Cocktails et tapas au Bureau

Bureau bar à tapas

Quand on a l’opportunité de tester un restaurant, je suis sûre à 98% que c’est une place que je n’ai pas encore découverte, tellement Montréal est immense et regorge de belles places où se goinfrer. Et je ne me trompais pas avec le Bureau Bar & Tapas situé dans Griffintown, endroit que j’ai agréablement apprécié en présence de mes amis Andrew Tchernilevskii et Anthony Airoldi.

Bureau bar à tapas
Bureau bar à tapas
Bureau bar à tapas

Pour commencer la soirée, nous avons reçu de délicieuses huîtres ; j’en suis très fan et je n’ai pas été déçue! La présentation était simple et efficace et j’avais seulement hâte de voir la suite.

Bureau bar à tapas
Bureau bar à tapas

En attendant nos plats, nous avons opté pour des cocktails différents et très goûteux. J’ai apprécié le goût de pomme dans l’un et le romarin dans l’autre. Sans parler du drink chaud à la cannelle! Mon coup de coeur.

Bureau bar à tapas
Bureau bar à tapas

Avez-vous déjà mangé du fromage flambé? C’était impressionnant et j’en aurais repris si je n’avais pas eu d’autres plats qui m’attendaient.

Bureau bar à tapas

Et ce plat. Ce n’est pas pour tout le monde, car la texture est très spéciale, mais j’ai adoré! Reconnaissez-vous ce que c’est? Du calmar avec une sauce aux tomates!

Bureau bar à tapas

Ma première paella. Je ne peux donc pas comparer, malheureusement, mais j’ai un bon sentiment qu’elle était réussie. Étant donné que j’aime les moules à la base, c’était une valeur presque sûre.

Bureau bar à tapas
Bureau bar à tapas
Bureau bar à tapas
Bureau bar à tapas

Finalement, nous avons passé une agréable soirée et j’ai hâte d’y retourner pour essayer les autres tapas et cocktails… ou reprendre un cocktail chaud!

Oystermania est de retour!

Oystermania commence et c'est délicieux!

Oystermania commence et c'est délicieux!

 

Hier avait lieu le lancement de la Oystermania par RestoMania!  Si vous ne connaissez pas encore, vous devez savoir que le concept est que, du 11 au 21 octobre, vous pourrez déguster une dizaine d’huîtres, ainsi qu’une consommation alcoolisée, dans les différents restaurants participants, pour la modique somme de 10$! Méchant deal!

Lors de notre soirée d’hier, au Casino de Montéal, mon ami Andrew et moi avons été gâtés avec deux sortes d’huîtres, chaudes et froides, ainsi que 4 différents “shooters” très uniques. Le tout a été dégusté accompagné d’un bon verre de vin blanc. J’ai particulièrement aimé les huîtres chaudes avec foie gras, ainsi que le shooter style Bloody Ceasar! Le dernier est définitivement une recette que je referais chez moi. Du côté de mon ami, il m’a avoué ne pas être le plus grand fan au départ, mais il m’a quand même juste refilé une huître et deux shooters. Très bon signe pour quelqu’un qui n’était pas sûr en partant, non? Il faut dire que la texture est très spéciale. Pour ma part, je suis très fan du mélange, mais ce n’est pas pour tout le monde Par contre, les recettes varient tellement, que je vous conseille de réessayer si vous n’étiez pas convaincu.es du premier coup!

Pour voir la liste complète des restaurants participants, c’est ICI, dans le bas de la page.

Je vous laisse quelques photos de la soirée, pendant laquelle j’ai pu me mettre dans le rôle d’une croupière au BlackJack! (Et y jouer avec du “funny money”!)  Et le petit shooter, c’est aux bleuets, oui oui.

 

Oystermania commence et c'est délicieux! Oystermania commence et c'est délicieux! Oystermania commence et c'est délicieux! Oystermania commence et c'est délicieux! Oystermania commence et c'est délicieux! Oystermania commence et c'est délicieux! Oystermania commence et c'est délicieux! Oystermania commence et c'est délicieux!

 

Photos par Ariane Martineau, sauf celle de “croupière” par Andrew Tchernilevskii

 

Photo de signature pour Ariane Martineau.

La Lichée : à même le pot

On a goûté aux pots de La Lichée, caramels faits à Montréal,

Connaissez-vous La Lichée? Cette compagnie est composée de trois gars, Karl Lebeau, Dominic Arseneau, ainsi que Samuel Joly et ils nous offrent 6 sortes décadentes de caramels! Créés à partir d’une recette de grand-maman des Îles-de-la-Madeleine, vous tomberez assurément sous le charme!

P.S. La livraison est gratuite au Québec pour les commandes de 40$ et plus! Encore plus une bonne raison pour s’approvisionner!

Voici nos impressions personnelles :

On a goûté aux pots de La Lichée, caramels faits à Montréal,

Wow. Tout simplement. Coup de coeur pour La Lichée. En partant, je n’ai jamais été vraiment très caramel dans la vie, mais j’ai été séduite par la couleur riche du caramel au chocolat et fleur de sel. J’adore la combinaison du sucré-salé et, oui, j’ai mangé le pot au complet avec une cuillère. Sans même tester sur des toasts ou sur de la crème glacée. Je vais donc devoir m’en acheter pour faire des tests qui seront, j’en suis sûre, concluants! La texture est tout simplement parfaite. Avec leur recette provenant des Îles-de-la-Madeleine, c’est un produit gagnant à avoir dans son garde-manger, mais, qui ne dure pas longtemps! (Parce qu’il se mange vite, pas parce qu’il passe date là!) Fiez-vous simplement à leur slogan “À même le pot”, ça dit tout!

-Ariane

On a goûté aux pots de La Lichée, caramels faits à Montréal,

OK! Là, c’est du sérieux. Je savais très bien que mes papilles allaient devenir complètement excitées dès la première bouchée de caramel, mais autant que ça? J’ai ADORÉ! J’ai eu la chance de repartir avec la saveur caramel au beurre, c’est décadent, c’est spectaculaire, c’est magique. Mon pot est vide et ne m’a pas duré très longtemps, je l’avoue. Sur mes gaufres, directement à la cuillère ET dans mon café! Oui, on m’a dit que c’était délicieux et je l’ai essayé et je confirme. Je me suis préparé un latté, j’ai moussé mon lait, je l’ai ajouté à mon espresso et à l’aide d’une cuillère, j’ai laissé couler des larmes de caramel sur la mousse : WOW! J’aurais aimé avoir le temps de prendre une belle photo, mais j’étais trop pressée. Bref. Une première expérience de caramel La Lichée réussie pour moi.

-Karine

On a goûté aux pots de La Lichée, caramels faits à Montréal,

Mon dieu, ce n’est tellement pas difficile de qualifier ce caramel à la fleur de sel de pur délice. J’ai même dû me battre (non pas vraiment, mais presque) avec mon chum et mon fils pour qu’ils me laissent en prendre quelques cuillerées puisque j’ai fait l’erreur de laisser le pot sur le comptoir de ma cuisine pendant une journée entière. Il n’en fallait pas plus pour que mes deux bibittes à sucre ne tombent dedans et passent presque tout le contenant en une seule soirée. J’ai dû faire valoir le point que je devrais mettre mes commentaires dans un article pour le blogue pour les convaincre de me laisser terminer ce qu’ils avaient daigné me laisser. J’ai vraiment beaucoup aimé le fait que c’est onctueux en bouche, mais que ce n’est pas SI sucré. Ça a beau être du caramel, je trouve que ça ne tombe pas trop sur le coeur et ça rehausse n’importe quel dessert ou même les rôties les plus banales… si on réussit à ne pas tout manger en plongeant simplement la cuillère dans le pot!

-Jennifer

On a goûté aux pots de La Lichée, caramels faits à Montréal,

 

On a goûté aux pots de La Lichée, caramels faits à Montréal,

 

Crédit photos : Ariane Martineau

Photo de signature pour Ariane Martineau.

Pourquoi je ne suis pas de diète

Charline parle de diète

Je suis une épicurienne.
Une amoureuse des plaisirs de la vie.

Certes mon rapport à la nourriture est particulier.
Je mange mes émotions, peu importe ce qu’elle est.

Je suis triste : mmmm des raviolis à la courge ou aux champignons, pour panser ma peine.

Je suis amoureuse : du filet mignon, des crevettes et des légumes grillés au bbq, pour gâter mon Homme.

Je me sens fatiguée : un bon sandwich au prosciutto, pour me remettre sur pieds.

Je suis heureuse : un appétissant poke bowl, pour célébrer la Vie.

Je me sens malade : une bonne vieille soupe Lipton avec des cubes de fromage, pour réconforter mon corps.

Je suis exténuée d’une semaine chargée : d’excellents sushis, pour me récompenser…

Et cela, c’est sans compter les vendredis McDo, les déjeuners en famille, les soupers entre amis, les anniversaires, les journées ordinaires (!)…

Aussi bien le dire, la nourriture est ma meilleure amie.

Cuisiner en fait, est une de mes nombreuses passions.
Cela me relaxe, cela me motive, me stimule.
Mes sens en ont plein les bras, et moi, je suis dans un état d’esprit divin.

L’odeur de la coriandre fraîchement hachée.
La texture onctueuse d’un avocat mûr.

La saveur d’une tomate en vigne qui éclate entre mes dents.

Du foodporn, cela existe!

Alors, suivre une diète équivaut pour moi, à me contraindre dans ma créativité, dans mon plaisir et dans l’expression même de mon affection.

 

Par contre, comme dans bien des aspects de ma Vie, j’y vais dans la modération.

Je ne me prive pas, je me contiens juste dans mes portions.

 

Une poutine smoked meat me fait de l’œil? Miammm, une fois par mois, pourquoi pas?

 

L’envie de chips se pointe pendant que je regarde une série sur Netflix?
Pas de problème, je vais me verser un bol, et c’est tout!

 

Je suis chez des amis et ils servent du gâteau, une mini portion et cela fait mon bonheur.

 

 

Mais, je ne dis pas que les diètes c’est mauvais, ou que ceux et celles qui mangent plus « santé » ne profitent pas de la Vie.
Au contraire.

À chacun ses plaisirs et à chacun sa manière de faire des choix qui lui convient.

 

Quand j’avais 20 ans, c’était une autre réalité.
Je travaillais dans un gym, je m’entraînais 4-5 fois par semaine, je buvais des shakes de protéines à chaque jour et je me permettais mon Vendredi Mcdo. Je sortais souvent et je passais la soirée sur la piste de danse à dépenser des calories!

 

Aujourd’hui, à l’aube de mes 40 ans, les données ne sont plus les mêmes.

J’ai deux enfants, une maison, un travail auprès d’un groupe de 2 ans et je croule sous les maux : genoux sensibles, bursite du pied droit, courbatures au dos, et j’ai deux enfants… oui je prends la peine de le répéter dans mon énumération, car passer du temps avec mes merveilles du Monde occupe une grande partie de mon existence et de mon temps.

 

Je n’essaie pas de me trouver des excuses pour mon manque de temps pour m’exercer chaque semaine, je crois que c’est plus une question d’organisation. Je sais que mon corps bénéficierait grandement d’avoir une pause de mon train-train quotidien et de faire renaître des muscles presque relégués aux oubliettes, mais dans le contexte présent, je n’y trouve pas de case horaire.

Choix personnel que j’assume totalement.

 

Donc, qui dit diète, dit aussi poids et balance.

Je me pèse à chaque matin. Je me checke quand même!
150 lbs est le poids que je ne veux pas dépasser.
150 lbs est la limite à mon bien-être psychologique.

Je fais fi du poids santé, idéal ou autre, des IMC, de ma hauteur par rapport à mon poids. Je suis celle qui vit avec ce corps et je crois que l’important c’est que j’aime la personne qui me fixe dans le miroir.

 

Dans mon idéal, j’aimerais peser entre 135-140 lbs.
C’est faisable. C’est un objectif raisonnable et qui me permet de ne pas me laisser aller. Et je sais exactement quels changements je devrais apporter.

Or changements et moi ne font pas bon ménage.
Je suis une routinière.
Les détours me pétrifient, les plans de dernière minute sont un cauchemar.

 

Cependant, j’y travaille. Un à la fois. À mon rythme.

 

Mes courbes, je les aime dans le fond.
Autant que la satisfaction de manger un de mes plats favoris.

 

À quand une diète de plats fétiches?!?

Crédits photos : @i.charline

 

          

Les meilleurs falafels sont au Over Rice!

Un vrai coup de coeur! Plus petite, j’allais parfois chez un ami à mes parents qui faisait des festins garnis d’agneau, feuilles de vignes, falafels, backlavas, etc. Je n’ai jamais retrouvé d’équivalent. Jusqu’à l’autre jour, quand j’ai goûté aux falafels de chez Over Rice! Sans exagérer, j’ai conquise par le décor (jaune taxi, wow), l’accueil, l’ambiance et les délicieux plats. Le concept, emprunté aux rues de New York, avec ses stands de nourriture partout, où on entend souvent le terme “over rice” lors de la préparation de notre plat. La thématique newyorkaise, en y ajoutant un gros gorille, attire l’oeil grâce au jaune flash contrasté de noir. Nous nous sommes donc empêchées de commander chacune une assiette classique de riz (on a pris les deux choix), salade, pita et falafels (poulet pour Jennifer)! Mention spéciale au riz savoureux et pas plate du tout. Le poulet était tendre, pas du tout sec et les falafels étaient croustillants à souhait. Toutes les sauces sont maison, en fait, toutes les recettes le sont, et les viandes viennent toutes du Québec. Yay! Pour la suite, même si nous étions plutôt déjà comblées, on ne pouvait pas passer à côté de leur poutine au poulet. Miam, un délice!

Même si, rendues là, nous avions juste le goût de se rouler par terre, on a pensé à notre deuxième estomac, celui pour les desserts, et avons goûté aux churros. Avec du coulis chocolat et caramel. Vous avez le choix entre framboise, chocolat, caramel ou une combinaison selon l’inspiration du moment. Wow! Croustillants, chauds et tendres au milieu.

 

Ouverture sur St-Denis

Cette information n’est pas tombée dans l’oreille d’une sourde! (Drôle d’expression quand on y pense…) J’attends déjà impatiemment qu’un Over Rice ouvre proche de chez moi. En attendant, j’irai à Laval pour manger un sandwich ou un bon dessert.

 

La critique de Jennifer

Moi qui adore New York pour l’avoir visité deux fois, je peux dire que j’ai immédiatement eu l’impression de me retrouver au coeur de Time Square lorsque je suis allée au restaurant Over Rice. J’ai adoré la déco très instagrammable et j’ai vraiment eu un coup de coeur pour la bouffe. Le riz est vraiment savoureux, la viande est de qualité et j’aime que les assiettes soient copieuses à souhait. Il y a une belle variété de sauces maison et j’avais envie de goûter à tout. Les prix sont raisonnables et j’avoue que j’ai complètement craqué pour les churros qui sont vraiment très consistants et qui étaient délicieux avec leur coulis de chocolat et de caramel. Les propriétaires sont vraiment à l’écoute des clients et il y a une ambiance très animée que j’ai beaucoup appréciée. Bref, j’ai vraiment l’intention d’y retourner avec ma famille pour me régaler.

 

Jennifer et Ariane ont été au lancement du restaurant Over Rice à Laval. Jennifer et Ariane ont été au lancement du restaurant Over Rice à Laval. Jennifer et Ariane ont été au lancement du restaurant Over Rice à Laval. Jennifer et Ariane ont été au lancement du restaurant Over Rice à Laval. Jennifer et Ariane ont été au lancement du restaurant Over Rice à Laval. Jennifer et Ariane ont été au lancement du restaurant Over Rice à Laval. Jennifer et Ariane ont été au lancement du restaurant Over Rice à Laval. Jennifer et Ariane ont été au lancement du restaurant Over Rice à Laval. Jennifer et Ariane ont été au lancement du restaurant Over Rice à Laval. Jennifer et Ariane ont été au lancement du restaurant Over Rice à Laval. Jennifer et Ariane ont été au lancement du restaurant Over Rice à Laval. Jennifer et Ariane ont été au lancement du restaurant Over Rice à Laval. Jennifer et Ariane ont été au lancement du restaurant Over Rice à Laval. Jennifer et Ariane ont été au lancement du restaurant Over Rice à Laval. Jennifer et Ariane ont été au lancement du restaurant Over Rice à Laval.

 

Crédit photo : Ariane Martineau, excepté la dernière qui est la propriété d’Over Rice

 

Photo de signature pour Ariane Martineau.

Vous devez essayer le nouveau menu de La Pizzaiolle!

On découvre le nouveau menu du restaurant Pizzaiolle à Montréal.

Dès notre arrivée à La Pizzaiolle, la place parfaite pour savourer une pizza napolitaine authentique et montréalaise, nous sommes accueillies avec le sourire et le décor nous enchante déjà! Son côté éclectique est unique avec son plancher à effet tressé, son plafond qui donne l’impression d’être dans un bâteau vintage de luxe, ses tables en granite noir brillant et ses accents de bois et stainless steel. Pour ceux et celles qui ne le savent pas, l’extérieur du restaurant, sur St-Denis, ne passe pas inaperçu avec ses courbes et son revêtement en acier inoxydable!

 

Karine, Jennifer et moi connaissions l’endroit seulement de nom, et pour être passées à côté plusieurs fois, donc nous étions très heureuses de pouvoir découvrir ce restaurant, autant pour leur nouveau menu tout chaud que leurs pizzas classiques. Au départ, nous avions pensé se faire livrer des pizzas lors d’une de nos rencontres de Folie Urbaine, mais leur motto étant ” Une bonne pizza, ça ne se livre pas. On vaut le déplacement depuis 1981. ” , nous avons tout de suite accepté l’invitation au restaurant. Et nous n’avons pas regretté de recevoir le tout frais et chaud!

Pour pouvoir bien juger de l’endroit et du menu, nous avons opté pour de la variété : cocktails, entrée, gnocchis, pizza et desserts. Sincèrement, j’ai tout ADORÉ. #notsponsored Dès le départ, je suis fan des gnocchis, moins de la pizza, mais j’ai dévoré tout ce qui se trouvait devant moi et je compte déjà y retourner bientôt. De plus, Pizzaiolle offrira bientôt ses gelatos maison!

Le nouveau menu est plus que seulement des nouveautés ajoutées sur la carte, c’est aussi le travail du nouveau chef exécutif, Dario D’Errico, Italien  tombé en amour avec Montréal. Son histoire a commencée dans la trattoria de sa mère et a continué avec des études culinaires à Naples. Son savoir-faire de l’authentique cuisine italienne explose dans ses plats tout en leur donnant sa touche personnelle.

Pour ce qui est de notre coup de coeur commun, c’est le gâteau au fromage qui a remporté le grand prix! On ne croit pas avoir déjà mangé meilleur dessert fromagé ailleurs. Sans joke. Décadent, presqu’autant que le fondant au chocolat!

Merci à notre merveilleuse serveuse, Maude, pour ses recommandations qui nous ont tout de suite plues, ainsi que son service impeccable!

Je vous laisse sur ce que nous avons dévoré durant notre soirée.

 

 

ANTIPASTI | Fazzoletti à la ricotta, beurre noisette et sauge

 

GNOCCHIS FAITS MAISON

Gnocchis di Zucca – faits de courge, beurre sauge et parmesan

Gnocchis di Ricotta – fait de ricotta, tomates confites, pancetta et roquette

 

PIZZA BLANCHE | Fior di Latte – faite de tomates confites et pesto

 

DESSERTS | Tiramisu | Gâteau au fromage | Fondant au chocolat

 

On découvre le nouveau menu du restaurant Pizzaiolle à Montréal.

 

On découvre le nouveau menu du restaurant Pizzaiolle à Montréal.

 

On découvre le nouveau menu du restaurant Pizzaiolle à Montréal.

 

On découvre le nouveau menu du restaurant Pizzaiolle à Montréal.

On découvre le nouveau menu du restaurant Pizzaiolle à Montréal.

 

 

Photo de signature d'Ariane Martineau en aavril 2018.

Anorexie et boulimie : ces sujets qui ne devraient pas être tabous

L’autre soir, Karine et moi sommes allées à une soirée ANEB, mettons de l’avant la nourriture et le plaisir de la manger. Pour se faire, Jérôme Ferrer et Helena Loureiro ont été invité.es à partager des plats variés, sous forme de bouchées. Tout le long de la soirée, qui se tenait au Portus 360 au centre-ville, ce restaurant qui tourne, nous avons pu découvrir des plats uniques et qui donnent l’eau à la bouche.

La soirée a permis d’amasser la somme de 133 000$ pour aider ANEB à continuer à aider les gens et soutenir les personnes touchées par les troubles alimentaires, ainsi que leurs proches. Un encan silencieux se déroulait également sur place.

 

Anorexie et boulimie Québec

ANEB, c’est un organisme sans but lucratif qui est très important à connaître et à faire connaître. Ayant comme porte-paroles Catherine Brunet et Félix-Antoine Tremblay. Plus que comédiens, ces deux deux personnes prennent à coeur la cause, qui a comme mission d’offrir une aide immédiate et, ce, gratuitement, aux gens atteints d’un trouble du comportement alimentaire et aussi à leurs proches. Depuis plus de 30 ans, ANEB s’immisce dans plusieurs services d’éducation pour enlever le tabou qu’est cette maladie mentale. Lors de ses événements, l’argent récolté sert à atteindre ce but.

Besoin d’aide? ANEB est là pour vous.

Vous aimeriez vous impliquer? C’est aussi possible.

 

LIGNE D’ÉCOUTE

1 800 630-0907      |      1 514 630-0907

 

ENTREVUE AVEC JERÔME FERRER, chef d’Europea

Pourquoi vous avoir associé avec ANEB?

« De nombreuses causes me tiennent particulièrement à coeur et surtout celles reliées de près à l’alimentation et à l’univers de la gastronomie, donc avec les bonnes habitudes alimentaires. Pour moi, c’est essentiel d’apporter un peu ma contribution, ce n’est pas toujours évident, en tant que cuisinier, parce qu’on est souvent sollicités pour des événements, mais ayant moi-même traversé des moments de ma vie où il y a eu des hauts et des bas, où j’ai eu certaines perturbations au niveau de l’alimentation, je voulais m’impliquer. J’ai moi-même subi une intervention ‘bariatrique’, il y a quelques années, parce que je m’étais vraiment laissé aller. J’ai analysé rapidement que la relation qu’on peut avoir avec l’alimentation, c’est un peu comme l’amour en couple, il peut y avoir des hauts comme il peut y avoir des bas. ».

Étant une soirée où l’on fête le plaisir de manger, qu’est-ce que vous aimez le plus comme plat?

« Tout. Je n’ai pas d’ingrédients favoris. Chaque jour, je m’aperçoie que tout va tellement vite dans le monde de l’agro-alimentaire, artisanal, de petits producteurs que j’ai l’impression de ne jamais savoir quoi que ce soit, il y a toujours quelque chose de nouveau qui apparaît sur le marché. C’est ce que j’aime, toujours apprendre et découvrir.».

Des projets à venir?

« Oui. Un de mes plus gros projets est de continuer de m’investir dans La Boîte du chef, c’est un peu comme le service au restaurant, mais à la maison. Ça s’adresse à tout le monde : au gourmet, du type casse-croûte à la haute gastronomie à la cuisine familiale, on fait des brunchs, on fait de la cuisine minceur avec mon amie Isabelle Huot, on va faire des coffrets fitness pour les gens qui font du sport. C’est un projet qui m’allume, puisque je peux toucher à plein de champs d’horizon au niveau alimentaire. »

C’est quoi votre plus grande folie culinaire?

« Quand je vais dans une ville ou un pays que je ne connais pas et que je visite pour la première fois il faut que je me jette dans un marché local. Pourquoi? Parce que comme dit le dicton ” Dis-moi ce que tu manges et je te dirai qui tu es ”, on peut en apprendre beaucoup sur la société  dans laquelle on se trouve quand on va dans un marché local et moi j’ai vraiment la fièvre acheteuse, il faut que j’achète de tout. De la charcuterie, du pain et je me retrouve avec plusieurs sacs, alors que je suis simple touriste et je me dis que je vais faire un pique-nique, mais il y a de la bouffe pour trente personnes. C’est une petite folie sympa.»

 

 

Photo de signature d'Ariane Martineau en aavril 2018.  karine signature

Portugal Gourmand, une websérie à découvrir

Lancement de la websérie Portugal Gourmand par Claudia Ferreira du Groupe Ferreira à Montréal.

C’est dans la salle privée du splendide Ferreira Café qu’avait lieu, le 8 février dernier, le lancement des deux premières capsules web de la série documentaire qui porte le nom Portugal Gourmand. Ce magnifique projet, imaginé par Claudia Ferreira, nous fait découvrir les méthodes traditionnelles de récolte des ingrédients les plus prisés du pays de naissance de son père, Carlos, fondateur du Groupe Ferreira. S’étant donné comme mission de faire rayonner la culture portugaise, Claudia, avec l’aide de sa fabuleuse équipe, a sillonné les plus belles régions du Portugal afin de faire découvrir les richesses qui composent ce magnifique pays.

Lancement de la websérie Portugal Gourmand par Claudia Ferreira du Groupe Ferreira à Montréal.
Crédit photo : Groupe Ferreira

Grâce à sa soeur Sandra, directrice des opérations du Groupe Ferreira, elle a su s’entourer de personnes extrêmement talentueuses afin de mettre en images la provenance des aliments portugais qui les passionnent depuis leur jeune âge. C’est donc avec la lauréate de deux prix Gémeaux, pour son long-métrage documentaire L’héritier, Édith Jorisch, qu’elle a su capter l’essence même du Portugal pour le plus grand plaisir de nos yeux. Raphaëlle Rousseau, quant à elle, a agi à titre de camérawoman et de productrice, puisque c’est son agence de contenu Content Content qui a assuré la production de la série Portugal Gourmand. Elles ont su unir leurs forces avec brio et établir une relation de confiance qui perce l’écran pour réussir à offrir du contenu de grande qualité.

Lancement de la websérie Portugal Gourmand par Claudia Ferreira du Groupe Ferreira à Montréal.
Crédit photo : Paméla Lajeunesse pour le Nightlife

La série compte 10 épisodes qui présentent chacun une richesse culinaire du pays, qu’il s’agisse de poisson, de la fleur de sel, de mollusque, du fromage, de l’huile d’olive ou de vin. Chaque partie est accompagnée d’un journal de bord, d’un reportage photo et d’une recette, tous disponibles à partir de la plateforme web. Nous avons eu la chance de voir les deux premiers épisodes, le premier étant une introduction du projet et le deuxième présentant Claudia, accompagnant les rares pêcheurs détenant un permis afin d’exercer leur métier parmi les eaux hautement oxygénées de l’archipel des Berlengas. On les voit entre autres pêcher des dorades, des sargos et loups de mer à la ligne. Des images à couper le souffle qui nous font rêver et nous donnent envie de partir à la découverte de ce magnifique pays. Ces deux capsules ont su nous titiller et c’est avec impatience que nous attendons les prochains épisodes qui seront mis en ligne jusqu’à la fin du mois de mai.

Lancement de la websérie Portugal Gourmand par Claudia Ferreira du Groupe Ferreira à Montréal.

Lors du lancement, nous avons été chaleureusement accueillies par la famille Ferreira qui était sur place pour s’assurer que toutes les personnes présentes soient traitées aux petits oignons. Nombreuses bouchées et grand cru étaient offerts aux invités et c’est, avec le sourire aux lèvres, que Claudia et Sandra déambulaient parmi les convives. Leur connivence et leur complicité étaient belles à voir et leurs discours des plus touchants, faits sous le regard attendri de leur père qui ne pouvait qu’être fier de leurs accomplissements. Une famille portugaise avec de belles valeurs qui veut faire rayonner la culture de son pays de façon positive et, surtout, gourmande.

Lancement de la websérie Portugal Gourmand par Claudia Ferreira du Groupe Ferreira à Montréal.
Crédit photo : Paméla Lajeunesse pour le Nightlife

C’est ce que nous a touchées le plus lors de cette soirée, leur clan tissé serré et la beauté de leur pays. Décidément, quiconque qui regarde la série Portugal Gourmand aura envie de partir à la découverte de ses beautés et de ses trésors.

Pour visionner les épisodes, consulter le journal de bord, les photos et les recettes, c’est ICI.

De plus, en vous abonnant à l’infolettre, vous pouvez participer au concours permettant de gagner une expérience gastronomique complète Portugal Gourmand au légendaire restaurant Ferreira à Montréal. Vous et 3 invités profiterez d’un repas 4 services avec accords des vins. Vous serez aussi guidés tout au long de cette expérience gastronomique par Claudia et Carlos Ferreira.

Nous remercions Bicom Communications pour l’invitation et surtout le Groupe Ferreira pour son hospitalité et nous souhaitons bon succès à Claudia pour la suite de ses projets!

 

        

 

Manger ses émotions, serait-ce le poids d’une souffrance?

Stressé : Un chocolat. Miam!

Une pause à ton travail : Un café bien sucré et peut-être accompagné d’un biscuit. Excellent pour se détendre!

Tu termines ta semaine : Un verre d’alcool, pourquoi pas? Ça fait du bien et ça relâche les nerfs.

Une bonne journée et une bonne nouvelle : Des friandises. C’est une belle récompense!

Des pensées qui tourmentent ton esprit : De la restauration rapide (Burger King, etc.). Quel apaisement!

Peu importe la raison, il y a toujours un moment pour avoir une envie de manger ses émotions. J’ai envie de te parler de l’effet de la nourriture, des boissons sucrées, gazeuses et alcools, dans notre vie. Je pense que la nourriture et les boissons peuvent être un plaisir et même une activité amusante, faites seul.e ou en bonne compagnie. C’est normal de se dire qu’on n’a qu’une seule vie et qu’il faut goûter aux plaisirs de la vie. Il y a tant de bons restaurants, où on peut se laisser aller de temps en temps. Et c’est correct. Le problème, c’est lorsqu’on passe de petite portion à une grande portion. Bien sûr, il y a des moments où on peut se négliger sans en prendre conscience, par exemple, durant le temps des Fêtes, etc. Mais moi, j’aimerais te parler de lorsque l’excès est devenu quotidien. Quand la nourriture est devenue une dépendance. Ce n’est plus amusant, c’est une situation qui demande de se reprendre en main.

En ce qui me concerne, j’ai pris conscience que je mangeais mes émotions : surtout ma fatigue, mon stress et les émotions négatives. J’ai appris à les reconnaître et déterminer pourquoi je faisais cela. Par exemple quand je suis stressée, je me fais plaisir en mangeant des grignotines. Des friandises, des croustilles et du chocolat me permettent de me calmer et d’éprouver quelques secondes de plaisir en oubliant mon stress. C’est donc une certaine manière de gérer mon stress. Mais j’ai pris conscience que ces quelques kilos en trop sont un signe que je m’éloignais de prendre soin de moi et bien me gérer. J’étais plus proche de la paresse, de l’épuisement physique et des différentes maladies. Pour changer d’une habitude à une autre, cela demande du temps, de la maîtrise de soi et de la motivation. Qu’est-ce qui va te motiver à changer cette habitude? Pour moi, c’est par une simple photo entre amies où j’ai été choquée de voir les ravages (ces quelques kilos) que je m’étais causés. C’est là que j’ai eu ma source de motivation et que je me suis dit que je ne devais plus m’infliger ça. C’est sûr que je n’ai pas eu le même vécu que certaines personnes dans ce type d’émission comme Ma vie à 300 lbs. Une chose que tu comprends bien dans leurs histoires, est que plus tu souffres, plus tu trouves un moyen de le gérer. Pour certaines personnes, c’est la nourriture.

Je n’ai pas envie de donner d’excuses comme en accusant mon passé, qu’il y a trop de restaurants près de chez moi, dire que c’est la faute de l’autre, de dire que je manque de temps, etc. La seule réalité, c’est que j’avais besoin d’apprendre à évacuer mes émotions autrement. Par exemple, du yoga pour le stress, ou encore la natation, aller au spa, parler, regarder des films humoristiques pour retrouver une belle humeur, etc. Je préfère être axée sur les solutions, comme trouver de l’aide afin d’atteindre des objectifs de perte de poids, un entraîneur privé et d’autres professionnels, s’informer par des livres sur la santé et des recettes saines, regarder des vidéos sur l’alimentation (YouTube), des émissions de cuisine, des blogues, etc. J’avais besoin de m’éduquer et de me cultiver dans le domaine de l’alimentation saine. C’est sûr que cela demande du temps et beaucoup d’efforts, autant au niveau physique que mental et financier. Mais je sais que je le fais pour mon bien-être, tout en respectant mon rythme. Est-ce que certaines personnes se reconnaissent dans ce texte?

 

Folie Cindy chevry logo auteur 

TABOO : une expérience culinaire adaptée à vos préférences

food foodie nourriture

La semaine passée, Karine et moi avons découvert TABOO, ce restaurant qui se dit “cuisine rebelle” porte bien son nom. En offrant à sa clientèle une sélection dépassant 45 miniburgers gastronomiques, bientôt 200 options de tartares et 20 sortes de poutines, les choix ne manquent pas! Tous et toutes peuvent donc y trouver sa place.

Les trois propriétaires, Benjamin, Marc-André et Laurence Gaudreau-Pépin, ont lancé leur premier restaurant à L’Assomption et voulaient partager leur succès à Montréal, à notre plus grand plaisir! On aime d’autant plus que c’est une histoire de famille! Allié.es avec Tom Meilleur comme chef exécutif, et faisant affaire avec le plus de compagnies locales possible, le concept ne peut que plaire.

Souvent, quand je lis la carte de tartares au restaurant, j’ai le goût de quelque chose de bien précis et, chez TABOO, je peux combler cette envie en choisissant parmis les 180 combinaisons offertes! Et, si j’ai le goût de manger un tartare, avec un burger ET une poutine, je peux, parce que les petites portions sont disponibles. Tellement mon genre. Pour bien compléter son repas, une large variété de cocktails est offerte et psstt! vous devriez essayer le purito! (Mojito fait avec Pur Vodka.)

Aussi, gardez un oeil ouvert sur leurs promotions, il y en a même une pour les femmes au pouvoir, rien de moins!

 

LES TARTARES

food foodie nourriture food foodie nourriture

 

LES MINIBURGERS

food foodie nourriture food foodie nourriture food foodie nourriture

 

LES FRITES ET POUTINES

food foodie nourriture

 

LES SALADES ET ENTRÉESfood foodie nourriture food foodie nourriture

 

LES COCKTAILSfood foodie nourriture food foodie nourriture food foodie nourriture

 

LES DESSERTS

food foodie nourriture

 

Bon appétit!

 

Crédit photos : Ariane Martineau