trilogie des papillons

La trilogie des papillons : plus qu’un battement d’ailes

Certains livres nous marquent pour différentes raisons, que ce soit parce que les personnages nous interpellent ou que leurs aventures trouvent écho en nous. On s’y plonge avec plaisir et chaque moment de lecture est un pur bonheur qu’on veut sans cesse retrouver. On laisse même volontairement le livre de côté à quelques reprises afin d’étirer le plaisir et ne pas y mettre fin tout de suite.

C’est exactement ce que j’ai vécu en lisant cette trilogie remplie de mots magiques et de moments exaltants. Si je connaissais déjà l’écriture d’Alexandra Larochelle pour avoir lu le premier tome d’une série dédiée aux adolescentes, j’ai été complètement happée par son style dans ces livres-ci. On s’attache immédiatement à son franc-parler, à sa manière de dire les choses directement. Parfois sans virgule, parfois de manière colérique ou humoristique, j’ai eu l’impression d’être dans un tête-à-tête de filles où elle me confiait ses péripéties entre deux gorgées de drinks colorés. J’aurais voulu qu’elle soit ma meilleure amie.

Et je dois dire que la wannabe romancière, que je souhaite devenir, est ouvertement jalouse de sa capacité à manier la plume. Ce sont des romans faciles à lire, totalement addictifs et que je conseillerai en premier, maintenant, à quiconque qui me demande une suggestion de lecture. Je suis en deuil d’avoir terminé ces 3 livres et je compte bien les relire tout en restant sérieusement à l’affût de son travail d’auteure. Merci pour les moments passés dans l’univers de tes personnages, Alexandra.

Jennifer

Je ne sais pas quoi dire encore. Au moment d’écrire ces mots, je viens tout juste de tourner la dernière page du troisième livre de la trilogie que j’ai dévoré comme ce n’est pas possible. Je ne peux pas croire qu’en à peine 2 semaines j’ai partagé la vie de Frédégonde et que là c’est fini. C’est une trilogie que je vous recommande absolument ! La maison d’édition nous a envoyé le troisième tome en automne que j’ai accepté avec plaisir. J’avais tellement entendu parler de ces livres et j’étais enfin prête à m’y plonger. J’ai donc été acheter les deux premiers tomes, et ça n’a pas été long que je sois passée au travers des deux premiers. Jennifer est allée à la bibliothèque pour emprunter les deux premiers tomes et m’a vite rattrapée dans ma lecture. C’est là que nos discussions se sont pas mal alignées sur l’intrigue. On tripait toutes les deux. J’ai tardé à terminer le 3e tome et disons que Jennifer avait hâte que je termine pour qu’on puisse enfin jacasser sur celui-ci. Il n’a pas fallu grand-chose pour qu’on décide d’écrire cet article conjointement.

J’ai vraiment a-d-o-r-é la trilogie. C’est écrit de façon sublime, on embarque rapidement dans l’histoire et les personnages sont parfaits. Frédégonde Hautdecoeur, le personnage principal, est attachante, drôle, contradictoire et intrigante. J’ai vraiment aimé traverser le temps au fil des pages avec elle, vivre ses stress, ses excitations, ses peines et ses joies. Je me suis reconnue à plusieurs endroits dans l’histoire et, mettons, qu’honnêtement, j’en aurais pris plus. C’est rare que je dise ça d’un roman, mais j’aimerais vraiment qu’il soit adapté à la télévision ou au cinéma. Oui, oui. Je crois sincèrement que ça pourrait être une œuvre qui se transposerait bien à l’écran.


Lire cette trilogie c’est de passer de très beaux moments. C’est aussi partager l’histoire d’une personne qui vit des hauts et des bas et que, en tant que lectrice, tu deviens la confidente, l’oreille attentive et une très bonne amie. Oui, c’est une fiction, un personnage qui n’existe pas, mais j’aime croire qu’il y avait un peu de moi dans Frédégonde et qu’il y a un peu de ce personnage dans chacune des personnes qui lira les trois romans. Je souhaite secrètement qu’Alexandra annonce une suite, mais je crois que nous n’aurons d’autres choix que d’imaginer celle-ci nous-mêmes et partir dans notre imaginaire.

Karine

Dépêchez-vous d’aller en librairie ou en bibliothèque pour plonger dans l’histoire palpitante de Frédégonde Haudecoeur !

Photo de signature pour Jennifer Martin.
Karelle gauthier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *