Que préfères-tu de la rentrée?

L'équipe s'exprime sur la rentrée scolaire

Eh oui, déjà le mois de septembre qui est entamé et maintenant que la rentrée est belle et bien arrivée, nous avons eu envie de vous en apprendre un peu plus sur nos sentiments face à cette période de l’année remplie d’effervescence. Une partie de l’équipe a décidé de se joindre à nous pour vous faire part de ses commentaires concernant la rentrée.

La rentrée scolaire, quel beau souvenir que j’en garde. Lorsque j’étais au primaire et au secondaire, je comptais les jours avant mon retour en classe. J’étais hyper énervée lorsqu’il était le temps d’aller faire les magasins pour l’achat de mes livres ainsi que de mes articles scolaires. De plus, j’étais de la génération où le port de l’uniforme n’était pas encore obligatoire. J’avais un plaisir fou à faire plein de boutiques pour trouver des vêtements hors du commun. J’adorais le sentiment de la rentrée scolaire et de l’automne. Encore aujourd’hui, je me fais un plaisir de regarder les circulaires et voir les articles scolaires en vente. J’ai bien l’impression que ce sentiment que je ressentais dans ma jeunesse va revenir assez vite lorsque je vais avoir des enfants. Malgré que certaines années furent plus difficiles que d’autres, la rentrée scolaire et le processus de la nouvelle année me gardaient motivée pour continuer à travailler fort à l’école. –Jenny, auteure

Ce que j’aime le plus de la rentrée, c’est la nouveauté de l’école. On a de nouveaux amis, des nouveaux livres qui sentent vraiment bon, on a de nouveaux professeurs, des nouveaux locaux. C’est comme un nouveau départ et j’aime beaucoup. On sent l’excitation des gens en entrant dans l’école et on apprend ce que les autres ont fait de leur été. Pour ma part, c’est aussi un retour à la routine, c’est la première fois que je pars sans ma fille aussi longtemps, donc c’est aussi une adaptation! Finalement, il me reste un an avant la fin de mes études alors je suis nerveuse aussi de cette rentrée, elle me rapproche de la fin, je suis donc vraiment motivée à profiter de ses derniers instants. – Marie, auteure

Ce que j’aime dans la rentrée, c’est le sentiment d’une nouvelle année. L’achat des matériaux scolaires. Repartir avec une gamme de nouvelles choses. De faire un bilan de mes futurs projets et objectifs que je veux réaliser et de trouver des nouveaux moyens pour y parvenir. J’adore la rentrée! Je redeviens comme une enfant qui est contente d’utiliser de nouvelles choses. – Cindy, auteure

Je me fais l’avocat du diable de la rentrée. Je déteste ça! Je n’aimais pas l’école lorsque j’étais jeune, j’étais celle qui détestait voir arriver les circulaires portant la mention BACK TO SCHOOL partout. Et ça n’a pas changé depuis que je suis maman. J’ai la chance de passer plusieurs semaines en vacances avec mon fils à chaque été. J’ai pleuré ma vie le jour où mon fils est entré à l’école et chaque fin d’été, je déprime toujours un peu de devoir reprendre la routine des matins pressés, des lunchs à faire, des devoirs et des examens à préparer et de voir que le rythme est beaucoup plus effréné. Je ne ressens aucun plaisir à identifier son matériel scolaire et mettre au calendrier toutes les dates et rendez-vous importants. Je ne fais que rêver aux prochaines vacances pendant les 10 mois qui commencent. Mais je sais aussi que je serai sûrement nostalgique de ces moments quand mon garçon aura quitté la maison. –Jennifer, cofondatrice de Folie Urbaine.

Et toi, qu’est-ce que tu aimes de la rentrée?

 

Photo de signature pour Jennifer Martin.   

Raconte-moi ton plus beau voyage

L'équipe raconte son plus beau voyage

affiliation focus les guides ulysse

Alors que depuis 2 ans nos textes d’équipe regroupent les commentaires des fondatrices seulement, nous avons décidé d’intégrer nos auteures permanentes à ceux-ci. Toujours dans le but de vous faire découvrir qui nous sommes et vous en apprendre plus sur notre quotidien. Ce mois-ci, quelques membres de l’équipe vous racontent leur plus beau voyage.

En 2010, je suis partie en croisière avec mes parents et mon grand-père pendant 10 jours. C’était magique! Tout d’abord, nous sommes partis en autobus jusqu’à New York pour ensuite visiter plusieurs lieux importants de la Pomme. Mon endroit préféré? La boutique M&M! De quoi retomber en enfance, puisqu’on servait plusieurs sortes et couleurs différentes et, d’ailleurs, la facture a été salée. Le lendemain matin, nous sommes embarqués sur la croisière Carnival Miracle, le bateau était magnifique, on se sentait comme des gens riches et célèbres. Après deux jours en mer à se faire bronzer et relaxer nous avons fait trois escales : Porto Rico, St-Thomas et les îles Turks. Les paysages à couper le souffle et la température chaude du sud ; j’ai vraiment adoré. J’avais l’impression de faire cinq voyages en un. J’ai vraiment appris plein de choses en visitant les boutiques de St-Martin et j’ai vraiment apprécié la beauté des îles Turks. – Mélanie, auteure permanente

L'équipe raconte son plus beau voyage

En janvier 2011, j’ai eu la chance d’aller pendant presque deux semaines à Las Vegas et en Californie. Tous les voyages que j’ai faits sont beaux et incroyables, mais celui-ci fut très spécial et extraordinaire pour moi. Las Vegas : j’allais vers cette destination avec beaucoup d’appréhension, mais je suis tombée sous le charme de cette ville qui ne dort jamais. Les hôtels sur la rue principale, qui est connue sous le nom de ‘’ La Strip de Las Vegas’’, sont hallucinants. Chaque hôtel mérite d’être visité pour son thème et pour ses spectacles extérieurs.  Californie : depuis ma jeunesse, je rêve d’aller à Hollywood voir le ‘Walk of Fame’’, les lettres sur la montagne et le Grauman’s Chinese Theatre. La jeune fille en moi était sans mot.  Je n’arrivais pas à croire que le montage vidéo que je vois à la télé est 100 % meilleur en vrai. Avoir eu la chance que prendre des photos avec les étoiles de mes vedettes préférées a rendu cette partie du voyage merveilleuse. Malgré une petite déception, ce voyage restera le plus beau que j’ai fait. J’ai accompli un de mes rêves de jeunesse. –Jenny, auteure permanente

L'équipe raconte son plus beau voyage

Comme le chante aussi bien Charles Aznavour; « Hier encore, j’avais 20 ans… » J’avais 20 ans et je partais pour un voyage d’une vie. Un rêve de jeunesse. Partir faire le tour de l’Europe, en sac-à-dos, seule avec ma bonne amie. Cela s’est déroulé pendant l’été 2000.

C’était une célébration de notre fin de cégep, que nous avions organisée depuis 3 ans. Un hymne à la liberté et à la découverte d’autres cieux, d’autres gens. Minutieusement planifié, nous avions réussi à mettre sur notre itinéraire 11 villes européennes qui nous appelaient. Parmi celles-ci, Venise la ville de l’amour, d’où émanait le romantisme à chaque tournant de rue. Des couloirs étroits, des labyrinthes de pas et, évidemment, des ,ainsi que des gondoles en guise de voitures. Je me souviens des masques vénitiens qui brillaient de couleurs vives. Et aussi de cette paix qui m’avait envahie quand nous nous sommes rendues au bout de l’île, au bout de ce petit monde et que, devant nous, s’étalait la mer à l’infini. Puis, il y a eu ma ville coup de foudre! Son architecture féérique, ses palais grandioses, ses églises gothiques… je suis totalement tombée sous le charme de Vienne. Je m’y sentais si bien. C’était comme fouler des rêves de jeune fille, des airs de déjà vu d’une vieille âme de princesse. Je me voyais tournoyer en robe diamantée, gantée jusqu’au coude et voir mon reflet sur les planchers miroitant des salles de bal. Chaque ville que nous avons eu la chance de visiter a laissé en moi, une parcelle de bonheur. J’y repense souvent à ce voyage, à ces jours d’insouciance, voire de développement intérieur qui m’ont permis de percevoir le monde au travers des yeux d’autrui. Je crois que ce type de plaisir devrait être vécu au moins une fois dans une vie. Et répété aussi souvent que nécessaire. – Charline, auteure permanente

L'équipe raconte son plus beau voyage

J’ai eu la chance, en 2015, de vivre le voyage dont toutes les petites filles rêvent tant. Sauf que moi je l’ai vécu à l’âge de 28 ans. WALT DISNEY! Je suis tellement heureuse de l’avoir vécu à cet âge, car j’en garderai pour toujours de merveilleux souvenirs. Partir avec ma famille en voiture pour se rendre jusqu’à Orlando. Oui, la route a été longue mais pour tout le bonheur que ce voyage m’a apporté, ça en a valu la peine. Nous avons débuté notre séjour avec le parc « Magic Kingdom ». À notre arrivée le matin, il a fallu attendre l’ouverture des portes. Pendant l’attente, ils nous ont offert tout un spectacle d’accueil. Je me sentais déjà si fébrile. J’étais tout simplement émerveillée par ce que je voyais et vivais en même temps. Au moment où ils ont terminé le décompte et que les portes se sont enfin ouvertes, une vue magnifique sur le château apparaissait. Je n’ai pu m’empêcher de pleurer comme une enfant. Mon père m’a prise dans ses bras et je l’ai remercié de m’avoir offert ce cadeau! C’est grâce à lui que j’étais là et je lui en étais reconnaissante. J’avais beau avoir 28 ans, j’étais énervée de pouvoir poser avec mes princesses de Disney favorites et de pouvoir faire les manèges animés. Au jour 2, nous avons été à “ Epcot “ qui a été aussi impressionnant, mais comme je suis une grande fan de princesses, j’ai préféré le 1er parc. Au jour 3, nous avons fait le parc « Animal Kingdom » où nous avons eu droit à un beau petit tour de safari en bus à travers les animaux sauvages. Très divertissant, j’ai bien aimé. Puis jour 4, on a fait « Hollywood Studios » où on a pu faire plusieurs gros manèges, dont celui d’Aerosmith et la « Tower of Terror ». Un très beau parc d’attractions. Ce que j’ai remarqué, dans tous les parcs de Disney, c’est la propreté des lieux et l’accent mis sur les moindres détails pour rendre les parcs aussi créatifs les uns que les autres. Tout le travail et l’imagination qu’ils mettent dans leurs nombreux spectacles. Tous aussi incroyables, c’est éblouissant! Tout a été réfléchi pour rendre l’endroit magique. Et ça fonctionne, car j’ai encore l’impression d’avoir vécu un rêve! – Catherine AL, auteure permanente

L'équipe raconte son plus beau voyage

Mon plus beau voyage est celui qui j’ai fait au Mexique quand j’avais 25 ans. Ce fût un voyage important dans ma vie, première séparation et beaucoup de remises en question. C’est un lieu que je n’oublierai jamais. J’ai fait plusieurs destinations « tout inclus » dans le Sud, mais le Mexique c’était différent, unique. Les paysages, la culture, l’histoire et les plages, c’était magnifique! J’ai passé une semaine de rêve et j’ai pris beaucoup de temps pour moi. Le Mexique restera un de mes voyages les plus significatifs. Bien sûr, maintenant je voudrais faire des voyages plus gros, explorer autre chose que des resorts. À suivre. – Karine, co-fondatrice

L'équipe raconte son plus beau voyage

J’ai fait quelques voyages dans ma vie, mais beaucoup se sont passés aux États-Unis. Je suis complètement impatiente d’aller plus loin! Je ne saurais pas choisir un seul voyage préféré, car j’ai de bons souvenirs éparpillés partout. Par contre, dans mes plus récents, je dirais que j’ai adoré ma première fois à New York : en amoureux, dans un hôtel directement au centre de Time Square, relaxer, se promener, découvrir, capter des souvenirs autant avec ma mémoire qu’avec mon appareil. Prochainement, je m’en vais en Californie pour la première fois et je suis très fébrile! San Francisco m’a toujours attirée et j’entends que du bon de cette belle grande ville! – Ariane, co-fondatrice

L'équipe raconte son plus beau voyage

Mon premier voyage à Cuba avec mon conjoint et mon fils est certainement mon plus marquant, mais je ne saurais dire qu’elle est mon plus beau voyage puisque j’ai adoré chaque destination pour différentes raisons. Ma ville coup de coeur est certainement New York, que j’ai visité à deux reprises, notamment en décembre pour y faire mon shopping du temps des Fêtes. C’était tout simplement féérique. – Jennifer, co-fondatrice

L'équipe raconte son plus beau voyage

 

Et toi, quel a été ton plus beau voyage?

ariane reviseure

Raconte-moi ta première fois

Les fondatrices parlent de leur première fois.

On garde tous le souvenir de sa première fois, que ce soit un événement heureux ou non. Alors que nous avons toujours mentionné que Folie Urbaine était un blogue qui parle de tout, et ce, sans tabou, nous avons eu envie de partager nos expériences personnelles avec franchise.

Ma première fois, je m’en souviens comme si c’était hier. Je parle de ma vraie première fois, celle que j’ai choisie. J’avais 19 ans, presque 20. Je n’avais pas pensé au sexe avant ça, mais autour de moi, c’était le sujet principal de tout le monde. J’ai donc demandé à mon meilleur ami de l’époque s’il voulait être mon premier. Je suis allée le rejoindre chez lui, on a écouté un film puis on est allés dans sa chambre. Je me souviens encore qu’il n’avait pas de lit, juste un matelas par terre. C’était bien, malgré les peurs et les angoisses de mon passé qui n’arrêtaient pas de faire surface, on a vécu un beau moment ensemble. On a discuté une partie de la nuit en mangeant de la pizza, c’était juste parfait ! Je suis contente d’avoir pris la décision d’attendre. Pas nécessairement d’attendre LA bonne personne et d’être en amour, mais bien d’avoir attendu de trouver LA bonne personne avec qui je me sentais en sécurité, à l’aise, et une personne en qui j’avais 100 % confiance. On s’est revus quelques fois, mais après, on est redevenu de simples amis. La première fois que j’ai fait l’amour, avec beaucoup d’amour pour une personne, j’avais 22 ans et c’était magique. J’aime croire que les premières fois le sont toujours selon les sentiments qu’on a pour la personne avec qui on partage ce moment.

-Karine

Les fondatrices parlent de leur première fois.

Je garde un souvenir mitigé de la première fois où j’ai fait l’amour. J’avais 15 ans, je n’étais plus en couple avec le garçon en question et je l’ai fait dans le but de reprendre notre relation. Quelle naïveté de croire que le sexe allait nous rapprocher! J’ai même fait une vingtaine de kilomètres à vélo pour aller le retrouver…Franchement, je me tape encore sur la tête d’avoir pensé qu’un garçon qui obtient ce qu’il veut peut avoir envie de donner de l’amour en retour à une pauvre fille qui ne demande que ça. Mais bon, à quoi bon ressasser le passé et vivre dans les regrets? Heureusement, ça s’est plutôt bien déroulé, je n’ai pas ressenti de douleur et nous nous étions protégés comme il le faut. Je me souviens encore de la chanson qui jouait à ce moment-là, la pièce Crying du groupe Aerosmith. Depuis, chaque fois que je l’entends, je me remémore cette époque de ma vie. J’ai quand même eu le cœur brisé quand j’ai réalisé que nous ne reviendrions pas ensemble, c’est comme si je vivais la rupture une seconde fois. De plus, le lendemain, la plupart de ses amis étaient au courant et je me suis retrouvée avec une réputation de fille facile. Rien pour aider la situation. Par contre, lorsque j’ai fait l’amour avec un garçon qui m’aimait en retour, ça a été beaucoup plus magique. Je préfère d’ailleurs me remémorer cette soirée comme ma VRAIE première fois.

-Jennifer

Les fondatrices parlent de leur première fois.

Dans le temps, beaucoup de pression était mise sur notre première fois. Personnellement, ça ne me stressait pas vraiment, sauf pour le fait que mes parents n’étaient pas au courant! J’étais avec mon copain depuis longtemps et ça allait de soi. Nous sommes restés un bon bout ensemble, mais notre histoire s’est terminée. Par contre, malgré notre jeune âge, nous sommes même encore amis à ce jour! Mais, il est rendu comme un frère pour moi et j’ai oublié cette partie de ma vie, parce que c’est mieux ainsi! Des fois, on ne fait pas nécessairement des mauvais choix pour vouloir passer à autre chose, mais la direction que prend la vie en décide ainsi!

-Ariane

Les fondatrices parlent de leur première fois.

Et toi, que gardes-tu comme souvenir de ta première fois?

Photo de signature pour Jennifer Martin.   Photo de signature pour Ariane Martineau.  Photo de signature pour Karine Caron-Benoit.

 

 

Raconte-moi ton bal de finissants

Les fondatrices racontent leur bal de finissants

En ce mois de juin, nous avons eu envie de parler de la saison des bals de finissants qui arrivent bientôt en vous parlant de nos expériences personnelles. Nous avons toutes obtenu notre diplôme il y a quelques années déjà, mais c’est amusant de se replonger dans nos souvenirs pour vous raconter chacune notre petite histoire.

Pssst…On s’excuse d’avance pour la qualité de photos…on a dû chercher loin pour retrouver des souvenirs de cette époque 🙂

Je n’avais pas super envie d’aller à mon bal, je n’étais pas très populaire et je n’avais pas tant d’amis, disons juste que je n’étais proche de personne. Mon meilleur ami de l’époque avait changé d’école pour son secondaire, nous avons donc décidé d’aller chacun à nos bals. En plus, en venant au mien, il a pu profiter de sa soirée avec toutes les personnes avec qui on a fait notre secondaire. Mes parents ont été super, ils m’ont permis de profiter amplement de mon bal en m’offrant une robe, des chaussures, la coiffeuse, le maquillage, etc. L’expérience totale. Je ne voulais pas d’une robe de princesse, j’aimais bien le style ballerine alors c’est ce que j’ai choisi, mais ce fût difficile à trouver. Pour mes cheveux, j’ai dû refaire ma teinture puisque je les avais teints en noir et rouge. C’est avec ma couleur naturelle et plusieurs mèches que j’ai eu mon premier vrai look d’adulte et j’ai vraiment adoré. Le jour de mon bal, tout s’est bien passé pour la préparation sauf le maquillage : désastreux. La maquilleuse était assez âgée et je crois que cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas renouvelé ses techniques et ses tendances. Bref. Du brun et du bleu… j’ai pleuré. Ma mère m’a amené à la pharmacie et m’a acheté quelques produits de maquillage et j’ai pu corriger le tout et finir par un look complet.

Durant la soirée, on a eu du plaisir, on a pris plein de photos. J’ai tenté de me mêler à mes futurs anciens amis d’école. Je n’ai gagné aucun prix, je n’étais dans aucune nomination pour les « personnalités ». J’avoue que j’avais un peu hâte à la fin de cette soirée, j’en garde un souvenir vague. Ce que j’aurais à dire aux jeunes qui ont eu un peu de mal à traverser la vie au secondaire et qui se préparent pour leur bal, c’est simplement de penser à soi, s’habiller comme ils le veulent, pour eux, ne pas se forcer et se dire que la vraie vie commence après !

– Karine

Les fondatrices racontent leur bal de finissants

Je ne garde malheureusement pas un très bon souvenir de mon bal de finissants. Le garçon que je fréquentais à l’époque m’a laissé le jour de ma fête (le salaud) qui avait lieu un mois avant mon bal. J’ai donc demandé à un gars que je connaissais à peine de m’accompagner parce que je ne voulais pas y aller toute seule et lui voulait simplement tenter sa chance auprès d’une de mes amies en acceptant l’invitation. J’ai acheté une robe dont le dégradé de couleur me rappelait l’océan, mais qui n’avantageait pas nécessairement ma silhouette. J’avais l’air de ce que j’avais l’air tout au long de mon secondaire : une fille ni belle ni laide qui n’attire pas les regards. Le bal était correct sans plus, je n’étais évidemment pas dans le clan des populaires donc c’était facile de passer inaperçue. J’ai surtout souvenir d’avoir raté mon après-bal. Celui-ci avait lieu dans un camping à Rawdon où tout le monde buvait de l’alcool à profusion. J’ai commencé à ressentir des crampes prémenstruelles dès le début de la soirée et j’ai demandé les clés de voiture de mon amie pour aller m’allonger quelques minutes le temps que ça passe. Je suis tombée endormie et me suis réveillée seulement le lendemain ! Quand je suis retourné au site où avait lieu le bal, le party était fini, tout le monde avait l’air saoul mort couché sur le sol et j’avais manqué tout ce qui devait être considéré comme le meilleur moment du bal. Bref, je crois que c’est vraiment un événement surestimé, qui coûte cher pour rien et qui ne laisse pas toujours de bons souvenirs. Heureusement, je garde un merveilleux souvenir du bal de finissants du cégep de mon chum de l’époque (sur cette photo). Nous avions passé la fin de semaine à l’hôtel Chantecler, j’avais emprunté la robe d’une amie qui m’allait comme un gant et nous étions amoureux fous.

-Jennifer

Les fondatrices racontent leur bal de finissants

 

Ah le bal du secondaire ! En fait, j’ai assisté à deux soirées dans deux écoles différentes ; j’ai accompagné mon copain du temps à son bal ! Je portais une longue robe noire super simple, décolletée en V avec bretelles fines. J’avais opté pour un poncho rose léger chic pour donner du punch à mon look ! Encore à ce jour, je trouve que ce outfit était plutôt joli. Je n’ai jamais été très grosse robe de bal, avec bling-bling. Même à mon propre bal, j’avais un haut sans bretelles bleues en soie, avec une jupe blanche en soie et tulle lilas ! J’avais comme idée d’avoir une tenue originale et complètement unique, j’étais donc allée faire une tournée à Montréal (je vivais à Québec) et de beaux tissus avaient attiré mon attention. Par la suite, ma gentille maman avait cousu mon outfit ! Pour ajouter encore plus à mon look, j’ai demandé à une amie maquilleuse professionnelle de me créer un maquillage extravagant avec des lignes et une touche de brillant. J’ai aussi opté pour une coupe de 12 pouces de ma longue chevelure, pour une coiffure très courte. Pour ce qui est de la soirée comme telle, ce fut « correct ». J’ai aimé mon deuxième après-bal. Mais si tout était à recommencer, j’aurais sûrement d’autres idées en tête !

-Ariane

Les fondatrices racontent leur bal de finissants

Et toi, quel souvenir gardes-tu de ton bal de finissants ?

 

 

 

Raconte-moi ton historique capillaire…

On vous parle de notre historique capillaire

Qui dit printemps, dit renouveau. Et souvent, ça implique un changement au niveau capillaire. Les fondatrices de Folie Urbaine ne font pas exception puisque nous sommes tous passées chez le.la coiffeur.euse depuis le début du printemps. Nous en avons donc profité pour te parler de notre relation avec nos cheveux.

Mon historique est assez long. J’ai commencé à teindre mes cheveux au secondaire et j’ai essayé plusieurs choses. La pire chose que j’ai faite, c’est d’avoir le haut des cheveux rouge sang et le bas de mes cheveux noirs. Ce fut l’enfer pour revenir à une couleur normale, d’ailleurs ma mère a payé très cher pour que ma coiffeuse me fasse un démaquillant et une belle coloration avant ma photo de finissante ! Deuxième gaffe. Raser ma rosette… oui, oui, je rasais ma rosette située au milieu de mon front. Pourquoi ? Sérieusement, je n’en ai aucune idée. Depuis le secondaire, j’ai essayé plusieurs couleurs, mais j’ai été rousse durant 7 ans. Mais depuis près de deux ans, je laisse aller ma folie et je mets de la couleur dans ma vie ! Sinon, pour ce qui est des coupes de cheveux, je suis passée du court au très long, mais je n’ai jamais osé la coupe à la garçonne, le plus court a toujours été aux épaules. J’essaie de m’amuser et de laisser libre cours à ma créativité. C’est sûr qu’avec mon excellent coiffeur, j’ai toujours de très bons résultats. Mon mantra pour mes cheveux ? Oser et avoir du plaisir, pis au pire… des cheveux, ça repousse !

– Karine

On vous parle de notre historique capillaire

Pendant vraiment longtemps, j’ai gardé ma couleur naturelle, sans teinture. Maintenant, peu de personnes savent que sous les millions de teintures se cache une tête châtain pâle ! J’ai eu les cheveux courts pendant vraiment longtemps, mais maintenant, je les garde plus longs. La première fois que je me suis fait teindre les cheveux, c’était lorsque j’avais 16-17 ans, car mon amie étudiait en coiffure et elle avait besoin d’une tête prête à tout. Graduellement, je me suis foncé les cheveux, du brun jusqu’au noir. Par la suite, je suis allée dans les teintes de mauves foncés (qui ne font que des reflets mauves). Il y a deux ans, je me suis fait faire les pointes vertes et j’ai beaucoup aimé. Avec le temps, je me suis reteint les cheveux d’un brun neutre et je n’ai plus rien fait, mais toujours en gardant un intérêt pour les couleurs vives. La plupart du temps, je fais simplement des teintures de pharmacies sur un coup de tête puisque les salons de coiffure sont plutôt dispendieux. Mais dernièrement, j’ai eu envie de me refaire une couleur plus éclatante, et toute la tête pour une fois ! Je n’aurais jamais eu le guts de faire ça homemade alors je suis allée chez une coiffeuse pour me faire teindre les cheveux en bleu ! J’aime pouvoir jouer avec mes cheveux et changer les couleurs et les coupes selon mon humeur sachant que si jamais il y a de quoi… eh ben, ça repousse !

– Dominique

On vous parle de notre historique capillaire

J’ai toujours eu une relation haineuse avec mes cheveux. Ils sont minces, clairsemés à certains endroits et secs. Petite, j’étais hypersensible du cuir chevelu. J’avais les cheveux très longs, mais je pleurais toujours quand ma mère me les brossait le matin. Un jour, elle me les a fait couper court parce qu’elle a eu pitié de mes larmes matinales. Ensuite, j’ai été plutôt sage côté couleur jusqu’à la fin du secondaire étant satisfaite de ma couleur châtain pâle naturelle. C’est au début du cégep que j’ai eu mon premier bleach et que j’ai tenté de devenir blonde. J’ai donc eu le look Barbie qui matchait avec la période où, pendant près de 3 ans, je sortais beaucoup dans les bars. Ensuite, j’ai eu une bulle et les cheveux rouges pendant quelque temps, mais cette couleur étant plutôt difficile à entretenir pour mon pauvre budget d’étudiante, je me suis tannée et j’ai mis une teinture de pharmacie brun très foncé pour enlever le tout. J’ai tranquillement effectué ma transition vers le noir puisque je recevais beaucoup de compliments sur le fait que les cheveux foncés mettaient en valeur mes yeux et mon teint. Je porte donc les cheveux de cette couleur depuis près de 15 ans et je n’ai pas l’intention de changer, surtout que mon cheveu ne résisterait pas à un bleach afin de devenir plus pâle. Côté coupe, si j’ai longtemps adopté les cheveux longs et les rallonges, j’ai fait la connaissance d’un nouveau coiffeur qui m’a fait une coupe tendance que j’aime beaucoup. Je risque de continuer à lui rendre visite et à adopter cette coupe pendant quelque temps.

– Jennifer

On vous parle de notre historique capillaire

Crédit photo : Andréanne Gauthier

Mes cheveux. Toute une histoire ! Depuis toute petite, j’ai toujours voulu de la couleur, mais ma maman me disait « ça abîme les cheveux, attends ». Vers la fin de mon secondaire, j’ai osé 1000 couleurs pour compenser ! Mon petit copain de cette époque me les bleachait et les mettait de la couleur désirée ! Mais il fallait faire ça dehors, l’été, avec l’arrosoir. Non, ce n’est pas agréable ! Par la suite, j’ai pris une longue pause de couleurs. J’y ai repris goût il y a quelques années, mais j’ai opté pour la coiffeuse. J’ai dû avoir toutes les couleurs : rose, mauve, roux, blond, noir, bleu, orange, et je porte présentement le vert ! Je sais que mes choix ne font pas l’unanimité, mais je le fais pour moi. Mon coiffeur, Simon de chez Le Villeray artistes coiffeurs, m’a refait la tête à presque zéro en coupant mes longs cheveux et il utilise des produits amazing qui sont doux pour ma tête. On peut remarquer la différence juste en constatant que ma couleur reste belle des mois durant ! Bref, ça va prendre un bon moment avant que vous me revoyiez avec ma couleur naturelle (pas que je ne l’aime pas, mais hey, j’aime le changement) !

– Ariane

On vous parle de notre historique capillaire

Et toi, quel est ton historique capillaire?

      

Nos boutiques préférées

Article Equipe, nos boutiques pref

On aime vous partager nos coups de coeur et ce qui nous fait vibrer et ce, depuis le tout début. Cet article ne fait pas exception alors qu’on vous présente nos boutiques favorites.

Question difficile! Je suis plus du genre à aller partout, fouiller, pour trouver ce que je cherche. Je trouve des perles rares dans des endroits inattendus. Par contre, pour la décoration, j’ai vraiment un gros coup de cœur pour la boutique méconnue, Vincent & Moore , qui se trouve à Place Longueuil! TOUT est beau, sans exception. Il y a toujours des nouveautés et des thématiques différentes. J’a-do-re. Sinon, du côté des vêtements, les boutiques 1861 et Petite Garçonne ont une grande sélection de robes et outfits dans mon genre. Pour les trucs geeks, les boutiques EB Games et EB X, ainsi que Le Valet d’Coeur sont dans mes préférés. Je pourrais continuer à nommer des boutiques que j’aime, mais je vais garder ça pour un prochain article!

– Ariane

On vous parle de nos boutiques préférées.

Je magasine rarement, car mon intérêt y est moins (et le budget). C’est toujours une activité que je déteste, essayer plusieurs morceaux, mettre et enlever du linge à de multiples reprises. Alors je n’ai pas vraiment de boutique favorite de vêtements ou autres. J’ai vraiment de la difficulté à trouver un magasin auquel je suis fidèle et je ne me rappelle pas la dernière fois où j’ai mis les pieds dans un magasin. Sinon, je dirais que ma boutique de prédilection, c’est DeSerres , car chaque fois que je rentre là, j’aurais envie de tout acheter. Chaque fois que j’y entre, j’ai toujours de nouveaux projets en tête !

– Dominique

Avant, j’aurais nommé principalement des boutiques de vêtements. Depuis le changement que mon corps a subi, je vais dans une moins grande variété de magasins. Mes favoris dans lesquels je me sens confortable, c’est Old Navy et Aubainerie. J’aime aussi beaucoup H&M où je trouve quelques morceaux. J’aime aussi beaucoup magasiner chez HomeSense , chaque fois que j’y entre, j’y trouve quelque chose. Que ce soit des accessoires pour la maison, de la papeterie, etc. J’avoue aussi magasiner beaucoup en ligne, surtout dans les boutiques québécoises, je pourrais en faire une liste infinie. Que ce soit pour des t-shirts, chandelles, accessoires, bijoux, je crois qu’en moyenne je me commande un élément par mois.

– Karine

Boutique preferee article equipe

Ah, les magasins et moi… je dis souvent que je ferai une bonne retraitée qui passe ses journées dans les centres d’achat tellement j’aime magasiner. Côté vêtements, j’adore tout ce qu’on retrouve dans les Boutiques Pentagone, chez Ardene et chez H&M. Je trouve aussi souvent des trucs chez Sirens ou chez Dynamite. Mais mon magasin préféré est définitivement le Village des Valeurs où je trouve la plupart des vêtements qui constituent ma garde-robe. Pour une fraction du prix, je peux retrouver toutes mes marques préférées au même endroit. De plus, ils font souvent des ventes à 50 % de rabais  Je dois aussi mentionner les magasins Simons, où je craque complètement pour la section déco et pour les vêtements de tous les styles. Étant aussi fan de cosmétiques, je pourrais tout acheter chez Pharmaprix!

– Jennifer

Nos boutiques pref, photo Jen

Et vous, dans quelles boutiques avez vous envie de tout acheter?

         

 

On vous parle de tatouages

Equipe tatouage couverture

L’art du tatouage est propre à chacun. Que l’on soit pour ou contre ce moyen d’expression, force est d’admettre qu’il est très présent depuis quelques années. Les fondatrices de Folie Urbaine avaient envie d’en parler et de partager leur opinion avec vous chèr.es lecteurs.trices.

J’ai fait mon premier tatouage à 16 ans. Mon père m’a accompagnée, mais avant que je passe sous l’aiguille, il s’est fait tatouer pour savoir comment c’était. Bon, mon premier a l’air d’une petite crotte puisque mon père m’avait vraiment restreint sur la grosseur. Mais depuis mes 18 ans, je n’ai pas arrêté. J’ai plusieurs tatouages, 13 pour être exact. Des petits et des plus gros. Je suis d’ailleurs en train de faire ma première manche : yeah! Pourquoi est-ce que j’aime autant le tatouage ? C’est une manière pour moi de m’exprimer, c’est un art que j’aime beaucoup. Chacun de mes tatouages a une signification et j’aime me dire que ceux-ci m’accompagnent chaque jour. Oui, ça fait mal, oui c’est cher, mais c’est quelque chose qui me fait du bien et que je trouve beau. J’aime mon corps avec mes tatouages, ça me représente.

– Karine

karine equipe tatouage

Crédit photo Ariane Martineau

Je n’ai aucun tatouage pour la simple et bonne raison que je n’ai jamais trouvé quelque chose que j’aime assez pour l’avoir sur ma peau à jamais. J’ai beau vouer un amour inconditionnel pour mon fils et être convaincue d’avoir trouvé l’homme de ma vie, je dois avouer que je trouve ça un peu quétaine de me faire tatouer leur nom sur le corps. Peut-être qu’un petit symbole qui les représente ferait l’affaire, mais j’avoue ne pas vraiment en avoir trouvé un qui me plaît assez. De plus, l’idée d’avoir ma peau marquée à jamais par des aiguilles n’est pas quelque chose qui m’emballe. Je respecte totalement les gens qui décident de le faire, mais ça ne m’interpelle pas pour le moment et plus je vieillis moins je vois de raison de le faire. J’aime mon corps tel qu’il est.

– Jennifer

Malgré le fait que je n’ai pas encore sauté la barrière de 0 à 1 tattoo, j’adore cet art ! J’ai souvent eu des idées concrètes ou floues, mais je n’ai pas eu de coup de cœur jusqu’à présent. J’attends ce moment avec impatience ! Je ne pense pas que l’on a besoin d’avoir une signification très profonde pour se faire tatouer, mais plutôt un désir indétrônable. Peut-être que ma tolérance minime pour la douleur joue dans la balance, mais je ne saurai pas avant d’avoir essayé ! Pour mon premier saut, ce sera définitivement quelque chose comportant un ou des chats ! J’opterais pour un.e artiste local.e et je vais prendre le soin d’étudier leur portfolio à la loupe pour trouver ma perle rare ! J’affectionne particulièrement les styles classiques en noir et blanc, mais aussi les lignes géométriques ! Beaucoup de choix s’offrent donc à moi.

– Ariane

J’ai eu mon premier tatouage quand même jeune et depuis, ça n’a pas arrêté. Certains ont été faits spontanément et d’autres sont plus réfléchis. Je sais que je vais continuer de me faire tatouer au courant des années. Étant quelqu’un de créatif qui apprécie l’art, je trouve le procédé fascinant et j’aime avoir les œuvres des autres imprégnés sur mon corps. J’ai même appris à tatouer il y a quelques années. Malgré que je ne me sois pas lancée dans le métier par la suite, je suis contente de l’avoir essayé et d’avoir un peu plus compris ce que ça prenait de le faire et j’en garde un souvenir sur ma cheville.

– Dominique

 

 

 

photoshoot fall automne mode fashion look style     

Nos plus beaux looks de l’année

En un an avec Folie Urbaine, nous avons eu la chance de travailler avec plusieurs marques et plusieurs photographes afin de créer des looks inspirants pour les saisons. Ariane étant styliste de métier, nous aidait souvent à choisir des morceaux pour nous avantager, tout en gardant notre personnalité. Bien qu’au final, nous avons apprécié chacun des looks et des photos prises, certains nous ont plus marqué, que ce soit des styles qui nous ressemblaient vraiment ou qui nous sortaient un peu de notre zone de confort. Nous prenons un petit moment pour vous faire revisiter ces looks qui se sont distingués, selon nous, des autres et qui ont été nos coups de cœur.

Si quelqu’un rentre dans ma chambre, son regard se dirige souvent vers mes 2 grands racks à vêtements le long de mon mur. Oui, c’est beaucoup, mais je porte environ 80% de mon linge; ratio que je trouve quand même bien! Je participe de temps en temps à des échanges de linge pour renouveler ma garde-robe et j’avoue que c’est vraiment des moments que j’aime. Je magasine aussi dans des boutiques qui n’inspirent pas toujours confiance et j’y trouve des perles rares. Pour mon premier look, je porte un fashion short-jupe longue, dans des tons fleuris mais automnal. Le croptop est de mise pour ce style d’outfit. Pour mon deuxième look, j’ai osé un haut aux épaules découvertes, dans le jaune moutarde. Une jupe en A complète l’ensemble. J’aime bien avec un case d’iPhone qui fite!  Pour le troisième, j’ai osé des couleurs pâles (je suis souvent en noir) avec une jupe à crinoline rose et un t-shirt blanc! Sur l’avant-dernier look, c’était durant un photoshoot avec Andréanne Coggins et je portais une robe en velours rouge foncé et un chapeau. J’ai adoré flatter ma robe! Et le dernier, je porte un one-piece avec une longue jupe, tout en noir, avec un décolleté plongeant, mais que j’ai osé vu ma petite poitrine. Je crois que c’est mon outfit chic le plus confo!

– Ariane

Cette année, on a eu la chance de se faire prendre en photo par des photographes vraiment géniaux, mais aussi, nous nous sommes prises en photo entre nous lors des événements. J’avoue que ça a été difficile de trancher, mais voici mes 5 photos favorites de l’année. La première a été prise par Andréanne Coggins lors de notre carnet de style d’automne. La deuxième, également prise par Andréanne lors de notre carnet de style du printemps. La troisième a été prise par Dominique lors d’une journée de contenu Instagram, je l’adore ! La quatrième, prise par Ariane lors de l’événement de 10e anniversaire du Le Cubicule. Puis, ma cinquième photo favorite est une photo prise par Ariane au café La Graine brûlée lors d’une de nos rencontres d’équipe! Je ne pensais pas que j’allais m’habituer et même aimer me faire photographier un jour. Ce que j’ai appris? Me laisser aller et faire confiance à la personne qui me prend en photo. Je me souhaite encore plein de belles photos pour les prochaines années !

– Karine

J’ai toujours adoré prendre des photos et me faire photographier. C’est devenu une véritable passion depuis quelques années. Je commence à connaître mes angles, les profils qui m’avantagent et détecter si la lumière sera belle ou non. Je me trouve plus belle à 30 ans qu’à 20 et je suis vraiment contente des photos que j’ai de moi durant cette période. J’ai eu la chance de poser avec une photographe vraiment talentueuse, Kamala Houle, et j’aime vraiment cette photo qu’elle a prise de moi avec mon chandail et ma tuque des Boutiques Pentagone, et celle avec ma veste de laine de chez Ardène. J’aime aussi beaucoup cette photo prise par Andréanne Coggins lors de notre carnet de style d’automne 2016.  Et je ne peux passer sous silence les deux photos avec mes robes de la collection d’été de Jean Airoldi pour Aubainerie, l’une prise par mon amie Karine Caron-Benoit et l’autre par mon fils Isaak, qui a hérité du rôle de photographe personnel de sa maman. – Jennifer

 

Je dois avouer que j’ai encore de la difficulté à m’habituer à être devant l’objectif mais malgré tout, en un an, j’ai quand même eu l’opportunité de faire des belles photos avec de beaux looks souvent (si ce n’est pas toujours) concoctés par Ariane. Elle me connait assez bien pour choisir des morceaux qui vont pouvoir bien refléter ma personnalité. Un de mes looks coup de coeur serait le tout premier que j’ai “eu” en tant que co-fondatrice de Folie Urbaine : celui de notre photoshoot par le photographe Patrick Hébert. J’avais une belle robe originale de Cokluch. Par la suite, pour le shooting d’automne avec Andréanne Coggins, je portais une petite robe marine avec une veste orange brûlé, qui même si ce n’est pas ce vers quoi je vais habituellement, est vraiment un de mes meilleurs looks. Par la suite, lors de notre séance chez Ulule, les deux ensembles que j’avais étaient vraiment bien. Que ce soit la robe fleurie avec le veston sans manche ou bien le jean et la camisole, sans oublier les magnifiques bijoux de Louve Montréal. Mon dernier look serait celui tout simple que Karine a pris en photo lors d’une journée tous ensembles où je porte une robe noire agrémentée d’une veste sans manche carottée. – Dominique