J'aurais aimé ne jamais te rencontrer

J’aurais aimé ne jamais te rencontrer.

Lorsque je t’ai rencontré, je vivais plus d’une chose à la fois. Des déceptions, du changement en grosse quantité. Tu as profité du fait que j’étais ébranlée, tu as profité de ma faiblesse pour entrer dans ma vie. Tu m’as attirée avec tes beaux gestes et tes belles paroles pour m’aider. Tu m’as fait croire que je t’intéressais vraiment.

Tu m’as fait croire que j’avais de l’importance. J’ai voulu y croire. Je voulais croire en toi. Lorsque tu me présentais à ta famille et aux personnes avec qui tu travaillais,  je croyais que c’était parce que tu étais fier mais dans le fond, je n’étais qu’un autre beau trophée à ton bras avec qui tu pouvais te pavaner.

Dès que j’ai abaissé mes barrières avec toi, tu as monté les tiennes en me sortant que tu n’étais finalement pas prêt à t’engager. Je voulais être celle pour qui tu changes. Je voulais être celle qui réussirait à ouvrir ton cœur, j’ai été naïve. Dès que je t’ai montré de l’intérêt, tu as commencé la partie. Tu as joué et tu as gagné parce que moi jamais je ne joue à ces jeux. J’ai continué à espérer, à penser que tu finirais par voir à quel point je te donnais tout ce que j’avais, mon temps, mon cœur, mon corps. Mais tout ce que j’ai fait en continuant à rester, c’est à te montrer que tu avais le dessus sur moi. Que tu pouvais faire ce que tu veux et que  je resterais de toute façon.

Tu avais beau me traiter de « bibelot » quand d’autres gens étaient près de nous, tu avais beau me dire que je n’étais pas assez belle, pas assez mince et assez parfaite pour toi, je restais quand même. Ça m’a pris du temps à comprendre que toute cette situation malsaine n’était que fausseté. Tu avais beau me répondre après des heures ou m’appeler et me voir juste quand toi tu voulais. À chaque fois que tu le faisais, je répondais présente même si j’avais cet horrible sentiment d’être un jouet, un « yoyo » que l’on lance et rattrape. J’ai été faible de te laisser me salir, j’ai été faible de te laisser me rabaisser et de te laisser me faire sentir comme si j’étais une moins que rien.

Mais aujourd’hui, c’est terminé.

Je me suis choisie et j’ai choisi de continuer à avancer. Je sais et j’ai même toujours su que je méritais mieux que toi. Que je méritais d’être aimée autant que moi j’aime et de recevoir autant que moi je donne.

Tout ceci m’a rendue plus forte malgré la confiance en moi que tu as essayé de diminuer. Je sais que tout ceci m’aura montré ma force et m’a fait comprendre ce que je méritais, mais avoir le choix … j’aurais préféré que tu ne croises jamais mon chemin.

J’aurais aimé ne jamais te rencontrer.

Rébecca Séguin-labelle
Sophia Bédard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *