Charline Ibarra·Folie intime·Tous les articles

Ma liste de Noël… en 1985

La frénésie des Fêtes et des soldes, et les chansons de Noël qui tournent en boucle à la radio me ramènent à mes souvenirs…

Étant éducatrice en petite enfance, je côtoie régulièrement d’incroyables petits êtres qui partagent leurs moindres désirs et attentes face au gros monsieur en habit rouge.

En les écoutant parler, je ne peux m’empêcher de comparer leurs listes de jouets avec celle que j’avais lorsque j’étais à peine plus âgée qu’eux.

1985.

Wham! et Madonna siégeaient allègrement au palmarès des radios de l’époque.

Côté cinéma, nous faisions connaissance avec Marty McFly et sa DeLorean, dans Retour vers le futur. Un classique de ma jeunesse qui m’a fait rêver.

Dans la même année, au Québec, le film Opération beurre de pinottes me donna des cauchemars en raison de mes propres cheveux longs!

Et moi, du haut de mes 6 ans, je feuilletais mon catalogue « Distribution aux Consommateurs » et je découpais des articles pour les coller dans ma lettre au père Noël, cette année-là.

Une poupée bout’choux 

Photo provenant : ComicVine

Ces bébés joufflus aux caractéristiques diverses étaient destinés à terminer en première position sur ma liste. Ma passion pour les poupons et mon besoin de prendre soin d’autrui remonte à très loin.

Je ne peux sincèrement pas penser à ma jeunesse sans penser aux heures que j’ai passé à jouer avec mes trois bout’choux : Samuel, Annabelle (mes jumeaux aux cheveux soyeux et blonds) et Deborah (ma rouquine aux cheveux de laine).

D’ailleurs, 30 ans après, ces fameuses poupées ont encore leur place dans le cœur des enfants et comme je les ai gardées, j’ai pu les offrir à ma fille!

Un pitou piteux

Photo provenant : incolor.club

Je les ai adorés. Partout, je les traînais avec moi. J’avais la maman et deux petits chiots. Je les attachais même dans la voiture quand nous partions.

Malheureusement, mon père les a gardés en souvenir dans son auto et nous avons dû les jeter, car ils avaient perdu leurs couleurs. Je n’ai donc pas pu les donner à mon fils.

Un toutou Popples

Photo provenant : Kotaku

La version peluche des Transformers! Les Popples étaient des genres de nounours qui pouvaient se rouler en boule en rabattant leur dos sur eux-mêmes. Il y avait même une série télévisée, à mon grand bonheur!

Mon Popple mauve et rose était celui qui avait la chance de dormir avec moi. Nuit après nuit, je le serrais dans mes bras pour m’endormir. Et le matin venu, je le roulais en boule et le plaçais sur mon lit en me disant que personne ne saurait que ce ballon poilu était en fait mon meilleur ami et compagnon de nuit. Hahahaha

Somme toute, j’ai été bien choyée dans ma jeunesse. Petite princesse à Papa, j’ai reçu les cadeaux que je demandais en retour de ma sagesse exemplaire. (!)

Aujourd’hui parent à mon tour, je comprends que j’ai reçu bien plus… des souvenirs, de l’amour et la joie d’offrir.

C’est ce que la magie de Noël a de beau.

L’innocence et le rêve qui habitent les yeux des enfants durant cette période festive sont une source d’inspiration.

Je ne me lasserais jamais de voir mes enfants ouvrir des cadeaux et être reconnaissants et exaltés, autant devant un jouet, un livre ou un vêtement.

Joyeux Noël à vous tous!

marieve duchaine reviseure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *