété, c’est pas facile, on sait pas toujours quoi dire. Selon moi, écouter, prendre dans les bras la personne souffrante. Quand quelqu’un se blesse, cassure du bras, on se mobilise, on lui fait une soupe, on ouvre la porte. Même chose ici : prenez le temps. Dire ça va aller, dans mon temps l’anxiété n’existait pas, voyons tu te prends trop la tête, tu réfléchis trop (je suis au courant). On essaie un jour après l’autre. Pour ma part, je suis bien entourée, j’ai un chum en or qui comprend pas toujours, mais qui m’appuie, j’ai des amies et une famille qui me supportent. Take care mes beautés, et pour le temps des fêtes, je me souhaite de juste relaxer, un jour à la fois, un grand respire pour toi.

Photo par : Audrey Carle

Marie-Pier Carle alix marcoux

N’oubliez pas que si vous avez besoin d’en parler, il existe des ressources :

Centre de prévention du suicide 1-866-277-3553

Centres de crises : Santé Montréal

Guide des Fêtes : des idées cadeaux pas plates du tout! (partie 1)

Guide des Fêtes

On ne se le cachera pas, magasiner les achats des Fêtes n’est pas toujours une partie de plaisir pour tout le monde, surtout avec la cohue que l’on retrouve dans les centres d’achats en cette grosse période achalandée. Dieu merci, on peut maintenant magasiner en ligne et, ainsi, éviter de prendre des bains de foule si on n’est pas friand des stationnements bondés, des files d’attente et des clients stressés et mécontents.

C’est pourquoi nous vous permettons de vous simplifier la vie encore plus avec des suggestions de cadeaux simples, originales et qui encouragent le commerce local.

Monsieur Cocktail

Pour les adeptes de boissons alcoolisées, Monsieur Cocktail offre tout ce qu’il faut pour les rendre parfaites. Pour des cocktails dignes des mixologues et des restaurants, cette compagnie offre des sirops et des recettes qui n’ont pas besoin d’être mélangées au shaker. Une belle idée pour ceux qui aiment recevoir et offrir des cocktails de qualité sans se casser la tête. Pour voir la grande sélection de produits offerts, c’est ICI.

des idées cadeaux

Crédit photo : Site Internet Monsieur Cocktail

Stram

Avec toutes les astuces proposées pour réduire notre empreinte écologique, voici une excellente suggestion de cadeaux que les pailles réutilisables en acier inoxydable. Offertes dans différentes couleurs et avec un modèle spécialement conçu pour les smoothies, les pailles Stram vont au lave-vaisselle et peuvent également être lavées à la main avec une brosse, également vendue sur le site. Une bonne idée de cadeau pour ceux qui ont à cœur notre chère planète. Pour voir les ensemble disponibles, c’est ICI.

idées cadeaux

Crédit photo : Site Internet de Stram

Dans le sac

Toujours dans une thématique éco-responsable, l’entreprise Dans le sac offre des produits durables et tendances pour permettre aux gens de changer leurs habitudes d’achat avec des trucs simples et écologiques. Sac à pain, sac à vin, sac réutilisable, brosse à vaisselle écologique, sac pour le marché ou pour acheter en vrac, l’entreprise offre tout ce qu’il faut pour adopter un mode de vie zéro déchet. De la confection jusqu’à l’impression de l’étiquette, tous les  produits sont entièrement faits à la main au Québec. Une belle entreprise de chez nous à encourager. Pour voir la boutique en ligne, c’est ICI.

idées cadeaux

Crédit photo : site Internet de Dans le sac

Callitee

Pour celles qui aiment les chandails à thèmes ou qui abordent des jeux de mots ou  un message à saveur humoristique, la compagnie Callitee est toute désignée pour y effectuer ses achats des Fêtes.  Disponibles en ligne, ainsi qu’à la boutique Kiffé à Boucherville, on peut choisir entre une coupe « ample » et « ajustée » et des tailles de « Petit » à « Très grand » parmi une grande sélection de chandails et d’accessoires, classés sous différents thèmes. Le choix y est très varié et c’est définitivement un must pour les filles qui aiment la mode et porter des créations originales et locales. Pour voir la boutique, c’est ICI.

idées cadeaux

Crédit photo : Site Internet de Callitee

Main and Local

Cette compagnie offre des objets emblématiques des différentes grandes villes canadiennes. Que ce soit Montréal, Toronto, Ottawa ou Vancouver, vous trouverez des trucs aussi drôles que pratiques dans les différentes collections, tels qu’un porte-monnaie à l’effigie de bagels montréalais, un coussin portant le sigle des Maple Leafs de la ville reine ou encore des bas affichant le visage de Justin Trudeau. De quoi offrir des cadeaux qui rappellent les différentes boutiques de souvenirs que l’on retrouve un peu partout dans les quartiers touristiques. Pour la boutique complète, c’est ICI.

idées cadeaux

Crédit photo : Site Internet Main and Local

The Cocktail Box

Des cocktails qui doivent simplement être mélangés avant d’être servis? Voilà ce que propose The Cocktail Box avec ses ensembles comprenant tout ce qu’il faut, à part le barman, bien sûr, pour composer des boissons classiques qui n’ont rien à envier aux meilleurs établissements. Vous pouvez également obtenir des ensembles personnalisés selon vos désirs. Une belle idée originale comme cadeau d’hôtesse/hôte ou pour ceux qui organisent des soirées ou des événements. Pour la boutique en ligne, c’est ICI.

idées cadeaux

Crédit photo : site Internet The Cocktail Box

Brew your Bucha

En plein essor ces dernières années, le kombucha est de plus en plus populaire, en plus d’offrir de nombreux avantages pour la santé. Pour faire des économies de coûts, la compagnie Brew your Bucha offre des ensembles tout-en-un permettant de réaliser sa propre boisson. Munis d’instructions faciles à suivre, vous pouvez également bénéficier d’un support technique 7 jours par semaine, puisque la compagnie garantit un brassage réussi pour tous ses clients. Un concept différent qui peut être très apprécié auprès des adeptes de cette boisson. Pour la boutique en ligne, c’est ICI.

idées cadeaux

Crédit photo : site Internet Brew Your Bucha

Guides Ulysse

Pour les amoureux de voyage, les guides Ulysse demeurent une valeur sûre. Que ce soit pour des voyages d’affaires, en sac à dos ou en famille, il est toujours plaisant d’avoir un livre qui offre des informations complètes et pratiques sur la destination choisie. Leur réputation n’est plus à faire et c’est parmi une très grande sélection de pays que vous pourrez arrêter votre choix. Une excellente idée cadeau pour les nomades de ce monde. Pour voir les titres disponibles, c’est ICI.

idées cadeaux

Crédit photo : site Internet Guides Ulysse

Que ce soit pour gâter l’être cher, la famille, les collègues de travail ou toute autre personne à qui l’on veut faire plaisir, il est important de se rappeler que c’est l’intention qui compte et qu’il n’est pas nécessaire de se stresser à vouloir donner le cadeau parfait. Mais qu’un cadeau choisi avec soin, selon les goûts et intérêts de chacun, c’ est toujours apprécié.

Bon magasinage!

Photo de signature pour Jennifer Martin. ariane reviseure

Maman en quête de temps

maman en quête de temps

Salut!

Moi, c’est Catherine. Je suis maman à la maison depuis presque 4 ans pis des fois je trouve le temps long. Très long. Pourtant, je n’ai pas à me plaindre; ce ne sont ni les tâches, ni les corvées, ni même les besoins de mes enfants qui manquent pour remplir mes journées. Malgré tout, la plupart du temps, j’ai l’impression que mes journées passent à la vitesse tortue. Pourtant, mes enfants grandissent beaucoup trop vite. Belle ironie!

En fait, de quoi je me plains? De manquer de temps. De temps pour moi. Entre le lavage, le pliage, les repas, le nettoyage de la maison, les siestes (mes enfants ne sont pas du tout des champions du dodo), encore et toujours des repas, j’ai le sentiment d’être débordée mais de n’avoir rien fait. Rien fait pour moi. Je sais que, pour certains, être à la maison c’est facile, simple et fluide. Les enfants coopèrent, jouent seuls par moment ou s’endorment et dorment sans interruption (mon rêve!!). Chez moi, ce n’est pas comme ça. 85 % du temps, j’ai mon plus petit dans les bras (sachez que j’ai commencé avec un 100 % bras alors c’est une belle diminution!), je dois toujours l’avoir à l’œil parce qu’il est plus rapide que son ombre et que c’est un vrai aventurier dans l’âme, alors que ma grande apprend doucement à jouer seule et boude les siestes. Ces temps-ci, je rêve d’avoir 1 h seule l’après-midi. Un petit 60 minutes où ma fille dort (ou se repose) et où je ne suis pas obligée d’être couchée avec mon garçon pour ne pas qu’il se réveille au moindre de mes mouvements. Un petit 60 minutes à faire quelque chose qui m’allume. Pas de la vaisselle ou du ménage. Juste quelque chose pour moi.

L’automne me donne toujours le goût de me plonger tête première dans un projet. De me réinventer. J’ai songé travailler à temps partiel, seulement pour m’occuper, mais ça ne cadrait pas avec mes besoins et désirs du moment. Je me suis donc inscrite à une majeure. J’étais très excitée par mon nouveau projet de m’accomplir autrement qu’au travers de mes enfants. Finalement, après avoir payé les frais de scolarité avec mon « non salaire » de maman à la maison pis d’avoir reçu mes livres, l’angoisse s’est installée dans le creux de mon ventre, accompagné d’un immense poids sur mes épaules. Pendant plusieurs jours, je me questionnée à savoir si j’avais vraiment envie de me replonger dans des études. Peut-être un jour, mais après introspection, j’ai compris que ce n’était pas ce besoin que je cherchais à combler.

Finalement, avec ma trentaine , j’ai envie de me laisser envahir par mon côté créatif. J’ai donc choisi de m’inscrire à des cours de danse avec ma maman (oui, oui ma maman!), je vais dessiner davantage, lire, lire et lire. Mais surtout, je vais me permettre de sortir de la maison davantage quand je vais en ressentir le besoin. D’aller écrire dans des cafés ou simplement flâner à ma bibliothèque que j’adore. Juste prendre du temps pour moi. Sans pression. Sans besoin de performance.

Catherine Héroux Audrey photo de signature

Gabiba : Une friperie en ligne et éco-responsable!

Tu es préoccupé(e) par l’environnement et tu as des enfants ?

Tu as compris le sens de « Ça grandit trop vite » en voyant qu’il fallait que tu renouvelles la garde-robe de ceux-ci à toutes les deux semaines ?

Tu n’as malheureusement pas le temps de magasiner dans les friperies de ton quartier? Parce que oui, les friperies c’est bien, mais encore faut-il trouver un moment en tant que parent à temps plein pour fouiller et dénicher la pièce qui nous plaît !

Ne t’en fais plus, on a une solution pour toi !!

Une friperie en ligne et éco-responsable !

Gabiba a été créée par Gabrielle et Marco, des parents et amoureux, avec une forte envie de donner un nouvel élan au mouvement zéro déchet et à l’économie de partage.

www.gabiba.com

Allez, c’est parti! Voici mon aventure avec ce nouveau concept !

Premièrement, lorsque je suis arrivée sur leur site, celui-ci m’a semblé très simple d’utilisation.

Et ce fut effectivement le cas.

Pour ma part, je recherchais des vêtements pour mon petit garçon qui porte du trois ou quatre ans.

Je me suis donc directement dirigée vers la section pour garçons et j’ai sélectionné les tailles qui me convenaient. Un grand choix d’articles en est ressorti, et je n’avais plus qu’à faire ma sélection.

Les produits sont joliment présentés et j’ai vraiment eu une belle expérience de magasinage en ligne. Simple et rapide !

Tu as envie de savoir ce que je lui ai choisi et combien ça a coûté ?

Et bien, je lui ai acheté une tenue complète pour moins de soixante cinq dollars, livraison incluse!

Les vêtements que j’ai sélectionnés étaient tous des produits de grande qualité de marque, et il est certain que le coût neuf de tous ces produits n’aurait jamais été si bas.

Passons aux choses concrètes! Dans mon panier, on pouvait retrouver un pantalon, une chemise, un pull et un beau manteau rouge.

J’avais déjà tellement hâte de recevoir ma commande !!!

Vous n’imaginez même pas comment j’ai été agréablement surprise lorsque moins d’une semaine après avoir passé la commande (cinq jours exactement), je l’ai reçue dans ma boîte aux lettres.

Je vous montre ce que j’ai reçu, mis en scène par mon super modèle de loulou (parole de maman) :

Les vêtements sont arrivés dans une seule et même enveloppe. Il n’y avait donc pas trop d’emballage et le tout était recyclable ! Un bon point dans la démarche zéro déchet que nous entamons chez nous, et que Gabrielle et Marco veulent respecter !!

Les produits reçus sont en excellent état et ressemblent parfaitement à ce que j’avais pu voir sur les photos du site lorsque je les ai sélectionnés.

La pièce que je préfère est le beau manteau en laine rouge, bien chaud et fabriqué au Canada !!!

J’ai en plus eu la chance de recevoir une tuque en coton pima bio de la marque propre aux créateurs du site. On sent déjà la qualité de cette tuque rien qu’en touchant le produit. Et c’est assurément le cas puisqu’elle est fabriquée avec l’un des cotons les plus luxueux du monde récolté à la main, au Pérou.

www.gabiba.com

Gabrielle et Marco sont actuellement en train de revoir leur modèle d’affaires pour leurs créations afin de les rendre encore plus éco-responsables. En plus des tuques, nous pourrons trouver prochainement des cache-couches, des t-shirts et des pantalons évolutifs.

Je suis conquise par ce nouveau concept, étant moi-même une adepte des friperies. Je peux désormais magasiner de chez moi, en quelques clics, lorsque je n’ai pas le temps d’aller fouiller dans les rayons enfants des friperies du quartier.

On peut trouver des pièces pour filles ou garçons, de trois mois à dix ans ! Il y a même une section vintage ainsi qu’une section liquidation pour faire de très bonnes affaires.

Une section « vendez vos vêtements » existe et sera développée prochainement afin de nous permettre d’aller encore plus loin dans notre démarche durable en donnant une seconde vie aux vêtements trop petits pour nos enfants que nous entassons chez nous!

Alors, si toi aussi tu débute une démarche éco-responsable et que tu n’as pas beaucoup de temps à consacrer au magasinage, je te conseille vivement de faire un tour sur la friperie haut-de-gamme en ligne Gabiba.

En tout cas, moi j’ai déjà commencé un nouveau panier!

Produits offerts par Gabiba. Merci pour cette collaboration.

Crédit photos : Céline Guérin

Céline Guérin Audrey photo de signature

Des calendriers de l’Avent pour tous

Charline parle de calendriers de l'Avent

Les fameux calendriers de l’Avent, 24 petits chocolats pour patienter jusqu’à Noël… cela rappelle de beaux souvenirs.

Il y a quelques années, certains se sont mêmes prolongés jusqu’à la nouvelle année, question de faire durer le plaisir.

De nos jours, on retrouve des calendriers de l’Avent pour tous les goûts, tous les âges et tous les budgets!

Je vous en ai dénichés quelques-uns, des classiques et des nouveautés.

Chocolats favoris                                   (34,49$)

Oui, ma première suggestion est bel et bien, le classique des classiques; celui avec du chocolat à profusion! D’ailleurs, il y en a tellement que vous pouvez partager avec 3 autres personnes, à chaque jour. Nouveau concept que j’adore et qui pourrait sûrement me faire revenir vers les calendriers chocolatés.

Charline parle de calendriers de l'Avent

Autre point à souligner, il n’y a pas de chiffres pour nous indiquer quelles cases ouvrir pour avoir notre chocolat quotidien, mais plutôt une image à trouver, c’est un calendrier “Cherche et trouve”(et déguste)!

Pour acheter le tien, c’est ICI.

Renaud-Bray                               (17,95$)

J’ai découvert au Renaud-Bray, ce superbe calendrier, intitulé:
Mon recueil d’histoires de Noël : 25 histoires magiques pour les petits.

Charline parle de calendriers de l'Avent

Je m’imagine déjà, emmitouflée sur le sofa, avec mes enfants, devant le feu, à s’émerveiller d’une histoire de Noël, chaque soir. Une occasion de se coller, de rêver, et de connaître quelques secrets sur la nuit de Noël.

Pour se le procurer c’est ICI.

NYX Cosmétiques                                  75,00$

Wow! Autant de couleurs, autant de produits!

Ce coffret comprend, entre autres, 10 poudres pour le visage; dont des fards à joues, des illuminateurs et des ombres à paupières, ainsi que 14 rouges à lèvres de taille moyenne.

Charline parle de calendriers de l'Avent

Charline parle de calendriers de l'Avent

L’idéal pour les personnes qui aiment oser et se maquiller selon leur humeur!

Pour le commander, c’est par ICI.

Toys R Us                                      27,97$ à 39,99$

Les populaires Lego!

Des moments de complicité et de souvenirs passés, ou futurs, vous attendent.

Aux plus notables Lego City et Lego Friends, ce sont rajoutés au fil de ans, les Lego thématiques; hockey, la guerre des étoiles, Barbies, Playmobil et autres.

Pour les fans de cet univers, des Lego à découvrir à chaque jour.
Les plus jeunes et les plus se retrouveront dans leur passion commune!

Charline parle de calendriers de l'AventCalendrier de l’Avent avec figurines Pat Patrouille à collectionner.

Je ne pouvais évidemment pas passer par-dessus celui de la Pat Patrouille, qui cible les plus petits (3 ans et plus). La brigade de chiens est partout! Je parie qu’il sera difficile d’attendre au lendemain pour avoir tous les personnages.

Charline parle de calendriers de l'Avent

Pour gâter les petits cocos de votre entourage, c’est ICI.

Les coffrets de David’s Tea               25,00$ à 49,00$

Pour tous les amateurs de thé, comme moi, les superbes calendriers de l’Avent sont un incontournable pour faire le compte à rebours de la nuit.

Charline parle de calendriers de l'Avent

Cette année, nous sommes plus que choyés puisque nous avons le choix parmi plusieurs coffrets; entre autres, celui des thés équitables, ou celui des thés biologiques, ou même celui des thés classiques.

L’avantage de ce type de calendriers, c’est qu’ils offrent la possibilité de découvrir de nouvelles saveurs, et surtout des saveurs que nous n’aurions pas nécessairement pas osé acheter.

Le calendrier est disponible en ligne, ICI.

Lush                                                 99,95$

Lush a sorti un calendrier de l’Avent végétalien!

Charline parle de calendriers de l'Avent

Il n’y a que 12 produits, mais chacun est aussi agréable à recevoir.
Des bombes de bain, en passant par des gels douche ou même par des savons, vous pourrez offrir à votre corps, relaxation et bien-être au travers de ce monde odorant.

Leurs produits, disponibles ICI, ne sont pas testés sur les animaux, en plus! Votre conscience en sera ravie.

Finalement, rien ne vous empêche de créer vos propres calendriers de l’Avent, plus personnalisés et aux goûts de la personne qui le recevra!

Joyeux décompte de Noël!

 

 

Les mille et un coups

mille et un coup

Eh oui! Qui dit décembre dit l’arrivée des fameux lutins coquins avec leurs mille et un coups. On s’entend, ce n’est pas vraiment eux qui se réveillent la nuit pour faire leurs bêtises, mais plutôt les gentils et attentionnés parents que nous sommes qui veulent dont faire vivre la magie des fêtes à travers les yeux ébahis de leurs petits trésors. Ce moment de bonheur quand ils se réveillent et aperçoivent les mille et un coups de leur lutin. C’est pour ça qu’on décide, en tant que parents aimants, de le faire. C’est surtout papa et maman qui doivent dépenser le peu d’énergie qui leur reste à la fin d’une longue journée de travail et d’une soirée active à aller chercher les enfants à la garderie, préparer le souper, s’obstiner à faire manger les légumes à son enfant difficile, faire les devoirs et les leçons, donner le bain et finalement, après les avoir couchés plus d’une fois parce que le plus grand veut de l’eau, que le deuxième a envie de pipi pour la cinquantième fois depuis le souper, et que le petit dernier, eh ben, lui ne fait pas encore ses nuits. Donc après tout ça, il nous faut encore trouver l’énergie et la solution pour réaliser les soi-disant coups et, de plus, il ne faut pas oublier que c’est nous-mêmes, les parents, qui sommes “pognés” à ramasser nos propres dégâts au petit matin avant de partir avec les enfants à la garderie et de recommencer une autre longue journée de travail pour ensuite répéter le même dénouement de soir en soir, et ce, pour chaque soir de décembre jusqu’à la fameuse nuit du 24 au 25 décembre où Noël ramène avec lui la magie du lutin vivant.

Avec le temps des fêtes qui approche, on a bien assez de penser au magasinage de cadeaux, au budget, aux soupers de famille et ceux entre amis, sans oublier tout le stress que cette période nous amène déjà. C’est pour toutes ces raisons que j’ai décidé de vous faire une jolie petite liste avec 30 idées de coups originaux et simples à réaliser de nos chers amis lutins tout droit venus du pôle Nord afin de vous faciliter la tâche. Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour rendre heureux nos chers petits?!

Tout d’abord, il faut savoir que c’est très important de faire le rituel d’arrivée du lutin du père Noël à la maison. (Bien sûr, ce ne sont que des suggestions.)

Comment s’y prendre ? Quelques jours avant le 1er décembre, écrivez une lettre adressée à votre enfant signée de la main du père Noël en lui expliquant qu’il envoie un lutin chez lui pour surveiller si l’enfant est sage et poli avec ses parents et dans la vie de tous les jours, tout en lui mentionnant qu’il se pourrait que le lutin se réveille la nuit pour jouer un peu. Soyez imaginatifs et originaux! Faites leur croire en la MAGIE! Après tout, c’est le but de Noël. C’est tellement merveilleux de voir nos petits avec des étoiles illuminées dans les yeux!

Ensuite, fabriquez une petite porte et posez-la sur un mur, une porte ou à l’endroit que vous voulez, tant qu’elle est au niveau du sol. Cette porte servira à faire “entrer” le lutin dans la maison la nuit du 1er décembre. Psssst!! N’oubliez pas la poudre magique (un peu de sucre mélangé à de la cannelle et vous avez votre poudre magique!). Et un peu comme le principe des biscuits qu’on laisse au père Noël près du sapin, laissez aussi à votre lutin un petit plat de bonbons à côté de sa petite porte afin de l’attirer et ainsi l’inciter à rester dans votre famille pour le temps des fêtes. Je vous suggère aussi de commencer votre première nuit avec le lutin qui apporte lui aussi en cadeau un calendrier de l’avent de chocolats avec un petit mot de présentation et de bienvenue de sa part à votre enfant, signé du nom que vous avez choisi de lui donner. Vous pouvez également, si vous préférez cette technique pour attraper les lutins, fabriquer une “trappe à lutins”, semblable à une cage ou un piège pour que le matin, votre enfant puisse faire la découverte que sa trappe a bel et bien fonctionné. À vous de choisir votre technique.

QUE LES MAUVAIS COUPS COMMENCENT!

1-Les céréales : Mettez un bol accompagné d’une cuillère aux côtés de votre lutin avec un peu de lait et quelques céréales dedans pour montrer qu’il en a mangé.

2-La grosse brosse : Votre lutin semble festif! Couchez votre lutin sur le plancher avec quelques bouteilles de bière vides à ses côtés.

3-Une tasse de thé: Installez votre lutin en compagnie d’autres jouets ou toutous autour d’une bonne tasse de thé.

4-Le feu de camp réinventé: Les lutins aiment les sucreries! Faites tenir à votre lutin un bâton avec une guimauve au-dessus d’une chandelle.

5-Le flocon de neige: Les lutins aiment la neige. Faites faire à votre lutin un flocon de neige en coton-tige.

6-La guirlande: Un peu moins agréable à ramasser, mais comme le lutin est un petit coquin et qu’il adore les décorations originales, il trouvera un malin plaisir à dérouler un de vos rouleaux de papier de toilette pour en décorer la salle de bain avec ses “guirlandes” blanches. Oups!

7-Le rhume: Oh! Oh! Votre lutin a pris froid et est tombé malade. Abrillez-le d’une petite doudou avec, à ses côtés, une boîte de mouchoirs, des pastilles, des Tylenol, un thermomètre et du sirop. (Ou ce que vous avez à la maison pour soulager le rhume).

8-P’tits biscuits: Votre lutin aime vous faire plaisir aussi. Il vous a fait de bons biscuits de Noël pendant la nuit.

9-Bisous, Bisous: C’est le temps de sortir votre rouge à lèvres et de faire des bisous dans le miroir de la part de votre gentil lutin affectueux.

10-“Spa” drôle: Un petit spa dans un bol de céréales (sans lait bien entendu).

11-Échec et mat: Faites jouer une partie d’échec à votre lutin futé et un autre jouet.

12-Charlie’s Angel: Un ange dans la farine ou du sucre! Quelle bonne idée!!

13-Allons à la pêche: Faites pêcher votre lutin dans la toilette et ajoutez-y quelques “Goldfish” pour faire rigolo (ou dans votre aquarium si vous en avez une, mais sans les “Goldfish”).

14-Picasso: Une toile, de la peinture et votre lutin. Laissez aller sa créativité! (un livre à colorier peut aussi faire l’affaire)

15-Photoshoot: Si vous avez un appareil photo numérique, faites prendre différentes poses à votre lutin et quelques selfies, puis laissez l’appareil à ses côtés pour que votre enfant puisse voir, à son réveil, toutes les photos que son lutin photographe a pu prendre pendant la nuit. Voire même, une photo de votre enfant qui dort.

16- Cache-cache: Votre lutin s’ennuie du froid du pôle Nord; c’est pourquoi il aime se cacher  dans votre frigo et tant qu’à y être, faites-le boire le jus favori de votre enfant à la paille!

17-Le cadeau surprise: Comme les lutins du père Noël sont des emballeurs professionnels, faites-lui emballer un petit cadeau surprise pour votre enfant ou pour être plus tannant, choisissez son jouet favori dans la maison mais qu’il pourra déballer immédiatement.

18-M. Patate: (Si vous avez un M. Patate à la maison) Votre snoreau de lutin aime beaucoup jouer avec les patates, c’est pourquoi il s’amusera à utiliser les pièces de votre M. Patate pour en faire une vraie patate vivante!

19-Frosty the snowman: Faites faire un beau bonhomme de neige à votre lutin. Pour ce faire, empilez 3 rouleaux de papier de toilette, puis ajoutez-y quelques accessoires fabriqués de papier construction.

20-La pause lecture: Comme les lutins aiment beaucoup les histoires de Noël, mettez-lui un livre entre les mains et assoyez des amis face à lui pour écouter l’histoire.

21-La guerre, la guerre! C’pas une raison pour se faire mal!: Pourquoi pas une bataille de boules de neige avec des boules de coton ? Fabriquez 2 murs en blocs Lego ou autre, puis reproduisez une scène de guerre avec un ami jouet.

22-Poker: Votre Lutin aime les jeux de cartes, faites-le jouer contre un adversaire avec des cartes et des jetons ou des bonbons!

23-Casse-toi pas la tête: Faites faire un joli casse-tête à votre lutin, mais laissez une pièce de côté afin que votre enfant le finalise lui-même. (Comme si votre lutin n’avait pas eu le temps de le finir)

24-Où sont passées mes bobettes? : Eh oui! Ce petit farceur est allé fouiner dans le tiroir de sous-vêtements de toute la famille et les a installés comme ornements dans… le sapin!

25- Banana-Slama! : Petit lutin créatif qu’il est, il dessinera des yeux et une bouche à vos bananes avec un marqueur noir.

26-Le château: Tout simplement, un joli château de cartes fabriqué par votre lutin.

27-À vos marques, prêt? Pliez! : Les lutins ne font pas que des bêtises, ils aident aussi aux tâches ménagères dans la maison. Faites-lui plier votre panier de linge ou de serviettes propres!

28-Y fait pas chaud!: Oups! Il semble que votre lutin ait voulu faire un tour à l’extérieur, mais il a oublié les clés et s’est embarré dehors. Mettez-le à l’extérieur, à la porte-patio, en train de regarder à l’intérieur et inscrivez “HELP” dans la neige (Assurez-vous qu’il n’y ait pas d’annonce de neige dans la nuit et que la température ne soit pas trop froide si votre lutin est fait en céramique).

29-Fly like an eagle: Qui n’a jamais rêvé de voler? Avec les lutins, rien n’est impossible! Accrochez-le à une corde à la palme de votre ventilateur de plafond puis mettez-le en marche, Vous verrez qu’un lutin, ça peut voler!

30-Le jeu de rôle: Si vous avez une fille: Habillez votre lutin avec des vêtements de poupée puis dans le petit carrosse de poupée de votre fille. Par contre, si vous avez un garçon, installez-le sur le top d’une voiture comme s’il y faisait une course. Si vous avez une voiture téléguidée, placez la manette de celle-ci dans les mains du lutin. Cela créera l’effet que le lutin s’amuse avec.

DÉPART DU LUTIN DANS LA NUIT DU 24 AU 25 DÉCEMBRE: Laissez à votre enfant une lettre de remerciement de la part du lutin de l’avoir bien accueilli dans votre famille et qu’il a aimé son expérience, que cette nuit, le père Noël est venu le chercher pour le ramener au pôle Nord et qu’il lui a laissé un cadeau (le fameux cadeau du père Noël). Finissez la lettre avec un À l’année prochaine!

Voilà! En espérant vous avoir inspiré avec toutes mes suggestions! Et si vous voulez immortaliser cette magie, pourquoi ne pas prendre en photo tous les coups pour ensuite en faire un petit livre à offrir à votre ou vos enfants en souvenir, laissé à la petite porte des lutins en cadeau de sa part au matin du 25 décembre. Pour chaque photo, inscrivez un petit mot qui explique que le lutin a eu beaucoup de plaisir à faire ce coup-là parce que… bla bla bla. De cette manière, votre ou vos enfants garderont un merveilleux souvenir du passage de leur lutin.

Si après tout ça votre enfant n’est pas émerveillé, je vous répondrai que c’est pratiquement impossible car moi-même, après l’écriture de ce texte, j’y ai cru.

Catherine AL alix marcoux

Des bribes de toi, papa

Charline parle de son papa

Il y aura bientôt 3 ans, tu es parti.

Éteint, envolé, subtilisé.

Ce jour-là, mon cœur a éclaté en mille morceaux. En mille petites parcelles.

Tous ces souvenirs de toi ont implosé en mon intérieur, car ce sentiment de vide, de néant, de trou qui m’a alors envahi, était trop grand pour ma petite personne.

Parce qu’intérieurement j’étais et je suis encore cette petite fille à papa qui ne sait comment survivre sans toi, papa chéri.

Essayer de penser, de seulement imaginer que jamais plus je n’aurai l’opportunité de sentir tes bras autour de moi est une voie empreinte de douleur et de tristesse, à mes yeux.

L’hiver pour moi a perdu de son étincelle, de sa magie. Je n’aime plus l’hiver.

Désormais, synonyme de souffrance et de mort.

Coupable par association, je fuis cette saison et j’hiberne pour rester au chaud, avec les miens, avec mes raisons de vivre.

Ceux-là même qui te réclament, qui te ramènent à la vie, en se rappelant de toi. En te maintenant vivant par souvenir.

Nous qui sommes restés, ici, gelés dans le temps. Cryogénisés par ta perte.

Quelquefois, par chance, je retrouve des bribes de toi… ici et là…

Tes clés.

Le son de tes clés, de ton trousseau de clés, une cinquantaine d’entre elles,  que l’on entendait tinter l’une contre l’autre lorsque tu marchais, lorsque tu t’approchais…

C’était une mélodie distincte, un bruit de fond subtil à la fois qui résonnait dans nos oreilles.

Qui paraissait loufoque et sans importance… mais qui aujourd’hui capte mon attention quand je l’entends.

Tes rêves.

Les chuchotements entre maman et toi, presque chaque matin… quasiment réglé au quart de tour.

Tu lui racontais tes rêves ou tes cauchemars de la nuit précédente. Chaque détail, chaque émotion, que tu avais ressentis dans chacun d’eux.

Vous discutiez amoureusement et souvent, je pouvais deviner vos regards contemplatifs. Cette manière bien précise que vous aviez de vous donner du temps et de démontrer de l’importance à ce que l’autre racontait.

Je n’ai jamais été matinale, mais je me souviens que me réveiller et d’entendre ces conversations douces était le meilleur des réveils. J’allais même vous rejoindre quelquefois, question d’être plus près de ces histoires rocambolesques.

Tes traditions.

À chaque anniversaire, nous avions le droit à ton fameux tirage d’oreiller en guise de souhait de fête.

Pour chaque an de naissance, nous avions droit à un sympathique tirage d’oreille.

30 ans, 30 tirages.

C’était ton plaisir, ta coutume.

Nous te laissions faire par plaisir et par en-dedans, nous avions beau trouver cela quelque peu bizarre, nous étions habitués et par conséquent prêts à nous débattre joyeusement…

Ce que je donnerais pour revenir à ce moment, aujourd’hui…

D’ailleurs, en octobre dernier, à ma fête, j’ai même raconté cela à mon fils et évidemment, il a voulu me le faire.

J’ai cru t’entendre rire de là-haut, papa farceur!

Des bribes, ici et là, de toi, de ton passage sur Terre. De ton existence.

Des bribes dispersées aléatoirement dans ma tête, dans mon cœur, dans mon âme.

Des bribes de bonheur, de tristesse, d’ennui.

Ce sont comme des trésors enfouis que je découvre sporadiquement.

Qui viennent embellir ou assombrir mes journées…

Qui me font passer par une gamme d’émotions, ou revivre certains moments.

Mais, je les chéris tout autant.

Elles me rappellent que je suis vivante, que je ressens, que je respire.

Et surtout… que tu as été!

Que tu as vécu!

Que tu as laissé tes empreintes au sein de nous, encore et toujours.

Merci pour ces bribes, papa.

Elles sont l’héritage que tu nous as légué. Je t’aime.

Je suis un homme, mais humain avant tout

Fred parle de sa réalité de papa monoparental

On parle souvent des mères qui se séparent et qui doivent assumer l’éducation de leurs jeunes enfants, mais on parle peu des pères qui doivent composer avec l’absence dans la vie de leurs plus grandes fiertés.

Ma pire journée de ma vie fut lorsque je foulai la porte de ma maison, alors que tout le monde venait de partir. Je n’étais pas là lors de leur déménagement. Je travaillais. Je tenais à travailler, parce que j’aurais pleuré sans arrêt, le coeur déchiqueté au vif de voir mes petits cocos partir sans que je puisse faire quoi que ce soit. J’avais fait les démarches à la cour pour garder mes enfants. Après tout, la mère déménageait à 75 km de la maison. Mais il aurait fallu que je dépense plus d’une dizaine de milliers de dollars pour me faire entendre sans garantie de jugement en ma faveur. Je ne pouvais pas. Je ne pouvais tout simplement pas…

Alors, j’avais choisi mon combat. J’aimais mieux que mes enfants reçoivent cet argent avec une pension salée au lieu d’engraisser le milieu judiciaire déjà bien nanti dans les causes d’enjeux familiaux. Car après tout, le bien-être de mes enfants était ma priorité, pas celui des avocats.

Par la suite, c’était la routine post-judiciaire qui entrait en jeu. J’avais mes enfants deux fins de semaines sur trois et je devais composer avec les “au revoir” qui chaviraient mon coeur chaque fois que je prenais mes enfants dans mes bras avant de les voir partir dans l’autre auto. Je m’arrangeais toujours pour être le dernier à partir de notre point de rencontre, parce que j’avais les yeux tellement vitreux qu’il m’était incapable de voir clairement devant moi. J’avais le coeur dans la gorge. J’avais envie de maudire la vie de m’arracher mes enfants chaque fois que le changement de garde arrivait.

Puis, un jour, ma fille avait le blues avant même de quitter la maison. Elle me faisait des gros câlins et ne voulait plus se détacher de moi. Pour la première fois, elle me dit papa, je ne veux pas partir…Pis moi j’étais là, à lui rendre ses câlins mille fois plus fort et en me disant que l’impuissance était la pire sensation qui existait.

Tout au long du chemin, je la voyais sur la banquette arrière, le regard perdu par la fenêtre, tout comme son frère qui n’aimait pas plus la situation. J’avais avec moi mes deux plus belles richesses et je devais m’en séparer, tantôt pour une semaine, tantôt pour deux.

Chaque fois que mes enfants me quittaient, une partie de ma vie partait avec eux et ne revenait plus. Je devais me dire à répétition qu’ils devaient faire une grande partie de leur vie sans moi, en espérant qu’ils soient en mesure de bien réussir leur jeune vie. Je devais aussi composer avec le fait qu’un autre homme les voyaient plus souvent que moi…

Un jour, alors que je m’excusais de ne pas pouvoir être plus présents avec eux, mon fils a eu la brillance de me dire la plus belle phrase que j’avais besoin d’entendre: tu sais papa, le plus important n’est pas que tu sois toujours avec nous, mais que tu nous aimes malgré tout. Juste à y penser encore, ça me donne la chair de poule. Ces mots m’avaient enlevé une tonne de pression et de culpabilité sur mes épaules. Je comprenais qu’ils avaient tout simplement besoin d’être aimés par leur papa et que le reste était tout simplement secondaire.

Aujourd’hui, je ne m’en fais plus. Ils savent que je suis là pour eux et que je ne les oublierai jamais. Heureusement, le web facilite la communication avec mes enfants, mais rien n’égale le plaisir de les sentir tout près de moi, à les câliner et les embrasser comme un papa sait si bien le faire quand ça compte.

 

Fred signature

 

Procréer ou ne pas procréer; là est la question!

procréer ou pas

L’autre jour, j’étais dans ma voiture en route pour le boulot quand j’ai entendu à la radio la chronique de Josée Boileau à l’émission Gravel le matin. Il s’agit d’une chronique troublante qui parlait du documentaire Anthropocène – L’époque humaine. Vous en avez certainement entendu parler! Ce documentaire fait état du choix de certaines personnes qui refusent d’avoir des enfants afin de leur épargner ce qu’ils auront à vivre dans un futur proche, en raison de la détérioration actuelle de la planète.

J’avoue que le concept peut drôlement choquer ou susciter une profonde réflexion. Je vous confirme qu’entendre de tels propos en étant enceinte ébranle fortement. Plus j’avançais sur la route, plus une boule se formait dans mon estomac. Est-ce que j’écoute l’entrevue jusqu’à la fin ou je ferme la radio? Non, je n’irai pas voir ce documentaire, ce serait trop difficile actuellement pour mon cœur fragile. Une chose est certaine, jamais je ne pourrai regretter d’avoir mis mes enfants au monde! Cependant, l’avenir que la société a à leur offrir me laisse en effet soucieuse et perplexe.

La question ne s’est jamais posée avant, mais avant de concevoir ce troisième enfant, j’ai posé la fameuse question à mon chum : Est-ce vraiment la bonne chose à faire de mettre un enfant au monde dans le contexte actuel? Il m’a répondu du tac au tac: « Oui, sinon c’est abdiquer. Nous transmettons nos valeurs à nos enfants, il faut croire en eux et leur faire confiance. »

J’ai aimé sa réponse. Elle venait confirmer ce que je pensais. Je suis peut-être naïve, mais j’ai besoin de demeurer positive face à ce grand défi et lancer la serviette n’est pas une option.

Toujours dans mon auto, j’écoute Josée Boileau se payer la tête de cette même réflexion. Les parents qui croient que les valeurs transmises à leurs enfants auront un réel impact sur le futur. Ouch!

Si je me fie à mon expérience personnelle, j’ai beaucoup appris de mes parents et bien souvent, la pomme ne tombe pas loin de l’arbre. Ma mère avait, même il y a 40 ans, une conscience écologique en avance sur son temps. J’ai été élevée au lavage des ziplocs, à  l’économie d’eau potable, au végétarisme et à la réutilisation des différents biens. Bref, sans le savoir à l’époque, elle adhérait en grande partie aux grands commandements de Béa Johnson sur le zéro-déchet : Refuser, Réduire, Réutiliser et Recycler. Il ne manquait que le compost.

Comment faire une différence?

Saviez-vous que le Canada fait piètre figure à l’échelle mondiale? Selon le classement de Global Footprint Network, le Canada se classe au cinquième rang des pays pour l’importance de son empreinte carbone, tout juste derrière les États-Unis. C’est loin d’être glorieux! De plus, nous sommes beaucoup moins nombreux au pied carré que d’autres pays qui pourtant sont de moins grands pollueurs. Il y a matière à réflexion sur nos habitudes de vie.

On peut blâmer la classe politique pour son manque de courage, oui, mais on peut aussi regarder nos propres comportements. Acheter, c’est voter! Nous avons tous notre part de responsabilités.

De notre côté, afin de ne pas se décourager, nous essayons en famille de prendre un défi à la fois. Nous tentons de réduire le plus possible notre consommation et surtout de limiter au minimum l’achat d’articles neufs. Nous expliquons du mieux possible aux enfants l’impact de nos gestes sur la planète afin qu’ils puissent à leur tour faire des choix éclairés. Ça va du choix entre le pot de mayonnaise en vitre ou celui en plastique à l’épicerie jusqu’à la provenance d’un tel ou autre produit.

Notre impact réel sur l’environnement avec ces petits gestes est minime me direz-vous et vous avez bien raison. Mais est-ce une raison pour abandonner? Et si un comportement enviro-responsable devenait la ligne de pensée de la majorité? Peu importe les retombées, grandes ou petites, faire attention à la planète en limitant notre consommation me semble un principe de base à inculquer à mes enfants.

J’aime mes enfants plus que tout au monde et au grand jamais je ne voudrais les mettre en danger. J’ai cependant le désir de leur faire confiance et de croire en leur plein potentiel.

Et si le monde dans lequel nous vivons actuellement avait besoin d’un grand choc pour se réveiller et enfin nous amener à sortir de notre nombrilisme collectif?

Fanny Poisson Audrey photo de signature