La sans-coeur

La sans-cœur

Les gens croient qu’elle est sans-cœur. Qu’elle blesse sans compter et sans se soucier du mal qu’elle occasionne.

Qu’elle n’a aucune émotion. Qu’elle ne pense qu’à elle. Qu’elle est égoïste et qu’elle se sert des gens autour d’elle.

Les gens disent qu’elle manipule, qu’elle joue un jeu dangereux. D’autres parfois, disent qu’elle éloigne les gens volontairement parce qu’elle a peur de blesser.

Ce que tu ne sais pas, c’est que chaque fois qu’elle blesse, que ce soit intentionnellement ou non, elle a mal et se sent atrocement mal, elle en souffre énormément et elle pleure le soir dans son lit.

Mais cette fille a déjà eu un cœur.

Un cœur plein d’amour et de tendresse. Cette fille aimait plus que n’importe qui. Cette fille souriait à pleines dents à la vie. Elle avait les yeux remplis d’étoiles, elle prenait soin de tous ceux qui lui étaient chers. Elle pensait aux autres avant elle-même. Elle se sacrifiait jour et nuit par amour. Les gens disaient d’elle qu’elle avait grand cœur. Certains disaient qu’elle en donnait trop et d’autres en ont bien profité.

Malheureusement pour elle, son cœur a disparu. Au début, elle pensait l’avoir encore avec elle pour toujours et à jamais. Mais plus elle essayait de donner aux gens comme avant, moins elle était capable de le faire. Et moins elle le faisait, plus elle perdait ses étincelles, plus elle devenait le fantôme d’elle-même. Parce que cette fille ne vivait que pour aimer et donner. N’ayant plus de but pour avancer, elle s’éteignait. Elle avançait sans attache vraiment.

Lorsqu’elle se rendit compte que son cœur manquait, elle éprouva une douleur atroce. Le manque de son cœur lui faisait intensément souffrir, comme si on avait arraché tous ses organes. Comme si on avait enlevé toute joie de la Terre.

Comme si l’atmosphère était devenue irrespirable.

Elle pleurait à en créer des mers interminables. Il fallait qu’elle retrouve son cœur. Elle décida de remarcher dans ses traces pour voir si elle ne l’avait pas échappé en chemin. Puis un jour elle se souvenu. Souvenu que son cœur était resté bien caché entre deux portes d’armoire dans ce qui avait été autrefois sa maison à Sainte-Sophie. Lorsqu’elle arrivait pour récupérer son cœur, il était trop tard. Il avait disparu. Il s’était envolé loin très loin, là où elle ne pouvait plus l’atteindre.

Alors à cette fille que tu traites de sans cœur, n’oublie pas qu’un jour elle en avait un et qu’elle aimait plus que tout et aurait donné des bouts de son cœur pour réparer le tien.

Rébecca Séguin-labelle
Catherine Duguay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *