quand l'anxiété plonge

Quand l’anxiété plonge dans ma relation

J’en ai parlé déjà ICI, mais je struggle pas mal avec ma santé mentale depuis des mois déjà.

De l’épuisement professionnel, une surcharge de travail, qui me semblent être les éléments déclencheurs de tous les symptômes qui ont suivi depuis un an.

Symptômes dépressifs et anxieux. Pensées intrusives. Incapacité à sortir du lit. Idées suicidaires.

En rencontrant mon copain, je n’allais déjà pas super bien; je voyais les signes de burn-out arriver.

Quelques semaines into our relationship, je n’ai pas eu le choix de me l’avouer : il y a le burn-out et les pensées suicidaires. Il y avait cette difficulté à vivre.

Puis il y a eu la pandémie, le confinement.

Le confinement nuit à ma santé mentale, comme pour de multiples personnes. Je trouve ça déprimant et anxiogène de rester chez moi, de ne pas voir mes ami.e.s, de ne pas avoir une routine, de ne pas aller à l’extérieur aussi souvent. Et puis, il y a le contexte incertain, mes inquiétudes financières, pis honnêtement, juste tout le stress et l’inconfort reliés à la situation de pandémie en général : les conférences de presse, les chiffres sur la COVID, les mesures de confinement; juste toute cette nouveauté et cette incertitude.

Avec le confinement et mon emménagement avec mon nouveau copain cet été, notre réalité est changée, simplement nouvelle. Depuis quelques mois, comme pas mal de couples, on passe la majorité de notre temps ensemble, étant les deux en télétravail. Ça se passe honnêtement super bien. On ne se tape pas sur les nerfs. On travaille chacun de notre bord, sort prendre des marches et écoute la télé ensemble. Pis nos moments seuls. Le tout, dans notre 3 et demi, confinement oblige.

Avec tout ça, ma santé mentale, qui struggle déjà, s’est immiscée dans notre relation.

J’ai cherché de l’aide et essayé plusieurs choses. Je viens de commencer une thérapie; je suis stressée, craintive, mais aussi optimiste par rapport à cette démarche que j’entame.

Bref, avec les hauts et les bas de ma santé mentale, mon couple a été touché. Pas démoli, juste affecté. Pas nécessairement toujours négativement.

D’une part, c’est cette image de moi qui pleure, qui shake, dans notre lit, de multiples soirs d’affilée. Inévitablement, mon copain le voit. C’est difficile de réaliser que mon partenaire me voit dans cet état si vulnérable. Qu’il a vu des moments où j’aurais préféré mourir. Qu’il me voit parfois zone out, qu’il lui arrive de me dire : «tu sais, je le vois quand, soudainement, tu ne vas pas bien?» J’adore sa sensibilité et j’apprécie énormément qu’il remarque ces petits changements dans mon état, mais c’est aussi si complexe de réaliser qu’il me voit dans mes pires moments. Qu’il voit mes difficultés depuis les tous premiers moments de notre relation.

Il est conscient des nuits d’insomnie qu’il m’arrive de vivre; de mon incapacité à tout simplement me lever certains matins. De ma douleur à la poitrine quand ça tourne trop vite dans ma tête.

Il est vraiment présent et je suis reconnaissante.

Cependant, il y a aussi cette réflexion qui me hante : mon couple est source d’anxiété; mes relations sociales sont source d’énormément d’anxiété pour moi. Je doute énormément de l’affection et de l’amour des autres. Je struggle à le croire. Mes pensées intrusives concernent beaucoup notre situation de couple.

C’est difficile pour moi de le réaliser : mon couple est source d’anxiété. Mon copain m’aide énormément et, en même temps, mon anxiété me dit toutes sortes d’atrocités.

C’est un cercle apparemment impossible à arrêter pour moi en ce moment, dont je ne connais pas vraiment le début : je fais de l’anxiété, dont une grande partie concerne mon couple (Maime-t-il vraiment? Veut-il encore être avec moi? Est-ce que je veux trop? Peut-être quil serait mieux avec quelquun dautre). Quand je ne vais pas bien, je me sens mal qu’il le voit. Ça apaise ma tête qu’il soit là, mais elle tourne aussi encore plus vite parfois. Il y a toutes ces nouvelles craintes qui apparaissent : et sil trouvait ça trop lourd, trop difficile d’être avec moi?

C’est si difficile, mais aussi si rassurant, de ne pas aller bien et d’avoir quelqu’un à ses côtés.

Anonyme
Catherine Duguay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *