Vaincre la gourmandise

Vaincre la gourmandise nocturne : le jeûne intermittent

Des bonbons, des chips, des viandes froides, du fromage, des boissons gazeuses…

Voici ma liste d’aliments préférés, que je pouvais ingérer le soir, devant la télé, jusqu’aux petites heures du matin… trop souvent à mon goût.

Comme j’aime bien le dire, je suis épicurienne de nature, par contre je vais rarement dans l’excès, puisque je me contente de peu, quand il s’agit de plaisirs gastronomiques.

Donc, la plupart du temps, je mangeais assez sainement et modérément durant le jour, mais dès que la nuit arrivait, cette envie de grignoter pour relaxer, me prenait à chaque soir… Le frigidaire et le garde-manger m’appelaient… insistaient… m’envahissaient.

C’est ainsi que semaine après semaine, je regardais désespérément ma balance et qu’en voyant les chiffres augmenter, je ne pouvais que contempler mon amour-propre diminuer.

C’était la fin de l’été, et je me disais qu’à l’automne, j’entrerais dans ma quarantaine!
Je n’étais pas à l’aise avec mon corps et cela me déprimait.

Je me suis donc parlé.
Et puis je me suis écoutée. Les diètes, comme je l’ai déjà écrit ICI, ce n’est pas pour moi.

Je me suis alors tournée vers un nouveau mode de vie; le jeûne intermittent.

Ce n’est pas une diète, c’est vraiment un style différent d’alimentation.
Un peu comme le végétarisme.
Cette pratique alimentaire consiste à alterner des périodes où on ne mange pas (le jeûne) et des périodes où on mange.

Personnellement, je pratique le 16/8; c’est-à-dire que pendant 16 heures, je ne bois que de l’eau ou du café noir et que je mange pendant 8 heures, soit entre 11h00 et 19h00. Les deux premiers jours, je me suis couchée très tôt, pour être sûre de ne pas avoir envie de grignoter et j’ai été surprise de constater qu’après 4-5 jours, je n’avais même plus faim après le souper.

Deux mois plus tard, j’ai déjà perdu 11 livres et je me sens non seulement bien dans ma peau, mais aussi je sens que mon corps reprend vie et énergie.

Par contre, je crois sincèrement que ce mode de vie ne convient pas à tous.

Il existe différentes formules de jeûne et je vous conseille fortement de voir les possibilités multiples, si jamais vous avez envie d’essayer.

Cependant, il se peut aussi que cela ne soit pas pour vous.
Comme le végétarisme pour moi, qui suis carnivore à l’os!

Singulièrement, je suis heureuse d’avoir enfin trouvé un plan alimentaire qui colle vraiment à mes habitudes de vie. Par exemple, je n’ai jamais été une fervente des déjeuners car même plus jeune, je me souviens que je ne buvais que du bon lait chaud en me levant pour aller à l’école car mon estomac ne pouvait avaler rien d’autre, si tôt le matin.

C’est d’ailleurs pourquoi je suis du type brunch!
Aussi, je ne suis pas une lève-tôt, loin de là! Entre dormir et manger, je choisis mon lit, sans hésitation! Ha! Ha! Ha!

Et puis, étant éducatrice, je mange à 11h00, en même temps que mes petits humains chéris, alors le timing est parfait dans mon cas.

Et maintenant?

Maintenant, je continue. Comme je l’ai dit, ce n’est pas un régime mais une habitude de vie. Une manière de s’alimenter.

Oui, je le fais pour perdre du poids, mais surtout pour prendre soin de moi, pour cesser de manger des calories vides qui, au final, ne sont pas nécessaires, je m’en rends compte.

Et comment?

Au jour, le jour.

Je suis à peine à 5 livres de mon objectif, si je dois le quantifier… Pourtant moralement et psychiquement, je suis déjà où je voulais être; bien avec moi, avec mon corps et dans ma manière de vivre pleinement.


Et l’épicurienne?

La gourmande en moi est toujours là.
La rebelle aussi!

Je me permets de souper au-delà de mes heures permises, si j’en ai envie.
J’ajuste en conséquence les heures de jeûne ou j’en fais fi, pour une journée, sans me sentir coupable.

Je vous laisse, ci-bas, quelques liens qui parlent du jeûne intermittent, de manière plus médicale et technique.

Je tenais à faire un texte, fidèle à moi-même, soit d’expérience personnelle, mais si j’ai piqué votre curiosité, vous serez au moins en mesure d’en apprendre davantage sur le sujet.

https://www.passeportsante.net/perdre-du-poids-g160/fiche.aspx?doc=jeune-intermittent-fasting#

https://www.lapresse.ca/vivre/sante/nutrition/201803/06/01-5156241-jeune-intermittent-en-sante-sans-manger.php

https://www.fraichementpresse.ca/cuisine/inspiration/jeune-interrompu-intermittent-comment-avis-resultats-risques-1.3736612

Charline Ibarra
Sophia Bédard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *